Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Chris le Gardien auteur

Chris le Gardien auteur

Menu
Hauteur de vue, auteur de Vie...

Hauteur de vue, auteur de Vie...

Hauteur de vue, auteur de Vie...

Quelle chance d'être ce que tu es, là où tu es... Soi ! sans plus de besoin d'être ailleurs ou autre chose que Toi : le Monde en Présence et en Beauté ... dans son Cœur. Puisque le Monde est un Cœur qui vit et bat, alors, sois dans ce Cœur et fusionne à la Vie, de toute ton essence, par deçà et par delà ce que tu crois, ce que tu fais, ce que tu as ... pourvu que tu n'y nuises plus jamais, surtout plus à toi-même.

Dans un monde qui ne lit plus, l'hauteur de vue se perd, l'auteur de vie se meurt. Et si nous reprenions les rênes du roman de notre existence ?

Il y a dans ce monde d'obscurité tant à avoir, mais si peu à être... Tout est déjà là pourtant, où tu Es, depuis Toujours et à Jamais. Là, en Toi, en Nous, en Tout. Là, malgré la vanité de nos petits riens.

Le rêve est la joie de l'impossible, la démesure enthousiaste de l'innocence, la pureté de l'enfance brute, l'âme en liberté sur une terre abrupte. Qui ne rêve plus, ne sent plus son Sublime. Il faut rendre au vide la plénitude qu'on a oubliée.

J'aime le charme. Il n'a pas besoin d'être ostensible pour être reconnu, ni exhibé pour se faire remarquer.

Le charme est la Beauté des anges. C'est le tout petit rien de l'âme, qui fait tout.

La Beauté se passe de mots. Elle se moque des jugements ignorants et vulgaires. Elle traverse les modes, les cultures, l’orgueil et l'Ego, qui ne la connaissent pas.

L'enfant ne réfléchit pas l'émotion. Il ne la laisse pas le détruire, car il ne la regarde pas complaisamment tourner en lui, en boucles d'obsessions douloureuses.

S'il pleure pour venir au monde, ses émotions sont la vie même, joyeuse ou triste, pourvu qu'elle soit la vie qui ne ment pas.

La Beauté ne connait pas nos souffrances. Elle est harmonie.

L'émotion traverse l'enfant et s'expulse. Elle laisse l'enfant perméable à la Beauté.

L'énergie s'ordonne comme l'orage décharge et équilibre un ciel trop électrique.

L'émotion n'est ni pure ni impure, elle est la vie à tempérer, parce que la nature est belle, sans miroir, simplement pleine de sa propre évidence, de sa fougue et de sa Vie, passionnante et passionnée. Il n'est plus ni masque, ni visage, ni apparence. Juste une vie qui la vie qui s'incarne et fonce au travers les leçons de la vie.

L'émotion est lumineuse, comme l'enfance, sans argent, sans carrière, sans superflu, sans besoin d'avoir ou de briller, riche d'une Lumière visible pour elle seule.

Elle est son propre miracle, sans nécessité de preuve, sans explication, sans religion ni croyances, juste là, en Présence, une Beauté qui nous habite sans bruit, ici et maintenant. La Beauté révèle encore parfois le sacré, malgré les murs et la grossièreté de notre indifférence ou la violence de nos clans de certitudes qui nous cloisonnent.

Car, quand le Mental d'adulte l'enferme sur lui-même, l'enfant devient l'enfer. La spontanéité devient une conformité nauséabonde, et surtout sans foi ni espérance.

L'adulte s'égare, où l'enfance s'abandonne. L'enfance est une spontanéité en sursis.

L'âme sait ce qui reste quand tout s'enfuie. La Beauté est partout, surtout là où l'adulte l'oublie. Prêt à résonner, sans rancune, à habiter ta carcasse abandonnée, à te faire frissonner et rire, à nouveau?

Pleure, pleure, pleure. Un homme, ça pleure, comme un nuage qui pleut, comme un soleil qui s'enflamme et comme la marée qui inonde. Puis, renais de tes larmes! Comme le jour succède à la nuit. Garde les yeux du Cœur bien irrigués. Ceux de nos mauvais compagnons d'infortune étaient secs, aveugles, sans vision lointaine.

Sois l'ordre de ton chaos, spontanément, simplement, humblement Toi. Libère toi.

La Beauté résonne, en silence, dans les Cœurs cathédrales. Ouvre tes portes Laisse rayonner ton âme Laisse l'essentiel ré-habiter tes formes vides Laisse la pureté renaitre Accueille l'enfant derrière ton enfer Et sois pleinement ce renouveau permanent Que le grand cycle fonde.

Être une belle âme est à la portée de tous, mais être une belle personne, voilà le défi rempli par quelques-uns seulement. Nous sommes tous venus ici-bas pour le tenter.

La Beauté est indiscutable. C'est même sa nature profonde. Ceux qui en discutent ne l'ont jamais rencontrée. Le Mental cache la Beauté comme un abat-jour.

La Lumière pourtant ne se laisse pas saisir car ceux qui la portent, la partagent en secret. Il nous revient de rejoindre ce mouvement du Cœur, puisqu'il est la pureté naturelle du diamant que nous sommes, en Sou, en l'autre, par Soi, par l'autre, intriqués et légers au travers une réalité dispersée et lourde.

Il y a tant d'espace à aimer, mais si peu de temps à vivre dans une seule vie... vivement l' éternité consciente. L'éveil fait l'Artiste, comme l'Artiste porte l'éveil, plus ou moins maladroitement d'abord, il finit par l'habiter totalement.

Il y a tant d'espace pour l'Amour, et nous avons si peu de temps. Mais le temps s'abolit aussi aisément que le Cœur s'ouvre.

L'Amour, c'est l'évidence de devoir renaitre dans l'autre.

Re(co)nnaître l'autre, c'est renaître en lui.

La Lumière est une renaissance de notre être de Lumière, dans sa totalité rayonnante.

 

 

 

 

Once upon a time, when women were birds,
there was the simple understanding that
to sing at dawn and to sing at dusk
was to heal the world through joy.
The birds still remember
what we have forgotten,
that the world is meant to be
celebrated.

Terry Tempest Williams.