Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Chris le Gardien auteur

Chris le Gardien auteur

Menu
Au milieu du Chaos...

Au milieu du Chaos...

Au milieu du Chaos...

J’ai cru faire un cauchemar, mais, non ! Je n’avais pas dormi. Le monde se dressait devant moi, aussi bruyant que violent, à l’opposé de ce que je sentais vibrer au fond de moi. J’étais pourtant pris dans son tourbillon familier d’ondes et de lumières aveuglantes.

Quelque chose en moi résistait crescendo et depuis quelques années à la pression de cet étranger à moi-même.

Deux forces en présence s’affrontaient : l’ancien système, fait de bruit et d’ignorance, encore trop brillant d’orgueil. Et le nouveau monde en gestation, rempli d’une Lumière discrète et fragile. Personne ne misait sur elle, et pourtant, mon Cœur comptait sur sa victoire. Il est des lèvres qui parlent et des Cœurs qui en disent beaucoup plus. La Beauté, comme l’Amour qui l’anime, n’est jamais outrancière. Je me méfie de l’amour à outrance, mais bien plus des outrances sans amour. L’ancien monde était étranger à toute forme d’amour. Il n’en retenait que la façade facile.

Chacun veut imposer SA vérité, SON Dieu…à grand renfort d’amour, de « bienveillance » et de Beauté. Voilà l’exclusivité de l’amour, sa paradoxale définition.

Les vikings priaient, les Huns priaient, les catholiques prient, les juifs prient, les musulmans prient, les gourous prient et leurs “fidèles”, chacun prie… pour sa paroisse, les dizaines de milliers de dieux référencés au travers le monde. CQFD ?

Mon dieu” est une aberration, presque un oxymore… Posséder est l’attribut d’un diable, jamais d’un dieu ! Qui possède “son” dieu est en guerre contre le reste du monde.

Il y a assez d’amour pour tout le monde, mais restera-t-il un monde pour tout l’Amour disponible ?

Toute lumière n’est pas égale. Seule celle qui nous éclaire sur nous-mêmes, nous nourrit. La focale alors se fixe sur l’autre, et plus sur notre seule image. Celui qui se met en lumière pour briller, survit entre ses ombres et meurt en aveugle.

Écoutez, lisez, comparez et surtout ressentez, du plus profond de votre Cœur. Tout est une intense et multiple connexion entre tous. Soyez ce qui vibre en vous et autour de vous. Au plus près de ce que vous sentez résonner. Je dois dire que si des dérives existent, il revient à chacun de nous d’être vigilants, d’accueillir ce qui résonne en nous et de rejeter ce qui dissone. Rien de ce qui est Vérité n’entre en conflit avec l’autre.

La vérité sait s’effacer, et elle ne disparaît cependant jamais. La vérité, c’est nous, de corps et de Cœur quand l’absurde ne nous abrutit plus.

L’absurde, si cher à Camus qui par ces mots avait déjà tout dit, tout senti : « Ce monde en lui-même n’est pas raisonnable […] Mais ce qui est absurde, c’est la confrontation de cet irrationnel et (du) désir éperdu de clarté dont l’appel résonne au plus profond de l’homme »1

L’absurde, Camus en parle mieux que moi, mais disons que c’est la raison outrancière et orgueilleuse, où le Moi l’emporte sur la richesse de l’être, où l’avoir est supérieur à l’amour du Soi, et où le “mon” l’emporte sur la liberté à accorder aux autres.

Tout ici est fait pour “masquer” la faillite d’un système politique et économique mondial… la Covid a bon dos. Quand on veut tuer son chien, on dit qu’il a la rage. Quand on veut maintenir un peuple à l’état d’esclavage, on dit qu’il est malade. La vraie maladie est mentale, et nos dirigeants en ce monde sans morale, en sont les premiers patients !

Oui, nous sommes en guerre, mais une guerre sans soldat ou les victimes se compteront pourtant par millions, pour qu’un nouveau système bancaire, plus liberticide et plus terrifiant encore, voit le jour… si nos élites se maintiennent, la culture est morte, la Vie même ne sera plus la Vie.

Quand prendra-t-on conscience enfin qu’au train où vont les choses, la France n’a pas connu un tel marasme depuis la seconde guerre mondiale… Oui, nous sommes en guerre, à la différence près que celle-ci, nous sommes en train de la perdre par la seule volonté de nos “chefs”!

Le vieux monde nous tue … c’est cela la définition d’arrêter de vivre, malgré soi, n’est-ce pas ?

Marre des gens qui opposent tout et tout le monde, alors que rassembler et partager est une si belle opportunité.

Qu’importe, qui ! l’important est dans l’être qui s’exprime pleinement et qui résonne en Soi-même.

La solitude, ce sont des murs construits entre soi et les autres. On est toujours en proie à la dualité impitoyable quand on est seul, mais on est pleinement Un quand on est enfin tous réunis, en conscience. Le bonheur, c’est toucher la multitude en Soi.

Le seul bon côté dans l’horreur de cette période absurde, c’est le mélange d’espoir et d’impatience d’y échapper, sans surtout s’y résigner.

Un jour, tu verras : bien plus loin que tes yeux ne pouvaient voir, là où ton Cœur voyait déjà.

Un jour, tu vois : c’est le bonheur qui rend heureux. Les chemins qui y mènent sont pauvres. La seule richesse, c’est l’instant : il est d’Or.

Les mots vibrent, à hauteur d’âme… Un livre, comme tout corps vivant, est un condensé d’énergie. C’est pourquoi, on ne choisit pas un livre, on le sent avant d’en lire le titre sur le rayon. Il s’opère alors une alchimie entre le lecteur et le livre, avant même de parcourir l’ordre de ses pages et de ses phrases. Si vous pouvez sentir le Cœur d’un homme, vous sentirez aussi le parfum de sa bibliothèque.

Le nouveau monde se met à hauteur d’âme. C’est de l’Amour brut qui ne cherche rien en dehors de lui-même. Ni à se justifier, ni à se prouver, ni à paraître Vérité.

Il ne lui suffit plus que d’être. Il ne nous suffit plus que d’être … être l’Amour en liberté, l’amour en faiblesse ou en force, pourvu qu’on le reconnaisse dans le chaos des autres et de soi-même.

Sentir l’authentique Lumière en Soi, sans nécessairement ni surtout devoir la définir ou en témoigner aux autres. Sentir la vibration de l’Unité-Source en Soi, et ne plus être isolé, en la sachant partagée avec ceux qu’on reconnaît et qui nous reconnaissent.

L’Amour, c’est la Beauté libérée, celle qui n’est plus captive d’aucun Ego. C’est la réminiscence claire de l’Origine et de la Fin de toute Humanité en Lumière.

Il ne s’agit plus d’opposer l’émotion à la spiritualité, ni la matière à l’énergie. Tout est déjà là, Terre et Ciel à ne plus dissocier. La Vie n’est pas une perfection à chercher, mais une imperfection à transcender, jour après jour. Défaits les nœuds qui t’empêchent d’être toi.

L’é(moi), c’est la Vie, cette sublime imperfection qui nous confie la Joie en compensation de la dualité qui fait mal, son côté pile pourtant nécessaire et naturellement inconfortable … la Joie, est une prémisse de notre grande plénitude d’âme, initiale, sans objet et sans cause. Mais quoi de plus beau, que de mériter la Joie, en liberté, même au milieu des tourments ?

Au milieu d’une tempête le marin a confiance dans l’accalmie. Il lutte, car c’est la vie même de vivre l’instant et que le chaos précède l’ordre et le fonde. Au milieu de la noirceur infinie d’un ciel lugubre, quelques étoiles nous guident encore. Chaque seconde est une renaissance et chaque naissance, contient l’éternité qui l’habite. Chaque seconde est un chaos à ordonner.

La vie ce sont des envies, des plaisirs et parfois des peines, des rires et souvent des larmes, pourvu que le jour succède à la nuit, la joie à l’ennui. Ces contrastes forgent nos heures et le temps, qui nous offre à vivre l’imperfection sublime d’un bonheur à portée de Cœur, nous élève au rythme de nous-mêmes. Même la sensualité est innocence, sans quoi, elle n’aurait pas de sens. Même les sens sont innocents, sans quoi la sensualité serait brutale et insensible.

Dans chaque seconde de Chaos, il y a la trace bienfaisante de notre éternité.

Au bout du compte, je n’aurai sans doute pas réussi ma vie, mais je l’aurai remplie de moi-même et des autres. Voilà un bonheur de chaque instant et de chaque rencontre.

La Beauté, voyez-vous, c’est la trace du Sacré sur terre. Ne la perdez plus de vue, même dans les moments sombres. Soyez pleinement vous-même.

 

1Camus ; Le Mythe de Sisyphe.

 

Chris le Gardien 04/11/2020

 

 

Du chaos naît une étoile.

Charlie Chaplin.

Elevez-vous. Élargissez votre horizon. Quittez l'argile, la fange, le ventre, l'intérêt, l'appétit, la passion, l'égoïsme, la pesanteur. Allez à la lumière. Devenez une grande âme. Passez du géocentrique à l'héliocentrique.

Victor Hugo.