Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Chris le Gardien auteur

Chris le Gardien auteur

Menu
De Toi à Moi, de Nous à Soi ... un monde à démasquer.

De Toi à Moi, de Nous à Soi ... un monde à démasquer.

De Toi à Moi, de Nous à Soi ... un monde à démasquer.

Quand l’âme se dévoile, aucune beauté n’est froide. Chacun de nous est l’Univers entier à libérer.

Unique et Universel, on expérimente son autre, cet “extrême” ou “opposé”, qui nous empêche trop souvent d’être Soi.

À mesure qu’on se rapproche cependant, on s’observe, on se heurte, on se tolère, on se câline, on se caresse, on fusionne, on se comprend, alors on se reconnaît … L’autre est mon Soi en devenir, ma vocation en plénitude à dévoiler, par moi-même, ces silhouettes innombrables et distinctes à réunir, qui cachent la Lumière en faisant obstacle au soleil du Cœur à l’unisson.

L’autre n’existe pas, sans un Soi éclairé.

N’aie pas peur. On te dit de te protéger ? Te protéger ? De qui, de l’autre ? Se protéger c’est diviser. Séparer ce qui a vocation à s’unir. Au lieu de comprendre, on se méfie de l’autre. On se recroqueville dans des “Moi” étriqués qui s'opposent et se protègent contre un ennemi invisible qui n’est autre que nous-même, ou ce qu’on nous en a fait croire. L’autre n’est pas autre chose que mon propre miroir. Pour le comprendre, il me faut chercher à rentrer en contact avec lui, sans plus me fuir.


 

Ne marche dans les pas de personne. Sois ton propre renouveau. Sois Un dans l’autre.

Ne marche dans les pas de personne. Ni de celui qui croit peu, ni de celui qui croit trop.

Ne marche dans les pas de personne. La porte est étroite. On n’y passe jamais bien que seul.

Ne marche dans les pas de personne. Le vrai chemin reconduit au cœur de Soi, de chacun, comme de tous, sans manque ni besoin.


 

Être …

Toujours Soi

Jamais les autres

Toujours Roi

Jamais apôtre.


 

Le désir (qui fait mal) est toujours issu d’un manque du Moi, contre ou malgré l’autre. Le plaisir Sacré lui, comprend sa propre et entière plénitude, en soi comme en l’autre. Son plaisir est sans mesure. Il est résonance pure du Tout en Un et du Un en Tout. Le plaisir Sacré est le Bien suprême, qui fonde l’expérience du Un dans et par les corps, dans l'Unité d’un instant intemporel.

Il n’est plus ni passé, qui est un spectre faisant de Soi un fantôme. Ni futur, qui est une histoire sans vie, un mensonge sans corps et sans cœur. Le Présent ne connaît ni la peur, ni l’angoisse, ni la mort. Il est la spontanéité qui ne se trompe jamais. La mort n’est qu’un changement de paysage. Et le paysage ne dépend que de notre éveil.

Donner, c’est spontanément (se) vivre en Lumière, sans prendre ou reprendre, ni régner sans partage. On ne résiste pas à cette Lumière dont nous sommes chacun un rayon du Tout.

Les résistants ne sont pas ceux qui se cachent dans l’ombre omnivore d’un monde ébloui, mais qui rayonnent d’une Lumière nourrissante, occultée et ineffable. Soyez ce don qui résiste à la tyrannie de l’obscure clarté qui enferme et qui prend.

Donnez, en amour, ne retirez pas. Continuez à marcher, seul ou accompagné. On est seul de ce qu’on a pas su perdre. Quand on a offert aux autres, on est plein de Soi, sans besoin de retour. La vie est courte, l’amour n’a de limites que nos propres lacunes. L’infini nous pardonnera toujours nos quelques impatiences et nos fragilités toutes humaines. Mais Soyez, cette Lumière absolue qui pardonne à nos quelques relatives imperfections.

Quand tu croises des gens toxiques, tu peux encore les éviter, car tu as la force de te reconnaître toi-même comme un être autonome, précieux et lumineux. Cette liberté-là est même dangereuse pour le système qui déteste les âmes éclairées. En effet, ces âmes libres ne rapportent rien en termes de richesses matérielles et elles déstabilisent les plans de ces puissances de l’ombre en les dénonçant. Le Cœur menace toujours l’Ego, la Lumière dissipe toujours les ténèbres.

Aujourd’hui, la société toute entière devient toxique, sous influence d’une ombre tentaculaire, polluée et polluante de peurs, de désinformations et de mensonges permanents, la séparation violente d’avec toute forme de singularité ou de fraternité, perturbée intérieurement comme extérieurement, physiquement comme mentalement par une maladie qui veut nous priver d’air.

Quelle horreur de devoir vivre au milieu d’âmes errantes masquées, privées de leur part naturelle d’humanité depuis quelques mois. Serions-nous devenus des zombies, automates décérébrés sans plus aucune conscience ?

Le Soi est en danger, le Cœur se meurt à proprement parler et donc l’Amour, à l’échelle universelle, est menacé. La sensualité est l’Art du corps … et surtout de l’esprit … un voyage où nous sommes notre propre véhicule et où l’on visite le vaste Pays du Cœur au rythme que nous choisissons.

Une société masquée, est une société qui perd son Cœur, derrière un monde froid et sans Amour, qui lui substitue la défiance et l’envie dominantes et où plus personne ne rencontre ni ne reconnaît plus personne comme son frère. Le masque est ainsi un mur immense, qui ne sépare plus seulement les peuples, comme jadis les murs de la honte, ni seulement des individus entre eux, mais qui sépare surtout l’homme d’avec son propre Cœur, qui le prive de toute capacité d’autonomie de pensée.

L’Essen-ciel était à notre portée, et voilà qu’on veut nous en priver, définitivement et qu’on traîne dans la boue ceux qui le vivent vraiment.

Nous voilà redevenus les esclaves de nos automatismes, perdus sans liberté, ni force pour défendre cette dernière, égarés que nous devenons, entre deux ombres, comme des marionnettes sans audace entre les mains d’un démon, masqués en permanence, la peur au ventre face à la mort, face à la vie, face à tout en somme …

Voilà la société de 2020 … le monde docile et parfait dont rêvaient les meilleures dictatures machiavéliques. Covid19 est l’arme d’une 3ᵉ guerre mondiale, d’une guerre bactériologique et virologique qui vise à redresser la faillite inéluctable d’un système économique mondial moribond et éprouvé.

Ils se demandaient comment éviter le grand effondrement, ils ont trouvé la nouvelle Solution Finale ! Elle fera plusieurs millions de morts (déjà 550 000 à l’heure où j’écris ces lignes). Et chaque gouvernement en place est déjà en train de vendre son âme au diable en mettant en œuvre le grand Plan. L’obéissance des peuples permettrait donc cette relance et les enjeux sont gigantesques tant la crise financière a été un chaos immense qu’il faut redresser radicalement, avant la chute et la banqueroute.

Les puissances mondiales ont évité ce grand effondrement, en inventant un nouveau type de guerre … la guerre “bactériologique”, sans soldat. Tout au moins, sans soldats professionnels, puisque la discipline et l’uniforme de cette armée de l’ombre sont plus terribles encore pour les citoyens masqués que nous devenons sans le savoir. La guerre bactériologique, peut-être même sans virus, car jamais un virus n’avait suscité un tel engouement au prorata d’un si faible nombre de décès, par rapport à d’autres menaces actuelles ou passées.

Quoi qu’il en soit et comme après tout effort de guerre, un “plan Marshall” sera bientôt présenté courant 2021 ou 2022 par un consortium mondial US, chinois, en même temps que les vaccins. Tout cela sera décliné par chaque pays, suivant un calendrier défini et des étapes précises. Il faudra alors oublier les belles heures d’antan, la famille souriante, les vacances agréables au bord de l’eau ou à la terrasse d’un café. De façon générale, toutes les activités économiques de loisirs seront proscrites provisoirement, car le peuple sera entraîné dans un stakhanovisme non dissimulé et violent qui ne laissera pas de place à l’initiative et au confort personnels. Le travail sans repos, sans vacances, sans droits, va être réinventé. Les syndicats et les grèves seront interdites. Ne le sont-ils pas déjà ? Les essais de ces multiples grèves réprimées violemment ne présageaient-ils pas déjà d’un muselage de toute opposition à venir. Sans parler des mesures impératives “d’ordre public”, restreignant sans concession et de façon définitive certaines libertés individuelles, un pied de nez radical à la démocratie. Enfin, la monnaie physique sera illégale et tout sera mis sous contrôle des gouvernements à la solde de ce consortium.

Cette guerre est bien une guerre de l’Ego triomphant et dominant contre le Soi, une guerre du matériel contre le spirituel, des forces de l’ombre contre la Lumière.

Cette description est-elle complotiste ou ubuesque ? À vous de voir. L’avenir nous le dira. Toujours est-il que c’est mon ressenti profond sur les 3 prochaines années et depuis quelques années déjà. Le monde prend une tournure désastreuse sur le plan des libertés fondamentales. Je ne dis pas qu’il ne faut pas soigner ou prévenir les pandémies, je dis que plus rien n’est raisonnable ni sensé et qu’une incompétence généralisée et voulue a été systématisée dans nos pays afin de rendre possible cette obéissance et ce muselage. Notre jeunesse n’est plus intellectuellement en état de comprendre ou de s’opposer, le niveau d’instruction ayant été réduit à son niveau minimum.

Le constat est sans appel. Tout est prétexte à la peur et au bâillon. Les injonctions gouvernementales et les manipulations médiatiques ne laissent plus aucune place à la liberté. Le microbe ne s’est pas retournée contre l’homme, le microbe est devenu un moyen de contrôle des masses, de coercition de l’esprit, la création d’un double Moi, d’une couche supplémentaire à l’ignorance humaine et au principe de séparation, qui divisait tant déjà les hommes en leur faisant perdre la conscience de la Lumière derrière leur Ego exalté. Voilà que les ténèbres s’obscurcissent davantage. Le masque en est le symptôme visible.

Les grands sont éternels. Les petits ont l’éternité pour devenir grands. Tous ces petits égos qui nous imposent leurs pourtant si étroits Empires, ces hommes qu’on a placés sur des piédestaux, tandis qu'ils nous écrasaient de leur hauteur illusoire. Nous avons vécu sous le joug des fausses promesses, des fausses amours, des faux honneurs, des fausses richesses, l’Empire du faux. 

Je hais le monde dans lequel on m’a obligé à entrer, mais j'aime ceux qui m’en libèrent en me rendant à moi-même et en me révélant le trésor inestimable qu’on m’a volé tout ce temps. Cette invitation à être Soi, à renaître par-delà les frontières qui nous rendent esclaves des autres, voilà la vie illimitée que nos rêves laissaient entrevoir, voilà la vie dénuée de jugement et de gravité, toute en légèreté et en joie, voilà l’âme qui rit et qui s’envole par-delà ses enclaves.

La peur n’évite pas le danger”. Voilà ce que les dirigeants du monde devraient se rappeler. Une simple maxime de bon sens. L’homme dès sa naissance est en danger de mort, et pourtant, il vit …

Aujourd’hui, notre Cœur sent la Vérité le remplir. Il bat cette Vérité qui n’a besoin d’aucun combat pour imposer l’évidente Vérité. Cette victoire par KO viendra de l’indifférence que nous parviendrons à opposer, sans plus de résistance aucune, aux forces des ténèbres. Les ténèbres ne gagnent jamais le monde que par absence de Lumières. Soyons ces feux qui illuminent les puits les plus profonds.

Il y aura deux barrières désormais à traverser pour atteindre notre propre Cœur et gagner notre liberté. Le passé récent, à y regarder de plus près, nous préparait déjà doucement à cette 3ᵉ guerre mondiale d’un genre inédit. La Lumière partout commençait à poindre. C’est le dernier sursaut de la bête auquel nous assistons. Il est cataclysmique. Mais nous pouvons encore remporter ce combat en restant bien ancrés en Soi et en gardant l’Essen-ciel, bien en vue, pour soi-même et pour les autres. Il en faudra du courage … pour s’affranchir de ces nouveaux murs, mais c’est le propre du Cœur en action. Plus que jamais, la résistance ne doit ne pas céder aux tentations du désespoir… nous serons des chandelles au milieu des ombres.

L’amour est sans espoir. Il est la Présence absolue, l’extraordinaire principe qui échappe aux projections du temps, l’instant qui fait jaillir de nos limites l’infinie substance éternelle de tout ce qui paraît, vit et meurt. On n’espère pas en amour, on aime.

On a peur de son ombre, pas de sa Lumière. La victoire est proche pour qui sent cette Lumière vivante, comme un feu qui danse en Soi, sans morsure.

Je suis cliniquement mort à la bêtise humaine. Débranchez-moi. Tout va bien.

Au plus je rentre au cœur de l’instant, au plus je m’ancre dans ma réalité d’homme. Sauvage et gentil, démon et angélique, fragile et tout puissant, comme la vie qui en passant, nous habille et nous déshabille, simple comme une seconde remplie de Soi qui nous anime.

Nous redeviendrons des jardiniers de l’âme.

Dans la terre noire et dure du monde, quand la saison approche, je sème mes graines de Lumière, en confiance d’une Nature que je sais généreuse. Je jardine en prenant soin du sol fertile pour peu que je l’arrose de tout mon Amour ; je loue la force du soleil, et je suis Présent et sensible aux premières pousses si fragiles.

Admire à ton tour le miracle de la Vie s’accomplir grâce à Toi, mais aussi grâce aux lois de causalités, aux mystères qui ne dépendent de personne pourtant pour préserver la Vie, même quand tu la détruis, même quand tu l’oublies.

La Vie est bien plus large que celle qui nous nourrit ou nous affame, bien plus belle que celle que nous voyons ou ignorons, bien plus infinie que notre raison ne peut contenir, tant l’horizon est vaste et nous échappe.

Pourtant, nous avons besoin de cette vie de labeurs pour donner du sens au grand Mystère qui nous hante et qui est pourtant à notre portée, depuis notre début. Il suffit d’ouvrir enfin les (bons) yeux, n’est-ce pas ?

L’Infini se plie pour se mettre à notre hauteur et pour nous offrir les plus beaux de ses joyaux. Prenons garde d’en être digne et de ne pas préférer aux manifestations de la grandeur infinie à portée de notre Cœur, le confort et les plaisirs fugaces de notre esprit retors et étriqué.

Ces graines de Lumière s’expriment aussi dans les secondes du temps qui passe. Leur intensité – qui est aussi la Joie et l’Amour – dépend de nos jardins mutuels, de regards nouveaux en conscience de notre incommensurable et Unique Nature, de chacun en tous et du grand Tout en chacun. Voilà le seul terreau du Cœur.

Voilà comment Ciel et Terre se conjuguent : à la croisée des Cœurs ouverts. Ainsi, chaque forme, chaque individu, chaque partie séparée, est spontanément réconcilié avec son autre, pour reformer enfin l’intensité initiale. Ce redéploiement s’effectue à la (dé)mesure de Soi, que seul un Cœur mobilisé permet. Les pièces du puzzle alors et enfin se rassemblent. Un jour, on sait … Que nos fragilités et nos limites cachent des forces puissantes, Que notre mort n’est qu’un palier Et que notre naissance est une chance pour s’Unir en Conscience à la Source de Tout ce qui Est. Alors, chaque partie est vécue dans le Tout qu’elle compose. Et chaque seconde du temps est pleine de l’éternité souriante, même sur le plan limité des fréquences basses que l’horloge impose.

Tic tac… l’aiguille avance inexorablement, comme elle avançait hier, comme elle avancera demain. Je vieillis de chair bien sûr, mais depuis cette fulgurance, ce rayonnement, cette éclosion, cette germination, plus rien ne me fait plus peur. Aimer la vie et vivre l’amour… pourquoi faire autre chose ?

J’ai déchiré le voile et je vis beaucoup derrière, incompris souvent, mais jamais indifférent. Mon âme, devenue familière, bouge dans mon Cœur qui l’accueille, sans préjugé ni orgueil, car je suis redevenu cette conscience pure, même dans cet exil. Mon corps lui, est lourd à porter, comme la graine qui devient graduellement inutile à mesure que sa métamorphose commence.

Je suis le jardinier qui cultive le grand champ de la Vie et la graine qui explose sa Lumière en miroir à d’autres graines endormies en terre. Je renais, dans les affres de mes vieux vêtements décomposés et me recomposerai peu à peu à mon tour. Tout vient à point, à point nommé. Je le sais. En attendant, je jouis de la Beauté qui partout résonne en toute chose. Plus rien n’est ressenti comme étant séparé, plus rien ne m’appartient, tout se compose au contraire dans ce devenir qui suit mon intuition intime, ma persévérance qui me révèle l’essentiel, comme si soudain j’avais fait jaillir du fond de moi-même une Présence lumineuse que je contenais en moi depuis des lustres, dans les pénombres de mon ignorance. Ce voile était nécessaire à ma propre liberté, car sans lui je serais une puissance esclave de la Source parfaite. Car oui, l’imperfection nous fonde. La terre noire corrompt la graine pour révéler sa plante, ses fleurs et ses fruits.

C’est au fond de nous que le grand Mystère repose et que toute fulguration transcende un jour notre connu et notre visible. Nul voyage utile n’entraîne le voyageur plus loin que ses propres limites. À la verticale de Soi, on sonde l'infini, première et dernière étape du Soi. L’esprit a pu se perdre dans le vaste horizon, le Cœur du monde parle toujours au Cœur des Hommes, et à jamais, sous d’autres plans à découvrir.

Je ne raconte pas d’histoire, je chante son mystère, je danse son évidence. Et tant pis si vous ne me comprenez pas. Tout vient toujours à point sur le sentier des âmes en quête. La musique, c’est la certitude d’être compris de cœur à cœur, sans besoin de convaincre ni de séduire. Il n’y a plus que des âmes qui dansent à l’unisson, au rythme dévoilé de l’invisible et inconditionnel Amour qui résonne en chacun.

J’aimerais plonger avec toi dans l’immense et paisible silence qui nous a engendré et qui nous attend derrière le brouhaha de ce monde … Il suffirait de presque rien … pour faire tomber cette minorité de puissants, qui nous tient, de leur piédestal … et tout reviendrait naturellement à son rythme originel.

La seule personne dont tu devais te méfier, c’est le masque que tu portes et qui est ton ami depuis si longtemps. L’armure lourde et opaque à laquelle tu t’es identifié et aujourd’hui ce bout de tissu qui t’isole symboliquement un peu plus se heurte à ta Liberté qui t’ordonne de vivre, plus fort que tous les dangers qui viennent de l’extérieur, de t’exposer et d’oser avancer malgré les dangers quotidiens de la vie, à la mesure de ce que tu es en capacité de comprendre et d’éviter. Ta Liberté rayonne de l’intérieur, malgré tout ce qui veut ou peut l’entraver. N’aie plus peur.

 

 

Chris le Gardien, Août 2020.

 

 

 

 

 

La civilisation moderne est une conspiration universelle contre toute forme de vie intérieure.

Georges Bernanos, 1947.

Celui qui, ici-bas, se sent déjà lié à l’infini désire et pense différemment. Seul l’essentiel, au bout du compte, cons­titue notre valeur ; s’il nous fait défaut, c’est notre vie qui est gâchée.

C.G. Jung.

L'art véritable n'a que faire de proclamations et s'accomplit dans le silence.

Marcel Proust - Le temps retrouvé.

Le vieux monde se meurt, le nouveau monde tarde à apparaître et dans ce clair-obscur surgissent les monstres.

Antonio Gramsci.

N'oubliez pas que chaque corps est l'écrin d'une âme en éveil.

Josiane Coeijmans.

J'ai dans le cœur un arbre. Les grands airs de Mozart font luire ses feuilles comme sous le sacre d'une pluie d'été.

Christian Bobin -Mozart et la pluie.

Le plus grand bien que nous puissions faire aux autres n'est pas de leur communiquer notre richesse, mais de leur révéler la leur.

Louis Lavelle.

Ce que j’ai aimé, que je l’aie gardé ou non, je l’aimerai toujours.

André Breton - L’amour fou.