Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Chris le Gardien auteur

Chris le Gardien auteur

Menu
Maladies par delà bien et mal....

Maladies par delà bien et mal....

Maladies par delà bien et mal....

Personne ne soigne personne, car rien d’extérieur n’influence positivement le corps. Il n’est d’ailleurs pas souhaitable qu’aucune influence extérieure ne prétende nous soigner, sans notre plein investissement et donc jamais malgré nous.

Le paradigme du tout chimique a dévoyé les capacités naturelles de l'Homme à discriminer la bonne vibration de la mauvaise. En définitive, aucun soin ne peut agir si notre esprit ne s’investit pas lui-même dans ce processus et si nous prêtons allégeance au paradigme matériel qui nous vend les outils de notre propre destruction.

Il est l’heure de reprendre possession de notre corps en lui faisant confiance.

Il est l’heure de demander à notre corps ce qui lui convient, car il répond toujours.

Il est l’heure de substituer au tout matérialiste le savant et sublime paradigme du tout énergie. Nous sommes des êtres de lumière alourdis de matière sombre.

L’intuitif sous-tend toute découverte scientifique majeure.

La médecine moderne soigne les symptômes plus que les causes, ou substitue des symptômes par des traitements invasifs qui guérissent d’un côté ce qu'ils détruisent de l’autre. Mais la guérison des causes, la maladie elle-même, lui est encore mystérieuse. Tant que le matérialisme dominera le monde académique, la médecine moderne, comme la science,  restera servile aux lobbies financiers et tentera de guérir des maladies générées par une société qui les conditionne et les finance.

Toute maladie trouve son terrain fertile dans un milieu vide de Soi, qui lui est favorable. Il faut réapprendre à occuper le "bon" terrain, c’est-à-dire Soi-même, à reconnaître notre nature sauvage faite de plénitude et d’occupation présente du Soi. Il faut en quelque sorte nous ré habiter d’urgence et sentir, en confiance – même inconsciemment – nos milliards de cellules organiser notre défense.

Si vous observez le monde des animaux, aucun d’eux n’est jamais absent. Tous s’animent de la meilleure version d’eux-mêmes, tous s’habitent pleinement, sans absence. Tous trouvent le moyen de se ré-harmoniser. Leurs milliards de cellules s’auto-activent en ce sens. Sauf dans les zoos, justement à l’instant même où on les arrache à eux-mêmes et où on les oblige à vivre dans un environnement brusquement hostile et singulier. Là, ils tombent malades et se perdent.

Qu’importe d’ailleurs la mort si l’on a bien vécu. En revanche quoi de plus triste qu’une mort annoncée dont les causes sont orchestrées par l’avidité de nos semblables et notre ignorance induite. Nous devenons dépendants.

Nous sommes pourtant aussi et chaque seconde des miraculés et des dieux en puissance. Nos cellules sont une armée de cellules à notre service qui lutte pour notre santé. Nous sommes ces milliards de cellules, inconsciemment. Comme l’enfant qui apprend à marcher, nous n’avons besoin d’aucun mode d’emploi pour vivre et survivre et nous guérir. Comme la blessure sur la peau génère et stimule notre système immunitaire, nous devons juste nous abstenir d’aggraver la plaie.

Tout œuvre en ce sens. Notre système immunitaire est un miracle quotidien.

Nos maladies nous dévorent par cette seule imprudence à nous abandonner à elle et aux causes extérieures négatives qui déstabilisent notre biotope naturel. Cette société moderne privilégie la durée de la vie sur sa qualité. Elle prône volontairement la peur de la mort. Elle cache l’extraordinaire potentiel de notre énergie qui est spirituelle. Le matérialisme n’étant que l’écran qui permet de contrôler les foules et plus positivement, de vivre sur terre. Car ici-bas, nous avons tous vocation à vivre dans des corps fragiles, et dans un laps de temps limité. Néanmoins, personne ne contrôle personne, personne ne domine plus personne quand nous transcendons l’écran pour nous reconnaître pures énergies en action. Alors les peurs disparaissent. Les causes de nos égarements se dissipent. Tout nous porte en conscience et en confiance.

On ne peut qu’initier en Soi puis en l’autre la voie de l’Amour, la voie de la spontanéité par l'exemple et la bienveillance, la seule voie qu’on doive emprunter seuls et contre les influences extérieures qui nous en détournent et nous reconduire vers l’harmonie essentielle et primordiale. Voilà la Révolution. Il ne s’agit pas de tout nier de la médecine, mais d’apprendre à nous passer de toute soumission passive à ses remèdes. Peut-être que l’enfant doit réapprendre à marcher dans la terre, plutôt qu’a vivre confiné entre des murs bétonnés et aseptisés.

On a perdu le sens de notre nature, du jeu sauvage et inconscient de notre innocence sublime. Notre foyer nous appelle. Il est l’heure de comprendre ce qui est bon pour nous, et nous éviterons de déranger les médecins ou les guérisseurs qui n’en sont pas, et nous deviendrons alors tous et pour chacun les Chamanes discrets et souriants de notre âme. L’exil alors sera plus doux et chargé d’espérance.

L’Univers partout ordonne sa propre Paix et rien de ce qui est chaos n’est un mal absolu. Les cycles nous libèrent autant qu’ils nous contraignent mais, il ne dépend que de nous de nous aligner sur son axe, en conscience.

La terre respire… la terre se purge, la terre se défend aussi et se régule. Bien sûr que ces dites catastrophes font des morts, mais la mort fait partie de la vie.

L’important pour chacun de nous est de comprendre ce que ces signes évoquent en nous et comment grandir dans ces conditions tout en respectant désormais notre planète, individuellement et collectivement. Là où les bonnes volontés politiques de la Cop 21 ont échoué, le Covid19 nous oblige à nous mobiliser individuellement.

Il faut prendre conscience que nous sommes invités ainsi à nous caler sur son rythme et nous réaligner sur ses cycles, comme les anciens savaient et que notre société moderne a cru possible de désapprendre ! Si nous restons sans réaction aujourd’hui, notre planète nous y forcera à nouveau, par-delà delà toute idée de bien ou de mal.

 

Chris le Gardien. 18/04/2020