Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Chris le Gardien auteur

Chris le Gardien auteur

Menu
Il te faut prendre ta place dans le cycle de la Vie ...

Il te faut prendre ta place dans le cycle de la Vie ...

Il te faut prendre ta place dans le cycle de la Vie ...

Allez viens, on n’emportera rien d’autre que nous-mêmes dans la tombe où l’on nous mène, sauf des valises sous les yeux.

Viens, ne fais aucun bagage, On se fait la malle, partons sans nous retourner. Il n’y a plus rien de bon à nous dans ce monde d’où l’on vient.

Oser notre humanité, c’est ne plus céder aux mensonges, aux masques, aux autres ou à nous-mêmes, si communément faux ; c’est oser conscientiser nos faiblesses, en traversant nos couloirs sombres dans lesquels on se heurte si souvent, sans perdre l’espoir de l’issue qui nous rassemble.

Comment peut-on détruire avec autant de fierté et d’orgueil les rares joyaux qu’on nous a offert sur cette terre ? Comment peut-on n’en éprouver aucune culpabilité ni dégoût ? Comment peut-on encore se nourrir en cette vie, après avoir semé la mort ?

 

Laisse la vie déployer tes deux ailes pures.

Sans elles tu n’es rien qu’un trophée sur un mur.

Rien de ce qu’un rêve construit n’est illusoire.

La seule illusion est de ne plus y croire.

 

On peut bien rêver d’Amour, c’est même le propre du romantisme, mais l’Amour quant à lui, n’est jamais un rêve. Il est l’état premier et subtil de notre plus authentique Nature, celle qui n’a besoin d’aucune projection, autre que notre propre ressenti au Présent.

C’est l’intérêt de tout rapport magique au Monde : re-connaître la permanence de la Lumière au travers nos pérégrinations et nos expériences.

L’oubli d’un amour sans racine est naturel, là où il n’y avait simplement pas d’amour. Tout ce qui est séparé en ce Monde a vocation à être réuni, car les liens vont bien au-delà du visible et les âmes s’interconnectent à l'infini, consciemment ou pas, mais dans l'attente, les monstres nous font mal, sous le lit cachés ou au grand jour, ils profitent de notre léthargie. Nous sommes nos propres monstres dans le sommeil de l'âme.

Ces monstres doivent être montrés du doigt... Comme la Lumière apparait, l'ombre ne résiste plus. Derrière le trop et le pas assez, se glisse les ténèbres. Seule le regard juste les pourfend.

Le trop de besoins d’amour (amour pansements ou amour béquilles) n’intègre jamais bien les autres pour eux-mêmes et inconditionnellement, mais l’Amour sans besoin les implique toujours et sans mal. Je ne serai plus jamais un autre, si je suis dans mon Cœur et nous nous reconnaîtrons tous l’un dans l’autre et l’un par l’autre. L’autre ne sera plus détaché de moi-même. Je serai cet autre et il sera moi, quand l’illusion tombera, quand tomberont tous les masques d'ombres.

L’Amour, ça germe, ça tisse des liens inaltérables qui ne peuvent plus être déterrés de nos mémoires. On n’oublie pas l’innocence d’un fondement mutuel d’éternité, on oublie sa forme, mais son essence reste en Soi, puisque nous Sommes cette essence même.

On puise l’éternité de Soi dans l’instant, quand le Cœur se réveille. C’est cela la Révolution du temps, c’est cela la victoire sur nous-même.

Il n’est de richesses que de rencontres. Ne vous en lassez pas. Laissez les rendez-vous de la vie rythmer vos destinées, en confiance et selon l’évidence des vibrations du Cœur. Personne ne se trompe, même quand l’adversité survient, s’il y a eu un jour une vraie complicité.

Pour cheminer, on n’ajuste jamais bien son Cœur que sur celui des autres, qu’on le veuille ou pas ; de même qu’en se perdant un peu, on se sépare beaucoup. Voilà pourquoi on parle du cercle des amis : parce qu’en son Centre, les liens demeurent inextricables.

On ne passe pas, on se transforme. Je crois dans ce Soleil intérieur qui fera craquer nos armures et nous révéler à nous même. Ce soleil, en chacun de nous, est un rayon libre de la grande Lumière Universelle qui jaillit dès que nous sommes prêts à en reconnaître et en accepter l’éclosion ultime.

Je crois en la Beauté par son seul scintillement, car elle est la forme visible du parfait alliage harmonieux de deux énergies subtiles, au moins, qui se complètent.

Quand on a percé la Nature profonde des choses et qu’on a rencontré les régions reculées de son âme, alors on enveloppe le pire de notre meilleur, et l’on sait qu’il y a – dès ici-bas, maintenant et malgré tout – plus de Cœur que de Mal.

Notre Nature est nue et fragile. Rien n’est plus touchant que l'innocence non voilée, en chaque créature.

La nudité s’entend plus qu’elle ne se voit, et s’écoute plus qu’elle ne se regarde, car là où l’âme résonne, il faut un Cœur aux aguets pour la mériter.

 

Il faut croire en Soi pour recouvrer sa Foi en l’Homme. Rien ni personne ne connaît le chemin de l’Amour, s’il n’a pas d’abord foulé lui-même et de ses propres pas, ces sentiers qui ne mènent nulle part. Quitte à s’y perdre beaucoup, l’important est de marcher.

On a tous les défauts émotionnels de nos qualités spirituelles, sinon on ne serait que de froides machines impersonnelles. Soyons fiers de ce qui nous rend si inadaptés à la mécanique absurde et implacable des Hommes. Nous ne portons plus les masques des uniformes vulgaires. Voilà notre richesse! Voilà notre Majesté!

La Majesté, c’est le jaillissement de l’être aligné qui transparaît dans son total et absolu accomplissement, quand il n’a aucun miroir pour s’en enorgueillir. La Majesté a bien un Ego, mais bienveillant, celui-ci suit toujours le courant de son épanouissement. Sois juste majestueux, comme la Vie qui s’exprime.

 

Si l’Homme crée, c’est pour se rappeler qu’il est bien plus qu’un bipède. La naissance nous élève sur nos pieds, l’Art nous fait voler à tire d’ailes.

Alors peut-être on devient les Maîtres de notre Vie. Il y a deux sens au mot Maître : celui qui transmet et porte la Lumière, ou celui qui impose ses propres idées. Le premier vit au Centre du Cercle et peut s’asseoir en périphérie pour enseigner, l’autre est ego-centré et force les portes du savoir !

Les marchands de rêves ne font plus recette, quand nous nous apercevons que les rêves se tiennent discrètement, gratuitement et généreusement à portée de notre Cœur. Nous sommes nos propres Maîtres, par l'exemplarité des Cœurs en éveil.

Il est des paysages qui réveillent le Beau en Soi, pourvu qu’on s’y sente lié. Nous dépendons totalement les uns des autres pour en sentir la flamme, sans plus de distanciation possible, mais cette reconnexion ultime est la Liberté même. On doit prendre ce risque d’embrasement, pour nous nourrir du grand Feu de la Vie. La Liberté n'oppose pas, au contraire, elle rassemble. L'Amour est Liberté et la Liberté est Amour, une Lumière qu'on ne peut contenir pour soi-seul et que l'Art révèle, par le canal Magique du Cœur qui ramène à l'Essen-Ciel.

 

Chris le Gardien.

Il te faut prendre ta place dans le cycle de la Vie.

Le roi lion.

Vivre n’est jamais jouer un rôle. Vivre c’est laisser parler son être.

Lao Tseu.

Par l’union, vous vaincrez. Étouffez toutes les haines, éloignez tous les ressentiments, soyez unis, vous serez invincibles !

Victor Hugo.

Abandonne l’idée que tu n’es qu’un corps destiné à mourir, cherche de préférence la partie de ton être qui est immortelle.

Wayne Dyer.

Il nous faut naître deux fois pour vivre un peu, ne serait ce qu’un peu. Il nous faut naître par la chair puis ensuite par l’âme. Les deux naissances sont comme un arrachement. La première jette le corps dans ce monde, la seconde balance l’âme jusqu’au ciel.

Christian Bobin.

Chercher quelque chose veut dire que vous n’êtes pas ouvert à ce qui peut venir au-devant de vous, d’un instant à l’autre. Si votre attitude est innocente, réceptive au monde, vide de réaction, vous pouvez être sûr que vous rencontrerez ce qu’il vous faut rencontrer.

Jean Klein.

Il n’est pas possible de réveiller la conscience sans douleur Les gens sont capables de tout faire pour éviter de se confronter à leur propre âme. Personne ne s’illumine en imaginant des silhouettes pleines de lumière, mais en prenant conscience de l’obscurité ~

C.- G. Jung.