Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Chris le Gardien auteur

Chris le Gardien auteur

Menu
À la Racine de Soi...

À la Racine de Soi...

À la Racine de Soi...

L'Amour, c'est de l'attention. Tout ce qui s'en anime est touché par la grâce.

Au fond la Vie est sans calcul. Pourtant le plus grave, voyez-vous, serait de ne pas nous soustraire à nos propres complexités et de continuer à nous diviser, en multipliant nos erreurs, par l'addition de nos peurs et de nos équations absurdes.

Faudra t-il qu'un matin ne vienne plus, pour nous obliger à garder nos yeux ouverts le plus longtemps possible? Soyons conscients que chaque instant doit s'apprécier ici et maintenant, sans attente, car attendre c'est fermer les yeux en s'apprêtant à mourir.

Que devrais-je encore trembler pour mériter d'aimer? Et si aimer c'était apprendre à se détacher de ce Moi encombrant, futile et lourd, qui a encombré mon cœur si longtemps et l'a tant fait saigner?

Qu'ils se pressent, je prends tout mon temps. Le Sublime aime les cœurs tranquilles.

Le Monde, c'est l'Amour nu couvert de nos voiles éphémères. L'érotisme se nourrit de fragilité et de force, sans calcul du risque qu'il lui faut prendre pour son épanouissement. L'innocence peut-être blessée sans doute, mais elle est le bonheur à oser.

Il y a un risque insensé à mettre son cœur dans la main d'un autre, au risque qu'elle le broie, mais c'est aussi le sens le plus vibrant du mot confiance : l'écosystème sauvage des âmes vivantes.

 

Si un jour il te prend de parler à mon cœur

N'écoute pas mes cris, n'écoute pas mes peurs

Passe au travers l'écume et mes remparts de flammes

Pour sentir l'essentiel qui t'attend dans mon âme.

 

 

Il n'y a qu un pas vers soi. C'est souvent le plus dur. Mais quand on l'a accompli, c'est aussi inéluctable que le cycle solaire, sans plus de nuit pour nous cacher de nos propres rayons.

Et les chemins sont aussi nombreux que les rayons du cercle de la Vie. Peut-être devrions nous habiter tout le périmètre du cercle, plutôt que d’errer sur des chemins séparés. Un jour on comprend, que Tout est en Soi. Tout, y compris nos images vieillissantes et mortelles.

Bien sûr qu'il ne fait pas beau partout en même temps, ni dans chaque cœur. Il suffirait pourtant de croire, qu'a l'intérieur, un soleil brille infiniment et qu'il n'y a parfois qu' un petit pas vers soi, mais quel pas difficile, pour ne plus en douter.

Se nourrir d'amour et de jeux, voilà l'insouciance. Il faut revenir à la source de notre enfance. On pêche toujours d'orgueils ou d'envies, jamais d'amours et de désirs. Le sublime d'une courbe vient de celui qui sait la redessiner de caresses créatrices, parce que toute son âme inspire son mouvement.

Le temps alors s'arrête, en un désir. L'univers ouvre toutes les portes du possible et de son infinie joie. Il faut y consacrer notre plaisir sans montre, oublier les horloges qui sonnent nos heures sombres et nous sentir sans âge, secoués d'âme à fleur de peau.

Le jour où le féminin sera désacralisé, que la nudité deviendra vulgaire et que la maternité sera ressentie comme un acte de soumission non plus de liberté, alors on retournera à la nuit de notre histoire, le cœur redevenant légendes et les romances, un mythe.

Il faut croire dans le bonheur comme dans l'air qu'on respire et s'éloigner des gens qui nous font tousser.

Il n'y a plus de raison de vivre si l'on n'est pas juste, mais il n'y a pas de raison de mourir si l'on est vrai.

Se contenter de l'ordinaire? La médiocrité des autres nous fera toujours fuir. Il faudrait n'avoir jamais senti la Magie. Et si l'on doit passer par des milliers de vie pour la re-sentir dans la matière, il faut l'espérer, se laisser porter par l'improbable, l'impérissable.

On n' a d’ailleurs pas de choix en amour. L'amour, c'est l'évidence même qui surgit, sans cause ni fin; c'est l'infini qui s'offre en nous-même, quand nous avons dissipé nos ombres si chères. On n'a pas le choix du bonheur ou du malheur en amour, on est amour, c'est tout.

Il faut vivre chaque instant, plus proches, plus vrais, plus intenses et transparents et aussi simples que le désir qui nous a fait naître. Fuir le complexe n'est pas une obligation, mais c'est la seule évidence qui donne au bonheur son espace et son mouvement. La Vie, toute la Vie, c'est l'énergie que l'on rend palpable à son propre Cœur. Ce n'est pas autre chose que de l'amour qui s'incarne ou se poursuit, pas autrement que l'expérience entre les pôles positif et négatif de Soi, en distance ou en connexion.

 

 

J'aime n'être qu'un papillon

Sur sa fleur linaigrette

Que nulle mort n'inquiète

Tant il se nacre de coton.

 

Ne promets rien. Rayonne de suite ce que tu es déjà, sans plus aucun masque temporel. Il n'y a aucune authenticité dans les usages. Ils tuent l'innocence brute. L'insouciance seule peut s'offrir, sans jamais manquer ni de soi ni des autres.

Ni projection, ni retenue, juste l’être qui transperce la barrière des apparences et des habitudes superficielles.

Je ne suis absolument rien, excepté quand mon âme touche la vôtre. Alors nous reconnaissons en chacun le grand Tout qui veut ce Nous. L'Amour ne naît jamais seul, l'Univers a besoin de nos réveils, ensemble. Le rêve veille, les hommes s'endorment.

Ça ne se retient pas la nuit : ça se traverse dans la confiance du sommeil qui nous kidnappe, pour nous rendre à la conscience éclairée d'un nouveau jour qu'il faudra encore penser, le soir, à remercier.

L'important n'est pas d'être spirituel ou matérialiste, mais de transcender l'absurde condition humaine et servile en intenses moments de liberté. Le reste, on s'en fout. Le reste ne nous concerne déjà plus.

J'ai besoin d'espérer pour entreprendre. Et la foi seule, nous donne la force du pardon, quand tous les autres n'ont encore que la violence de leurs propres désespoirs.

Cherche toujours la paix en toi. Le Mental mène une guerre totale qui nous excite, qui parfois nous fait croire qu'on existe, mais il nous cache le sublime de ce qu'on mérite vraiment de soi et des autres. On vaut tous bien plus que l'égo dominant. Si tu dois porter un masque, porte celui qui te ressemble. Le Monde n'existe que parce que nous le co-créons, en permanence. Nous sommes le monde extérieur, en Soi.

 

 

Et j'écrirai l'amour, comme hurlent les loups dans les steppes arides, car je sais jusqu'où résonneront mes cris, dans les cœurs au loin, qui sauront l'entendre.

Peu importe où nous irons. Nous n'irons nulle part, au bout du compte, car nous sommes déjà là. Il suffisait de le comprendre, pour ne plus s'épuiser à partir et pour ne plus finir, d'aimer.

 

Je crois, je sais

ce qu'aucun mot ne peut traduire

Qui pourtant me faisait sourire

Quand je t'aimais.

 

Il se passe quoi dans ton cœur trop sensible? Et si trop de mémoire te jouait des tours, juste pour te faire oublier que tu vaux bien plus que toutes ces larmes? Ne laisse plus ta tête étouffer qui tu es vraiment. Souris, ouvre les yeux : tu es la Beauté même.

Peut-être que notre besoin d'amour est la nostalgie de cet autre monde, où tout est silence et sourire, transparence et plaisir. Peut-être qu'il faudrait seulement s'en souvenir, pour aimer vraiment.

Le périssable de la matière n'affecte jamais l'essentiel qu'on a su y reconnaître.

Notre amour inachevé n'aura sans doute pas le goût sucré des retrouvailles, mais il a su fleurir, le temps d'un court printemps, les roses de nos cœurs. À jamais j'emporterai leur parfum éternel dans mon cœur reconnaissant.

Si l'amour n'est pas intense, alors on s'est fermé. Chaque relation est la chance qui nous est donnée, de franchir le seuil de notre cœur déserté et de nous habiter un peu plus chaque fois.

Il n'y a que des génies parmi nous : ceux d'entre nous sortis de leur lampe pour s'exaucer et puis, il y a les autres, qui y restent enfermés et qu'aucune magie ne vient toucher, comme des lampes éteintes. C'est triste une ampoule sans âme. Mettre en lumières ses nuits, quelles plus belles transcendances ?

Ça vaut la peine d'ouvrir l’œil du Cœur. On dissipe d'un coup la médiocrité tenace à laquelle on était habituée et ceux qui ne nous comprennent pas nous abandonnent. Quel bonheur d'être souvent seul, quel bonheur d'être vraiment aimé à la vraie racine de Soi.

J'aime les aigles, car ils sont la puissance incarnée du Ciel. Ils sont le Ciel en volant et la terre, quand ils se posent.

Le Monde est Magique. Ce n’est plus une question de croyance. La tête est impuissante à connaître les secrets que le Cœur seul connaît. Si la Magie n'existait pas, nous serions nés mortels. Nous sommes des Dieux en apprentissage.

 

Chris le Gardien le 15/05/2019

 

La beauté est quelque chose de virtuellement là, depuis toujours là, un désir qui jaillit de l'intérieur des êtres ou de l'Être, telle une fontaine inépuisable.

François Cheng.

Si vous voulez éloigner du monde la souffrance, alors éloignez tout ce qui est sombre et négatif en vous. En vérité, le plus beau cadeau que vous ayez à donner est celui de votre propre transformation.

Lao Tseu.

Elle en était arrivée à penser que la seule chose digne d'être racontée, c'est ce que l'on ressent. L'intelligence était bête. On devait simplement dire ce que l'on ressent.

Mrs Dalloway de Virginia Woolf.

Si un homme manque de reconnaître sa véritable nature, le véritable objet de son amour, la confusion est grande et irrémédiable.

De Chardin Teilhard.

Il n'y a pas d'accomplissement du moi, mais seulement perpétuation du moi, avec ses conflits toujours croissants, ses antagonismes et ses souffrances.

Jiddu Krisnamurti.

Comment saurez-vous si vous êtes sur la bonne voie ? Quand votre visage s'illuminera d'un sourire, quand ce que vous faites vous rendra heureux. La bonne voie se trouve partout où vous êtes heureux.

Ramtha.

Nous avons beau faire le tour du monde à la recherche de la beauté, si nous ne l’avons pas apportée avec nous, nous ne la trouverons jamais.

Ralph Waldo Emerson.

La Beauté n’est pas sur le visage. C’est une Lumière qui brille au fond du Coeur.

Khalil Gibran.

La poésie est une lettre d'amour adressée au monde.

Charlie Chaplin.

On ne peut pas tout partager, il faut s’aménager un jardin secret. En avançant dans la vie, on acquiert cette sagesse fondamentale qui vous indique les rêves qui sont à partager et ceux qui sont à garder secret.

Mankell.

Je croyais jusqu'alors que l'amour était reliance, qu'il nous reliait les uns aux autres, mais cela va beaucoup plus loin! Nous n'avons pas même à être reliés:nous sommes à l'intérieur les uns des autres. C'est cela le mystère, c'est cela le plus grand vertige.

Christiane Singer.

L’amour est visionnaire. Il voit la divine perfection de l’être aimé au-delà des apparences auxquelles le regard des autres s’arrête.

C.Singer.

J’ai voulu dilater la nuit, et y faire entrer sans cesse de plus en plus de rêves.

Virginia Woolf.

L'amour n'a de logique et de raison que celles du cœur.

VH Scorp

Je me suis réveillé seulement pour constater que le reste du monde était encore endormi.

Léonard de Vinci.

Réunifier toutes les parts de soi, de l'ombre et de la lumière. Accompagner l'ouverture du cœur envers soi-même, aller vers un regard plus doux sur ses propres failles, ses fragilités, sa vulnérabilité pour permettre à sa nature véritable de s'exprimer.

Laure Zanella.

Je crois que c'est ça un artiste . Je crois que c'est quelqu'un qui a son corps ici et son âme là-bas , et qui cherche à remplir l'espace entre les deux en y jetant de la peinture , de l'encre ou même du silence .

Christian Bobin.

C’est comme les gens qui s’imaginent qu’ils seront plus heureux en allant vivre ailleurs, mais qui apprennent que ça ne marche pas comme ça. Où qu’on aille on s’emmène avec soi.

Gaiman.

Trouvez la douceur dans votre propre cœur, alors vous pourrez la trouver dans chaque cœur.

Rumi.

La beauté des Âmes que je croise marquera toujours plus intensément ma mémoire que le feront mes doutes et mes chaos.

John Joos.

Entre moi et le monde, une vitre. Écrire est une façon de la traverser sans la briser.

Christian Bobin.

J’ai toujours aimé le désert. On s’assoit sur une dune de sable. On ne voit rien. On n’entend rien. Et cependant quelque chose rayonne en silence.

Antoine De Saint-Exupéry.

- Venez jusqu’au bord.
- Nous ne pouvons pas, nous allons tomber.
- Venez jusqu’au bord.
Et ils y sont allés. Et il les a poussés. Et ils se sont envolés

Guillaume Apollinaire.

Être libre pour la liberté signifie avant tout être délivré, non seulement de la peur, mais aussi du besoin.

Hannah Arendt-La liberté d’être libre, 1966-1967.