Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Chris le Gardien auteur

Chris le Gardien auteur

Menu
Ces Myriades d'étoiles en Soi ...

Ces Myriades d'étoiles en Soi ...

Ces Myriades d'étoiles en Soi ...

La Beauté n'est pas juste possible en ce monde, elle est nécessaire. Ne sous estime pas la puissance de l'Amour. Ne cherche plus l'amour. L'Amour, c'est toi! L'Amour c'est nous. L'Amour c'est la communion des solitudes qui se retrouvent.

Nous sommes des étoiles isolées, mais aussi leur Ciel infini qui nous inspire. Ne scinde plus l’Égrégore d'Amour qui te précède et te survit, car oui, cet Égrégore survit aux rencontres et aux formes achevées et il ne cesse de nourrir ton Cœur de sa Présence, même quand tu l'ignores. Il y a une part d'inconscience en toi qui est bien plus essentielle que tout ce que tu vois.

Voilà la force inaliénable que la distance, la séparation ou la possession duelles ne parviendront pas à briser, car l'Amour est bien plus que cela. Il est la Substance Originelle de Tout ce qui Est et paraît.

Il n'y a pas de Beauté froide. L'âme s'imprime toujours sur de la cire chaude, sinon elle ne marquerait pas. Voilà la fusion, voilà la chaleur de toute création, le mouvement de son Feu sacré.

Le plus grand danger de la Beauté qui s'exprime et qui sort d'évidence de soi vers les autres, c'est de s'égarer froidement à la périphérie d'elle-même, car la Beauté est ancrée à l'âme, sinon elle s'évanouit d’orgueil, comme un feu qui ne prend pas, sous un rideau de fumée qui nous étouffe et nous voile.

J'avance, mais je ne vais nulle part. J'y suis déjà depuis si longtemps, sans le savoir. Il ne me manque que la Conscience, pour y rester toujours, sans plus me fuir, sans plus ces filtres froids et sombres qui m'asphyxient.

On se souvient trop du moi au passé de nos brumes et pendant ce temps, toujours illusoire, on oublie le Soi au présent du Foyer, notre essentielle et seule Beauté. Demain, n'est pas qu'un nouveau jour : il est le JOUR unique, à jamais! Et ce devenir, c'est toi, ici et maintenant!

 

Non! plus jamais je n'oublierai mon toujours.

Pour accueillir le nouveau jour, sachons abandonner l'ancien. La seule Présence en ce monde, est un renoncement spontané à ce qui n'est déjà plus nous, à ce qui ne l'a jamais été vraiment. Nous sommes, en Soi, ce que nous cherchions depuis toujours à l'extérieur. Et notre Ciel est partout en nous, là où nous savons en percevoir la douce et généreuse Lumière infinie.

Je me dis qu'on n'a plus le droit de douter de l'influence de la Lumière, quand on sent ses rayons nous traverser. Nos ombres sont des masques d'oublis. Réchauffons nous, ré-habitons notre propre feu et nos formes n'occulteront plus la chaleur de notre âme.

Savoir entendre le chaleureux murmure de son âme est le plus bel apprentissage qui soit. Voilà sans aucun doute la Révolution majeure de nos prochaines décennies, en ce siècle tourmenté ; et elle sera un fruit d'humilité, de pacification et de persévérance intérieures sans précédent. Qu'importe alors ta religion si l'Amour est ta force et ton guide. Le propre de toute spiritualité est la désidentification de toutes les formes d'antagonismes.

 

Je ne suis rien, mais je suis tout l'Univers qui remplit mes vides existentiels.

Quoi? Tu n'as pas compris encore combien la vie doit te déce-voir pour transformer peu à peu ton regard, le guider au-delà de ton immédiate absurdité? Perce-Voir en per-sévérant entre les choses bruyantes, c'est mériter d'évidence leur douce et sublime intimité.

Deux nudités cohabitent en nous : la désœuvrée, qui est violée et soumise ; l'originelle, qui est innocence et spontanéité. Qui n'aime pas l'innocence, n'aime pas les félins : indépendants, passionnés, avides de câlins et de liberté. Nous sommes des félins conscients.

Ma "Présence", en Conscience, est la somme extraordinaire de tous mes pas ordinaires passés. Mes imparfaites empreintes sont le chemin sacré du sublime accomplissement : la Vie même qui doit tout à mon apprentissage et qui l'encourage, avec bienveillance.

On manque de tout, quand on manque une seule occasion de combler son Cœur. Le Cœur ne doit jamais demeurer vide, ni de soi ni des autres.

N'oublie pas que tu es mortel et incomplet pour habiter chaque jour, mais sois "Conscience d'Éternité", pour le voir finir sans attachement et renaître à toi-même à chaque instant, à chaque moment, à chaque vie ; tu Es l'immensité dans chaque détail.

Il n'est pas de Cœur aveugle. Tout le monde peut voir qu'il y a quelque chose de plus vaste en soi qui flirte avec la Magie, mais la plupart se croit trop adulte pour croire encore en la pureté de ses innocentes perceptions d'enfant.

Il suffirait pourtant de si peu pour sentir. On sent trop avec ses sens et pas assez avec son Cœur. La Beauté n’est pas seulement visible, elle est un rayonnement qui ne vient de nulle part et qui nous traverse, en estompant tout nos doutes sur sa Présence sacrée.

Si tu veux regarder le soleil sans te brûler les yeux, contemple la lune qui se drape dans sa beauté. Tu n'en seras jamais aveuglé et sa Lumière sera le témoin et le guide de tes origines Céleste. Ils te raccompagneront en ton Foyer.

 

L'Univers perce dans des yeux

Qui sèment

Tout le mystère merveilleux

Qu'on aime.

 

 

Il n'y a pas qu'un monde, non plus. Il existe une infinité de dimensions qui se connectent ou s'ignorent. Il faut beaucoup de courage et de compassion pour s'abandonner à l'inconnu et oser emprunter ses couloirs invisibles qui nous touchent vraiment.

Nous sommes un toujours et un infini, enfermés dans la matrice du temps et de l'espace. Allons rechercher ce que nous avons occulté, fui, oublié. Souvenons nous de notre incroyable et indéfinissable état originel. Voilà la seule réalité ultime : notre immuable Présence.

Rien n'est plus imperméable à la Lumière en ce monde, que l'homme qui ne veut pas la capter. Même le marbre sait laisser passer l'âme.

Je ne crois plus dans la force contre la faiblesse. On a tous la force qu'on doit. Et au centre du Soi Sublime, il n'est qu'une seule énergie : la Vie, la nôtre et elle est inébranlable.

Quoi faire de mieux que son possible, quand tout en nous résonne d'espoir? C'est cette intuition profonde, qui conduit au génie.

Derrière les brumes de nos filtres épais, se profile une belle espérance. Il est là, immobile et paisible, au fond des mots tendres, des sourires sincères et des baisers chaleureux, jaillissant de nulle part et de partout : nous sommes ce soleil en besoins de percer.

Ne sois jamais moins qu'un homme, mais sois toujours bien plus que sa seule apparence.

 

La chimie est désuète

Mais soyez le poète

Que la femme dévête

De désirs exégètes.

 

 

 

Il y a deux façon d'appréhender ce monde, s'y adapter ou le créer.

La liberté? Elle ne se pose aucune question qui ne soit pas la Vie qui coule. Fous toi des "pourquoi", mais adore les "comment"... Il n'y a qu'un bonheur : il est fait de pureté.

On n'est peut-être pas tous égaux devant le bonheur, mais l'Amour nous montre à chacun son chemin. Il suffit de l'entendre en y ouvrant son Cœur.

Mes cicatrices, plus ou moins profondes, témoignent de mes expériences, tâtonnements, erreurs et remises en question. Au bout du compte, elles se sont refermées, mais elles ont mis en Lumière qui je suis et ce que je peux vraiment.

Un Cœur connecté filtre toujours les plus belles effluves. Ses mots sont des bulles fragiles, qui en éclatant libèrent tout leur parfum. Il faut prendre soin des mots ; ils ont parfois aussi l'odeur du caniveau.

Ce courant naturel, n'est plus la course effrénée et artificielle de notre Mental. Ce courant de Soi reconnaît la force des cimes et nous rend vivant, bien plus vaste que nous-mêmes.

On est partout et nulle part, mais tout nous habite soudain et l'on sent la Présence du Tout en Soi, rassemblé et indiciblement Sublime. Alors on n'a plus besoin d'aucun mot. On communie avec l'Instant qui est Éternité palpable et immuable au milieu des tourments.

Les mots les plus importants sont ceux de l'Amour partagé, qui se comprend sans se parler. Ne te méprends pas sur les raisons de l'Amour. Chacun a les siennes, mais l'Amour échappe à tous ceux qui en manquent dans leur propre Cœur. Nul ne rencontre l'autre, sans s'être d'abord reconnu soi-même.

 

Mon Cœur est une étoile, ma galaxie c'est moi.

 

 

On ne vit pas seul ou comme tout le monde, mais le monde s'anime en Soi seul et tout comme on le vit.

La Vie est faite de Vraies rencontres et pas de soumissions dans les cloisons d'un autre. On ne se croise sublimement que de belles solitudes.

Nos solitudes? Gardons les pour nous. En elles, on aspire à bien nous accueillir, en invités seulement, sans s'envahir. Nous sommes un ballet de bulles intimes, fragiles et solitaires qui désirons danser souvent, Cœur contre Cœur, sans vouloir se détruire. Chaque étoile est seule mais forme par sa présence une myriade d'étoiles conscientes.

Une Présence et tout est là! Elle avait de l'âme plein les yeux. Début et fin se confondent sur le chemin du Cœur. Le toujours est la vie même, sans la morosité du longtemps. Il n'y a pas de beaux projets, sans belles présences.

Une connexion n'est pas un attachement, c'est la conscience de faire partie d'une seule et même réalité ultime. L'Amour qui nous veut libres, une galaxie qui laisse à chacun son espace infini.

Je ne crois pas juste dans l'Amour ... Je le suis, partout où je l'entends, car il est la seule trace que je reconnaisse sur terre, du Ciel intense jusque dans mes racines profondes. Sans lui, je deviens apatride. En lui, je respire le parfum de mon éternelle jeunesse, ma terre perdue et promise. Cette fidélité à Soi-même entraine toutes les autres.

On fait ainsi l'Amour avec toute son âme, c'est le corps qui l'exprime et le Cœur qui l'imprime, inspirant et joyeux. Sans âme, le plaisir nous épuise ; par elle, il nous nourrit. Aucun désir ne sera coupable, de nos mutuels sens incontournables.

L'Amour est la mise en Lumière de notre communauté d'âme. Il révèle sur ce plan sensible, toute la Vérité vibrante de l'indicible. Ce pourquoi il est toujours intraduisible et inexplicable. Sa Présence est une clé invisible qui ouvre nos serrures intimes. Seule notre gravité est "grave et mortelle". Tout le reste est léger et subtil.

***

N'oublie pas ton âme

Où que tu sois

N'oublie pas la flamme

Qui te fait Toi.

 

 

Je n'abonde plus mon malheur de ce qu'ils savent, mais je nourris ma Joie de ce qu'ils ignorent.

Il faut savoir rire de soi-même et avec les autres, toujours responsables, mais jamais "constipés".

L'Humanité n'a pas démontré sa capacité durable à l'Amour, ni sa capacité à rire sans se moquer ou sans vouloir détruire. Ce qui est vital aujourd'hui, c'est de substituer ce concept d'Ego collectif limité, par le réveil de cette Sur-Humanité qui dort en chacun de Soi, notre seule solution contre l'orgueil et l'inconscience de nos épuisants combats.

Le plus terrible n'est pas de se rappeler qu'on va tous mou- rire à force d'inconscience, mais d'oublier qu'on va tous renaître en conscience.

Ne sois jamais plus l'inconscience qui t'agite. Sois, Agis,   Les limites de la compassion? Il vient un temps où il devient nécessaire de s'éloigner des personnes qui se plaignent, car leur renaissance ne dépend que d'elles et de leur propre acceptation à reconnaître l'amour qu'on leur a offert.

Aime toi, le reste suivra. Comprendre, c'est aimer. Et si nous nous aimions vraiment? L'Amour c'est la juste distance de vraies connexions qui se respectent.

L'homme qui s'en prend au paradis ne mérite que l'enfer. La Beauté se respecte de toute son âme ; sauf à en manquer, alors on s'égare dans les méandres de son propre cauchemar.

On ne peut se retrouver un peu, sans s'être beaucoup perdu. Un jour pourtant, on suit le chemin de son évidence et l'on profite enfin, de soi-même et des autres.

On se sent si vide parfois, qu'on se remplit des autres. C'est là l'erreur de nos siècles d'inconscience : l'effritement de notre plénitude, la désolation de notre esprit, l'oubli de notre Magie, qui forment les tourments dans nos Cœurs.

***

 

Qu'es tu, homme sans foi, sinon une âme perdue en attente de tes retrouvailles?

Parce que le sommeil n'est pas de l'indifférence, parce que la nuit est conscience sans souvenir et pur bonheur de l'âme, un jour, il fera nuit aussi en plein jour.

On ne se convainc d'aucun bonheur qu'on ne sache vivre spontanément. Le ressenti s'exprime, et se partage allègrement sur le rayon de notre conscience recouvrée. Le bonheur ne se provoque pas, il diffuse et jaillit, quand on cesse de vouloir être heureux, quand on glisse dans le courant naturel de la myriade des "Soi".

Un jour l'on comprendra tous, que cet autre c'est nous-même. Vivement aujourd'hui, demain est trop loin. Le temps ne compte plus quand on s'aime.

On ne se perd que dans l'ailleurs où l'on n'a jamais été vraiment. Ici et maintenant, à l'exact endroit de ma conscience, je suis la Présence impérissable de ce qui ne peut plus m'égarer. Les cycles nous contraignent, autant qu'ils nous libèrent. La persévérance, c'est l'effort qui suit notre évidence, en dépit des doutes et malgré la peur.

Et dans ce Ciel obscur qui reste à éclaircir, nous retrouvons enfin la trace de l'Univers indivisible. Tu sais ce qui peut mourir en toi? le moins bon. Le reste vit à jamais.

 

Chris le Gardien- Fin mars 2019.

 

Ces Myriades d'étoiles en Soi ...

Dak tang chèn teune droup lé tou
Je vais engendrer la pensée de l’éveil
Dak ki tchang tchoup sèm kyé do
Afin d’atteindre la réalisation pour moi-même et les autres.

Lama Zopa Rinpoché.

Tous peuvent entendre mais seuls les êtres sensibles comprennent.

Khalil Gibran

Car au fond, et précisément pour les choses les plus profondes et les plus importantes, nous sommes inqualifiablement seuls.

Rainer Maria Rilke

Lorsque nous fermons une porte, faisons naître en nous bodhicitta en pensant : « Puissent les portes menant aux royaumes inférieurs être fermées à jamais afin que les êtres n'y tombent plus ; tout en fermant cette porte, je ferme les portes des royaumes inférieurs.

Lama Zopa Rinpoché.

La beauté parfaite est celle que l'on soupçonne ; la plus rare est celle que l'on découvre ; la plus précieuse est celle que l'on devine.

Serge Bouchard.

Ce n'est pas possible que le monde ne soit que ce qu'il semble être, ce serait ennuyeux à périr, il y a forcément autre chose, des règles, des lois cachées, des systèmes souterrains ou célestes, sinon cette vie n'aurait aucun intérêt.

Hervé Guibert

La poésie n’est pas incompréhensible, elle est inexplicable.

Octavio Paz

Qu’il est bon, qu’il est agréable pour des frères d’habiter ensemble !

(Ps, 132, 1)

Ils n’étaient qu’une âme et qu’un cœur.

(Ac 4, 32)

Voyez ! qu’il est bon, qu’il est doux d’habiter en frères tous ensemble dans l’unité.

(Ps 133, 1)

Être là est un art.

Philippe Sollers

L’échec est une chose. C’est l’abandon qui est inacceptable.

Neil Strauss.

Bien que mes yeux, aveuglés par les passions, ne voient pas la brillante lumière qui les contient, la grande compassion jamais ne se lasse et toujours déverse sur moi sa lumière.

Shinran Shonin (1173-1263).

On peut conquérir des milliers et des milliers d'hommes dans une bataille; mais celui qui se conquiert lui-même est le plus noble des conquérants.

Dhammapada (1er siècle av J.C.)

Il existe plusieurs vies. La première, c'est l'enfance. Heureuse ou malheureuse, on ne s'en remet pas. L'enfance, c'est le point d'eau. On y revient toujours.

Pascal Jardin.

Certes, l'extraordinaire nous attire un instant. Mais la simplicité, toujours présente et changeante, nous retient plus longtemps parce que c'est en elle que réside l'essentiel.

Édouard Boubat.

Si la beauté peut passer ou lasser, si elle peut s'estomper ou finir par ennuyer, le charme, en revanche, ça ne part jamais, c'est là, pour toujours, ça reste, intact.

Philippe Besson

"Être libre, c'est s'exercer à n'être rien.

Emile Cioran

"La vie est belle quand notre cœur embrasse la pulsation de l'Univers.

Laurent Gounelle.

Il faut tenir la main de l’enfant qui est en vous. Pour lui, rien n’est impossible. 

Paulo Coelho.

Mantra du Bouddha Shakyamouni :


Ta ya tha Om mouni mouni maha mounayé svaha...

Ta ya tha : Il en est ainsi.

Om : Le connaisseur suprême du trikaya et des corps, parole et esprit saints des bouddha infinis. La connaissance des deux chemins vers l’Eveil (méthode et sagesse) et des deux vérités (relative et absolue) qui contiennent toutes formes d’existences en eux.

Mouni : Contrôle sur la souffrance des trois royaumes inférieurs et sur la conception erronée du « je » existant en soi.

Mouni : Contrôle sur la souffrance de tout le samsara et sur les pensées d’auto-chérissement.

Maha mounayé : immense contrôle sur la souffrance causée par les illusions subtiles et sur l’esprit dualiste (l’arhat du hinayana n’a pas surmonté ce problème).

Svaha : Puisse mon esprit recevoir, absorber et garder les bénédictions du mantra, et puissent-elles s’enraciner.

 

Lama Zopa Rinpoché