Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Chris le Gardien auteur

Chris le Gardien auteur

Menu
Ce Monde que tu n'habitais plus...

Ce Monde que tu n'habitais plus...

Ce Monde que tu n'habitais plus...

On utilise les mots pour nous raccompagner à l'Essen-Ciel, et nous ré-habiter pleinement nous-mêmes. Les mots sont des énergies qui vibrent et sur lesquelles on se ré-harmonise, délivrés des automatismes sclérosants et lourds, on élève notre ordinaire. Les mots sont une Alchimie de Soi.

La clé des songes, n'est pas qu'un prétexte sans fond pour alimenter les contes ou les légendes. Elle est l'expression du pur engouement de notre Cœur, empreint de nostalgie profonde, pour tout ce qu'on a abandonné de Soi, derrière une grande porte close refermée derrière nous depuis notre naissance.


Il n'y a pas 36 solutions, il n'y en a qu'une : c'est nous!

Cette porte est pourtant le vrai passage, la seule expérience qui nous fait renaître. On se sent seul, séparé de tout, plongé dans l'absurde d'un monde qui manque de sens? La solitude est pourtant l'attribut nécessaire à notre liberté, car personne ne peut faire ce chemin du retour à notre place On peut errer sur le chemin des autres, on ne se perd jamais sur le sien propre. Je suis tout avec les autres, mais je ne suis rien sans moi.

La Vie, ce sont des rendez-vous réussis, qui se prolongent dans le Cœur "réveillé" de chacun. La principale d'entre eux, est d'abord la rencontre avec Soi-même, car c'est elle qui initie vraiment toutes les autres. Sans elle, on ne fait que se croiser. On a la passion des belles rencontres qui font en soi toute notre fortune. En cherchant en Soi l’Essentiel, on y croise toujours notre frère, en synchronisation. Et c’est une belle rencontre, celle qui vibre de Soi à Soi, à la porte franchie de notre demeure comm'Une.

Voyez l’enfant, qui ne s'est pas encore éloigné de lui-même. Il vous serre dans ses bras. Il ne le fait pas à moitié. Il ne fait pas que vous croiser, il vous habite. Chaque atome de son corps est en contact avec chaque atome du votre. Les barrières des corps se décomposent dans l'intensité d'un câlin.

De même, il ne serre pas notre main avec ses seuls doigts. Il intrique toute son âme en celle qui vibre de la même innocence. Voilà la Beauté rendue sensible. On ne comble plus aucun espace vide en Soi, on l'habite ensemble, dans la plus haute complicité de Cœurs ouverts.

L'intensité supplée toujours la durée et l'espace. Si l'on rectifie notre regard, en rajoutant de la profondeur à l'horizon, on change le monde et l'on remplit les objets de tout l'Essentiel qui manquait à nos formes inhabitées. C'est cela vivre intensément : Se synchroniser à l’Âme du Monde. Ne plus faire qu'Un avec le Tout. Mais chaqu'Un étant seul et responsable de cette créativité!

Chac'Un, Est une individuation de l'Univers. Nous Sommes tous Unis par les liens que nous reconnaissons derrière nos conditionnements absurdes. Un jour, le murmure du Soi est plus grand que les gesticulations du Moi. Un jour, on est Conscient de cette merveilleuse co-création, on se transforme et l'Egregore nous transporte.

Nous sommes des créa'Coeurs d'énergies. On ne les crée pas, on s'y synchronise. Sans nous, l’énergie reste bloquée dans nos régions désertées de Soi. La Matière dure, n’est pas imperméable, nous pouvons et nous devons un jour nous affranchir de ses limites illusoires.

Ne doute donc plus de l'extraordinaire Force qui anime ton Monde. Je ne connais pas de forme sans un Mystère puissant qui ne l'anime. Croire, qu'on peut encore servir l'Amour, sans s'y asservir est une Foi que le Cœur seul peut porter.  Nier son Cœur, c'est s'aliéner à l'absurde et l'absurde est un gouffre sans fond où l'on disparaît soi-même. Croire en ce qu'on a ne suffit pas, il faut surtout sentir ce que l'on est.

La Vie triomphe toujours des modes et des carcans, car au bout du compte, on finit tous par accepter de jeter les vieux habits qui nous serraient trop forts.

Nous habiter, c’est remplir de Soi nos espaces intérieurs vides. C’est visiter nos propres creux, ceux qui résonnent de tant de souffrances, ce pourquoi sans doute ils nous font si peur. Car voilà bien la force de l’absurde : nous interdire le sens, en nous coupant des zones qui seules peuvent le restaurer. La Peur nous interdit le sens de la Vie ! On se condamne à rester sur le palier de nous-mêmes, sans même pouvoir connaître du remède qui pourtant nous attend à l’intérieur.

Tout objectif est un leurre Mental qui tue la spontanéité de la Présence et de l'Unité. Rien de qui est extérieur n'existe sans nous, mais nous nous projetons un monde extérieur et nous nous en distinguons, en nous fuyant, alors qu'il ne dépend que de Soi-même. Définir, c'est contraindre en nommant. Il ne restera rien des objets dont la nature est périssable sans en libérer l'Essentiel, en Soi. Alors, le Monde devient éclatant, dès maintenant, puisque nous en habitons le moindre interstice, sans laisser notre Cœur envahi par un extérieur qui nous éloigne de nous-même, mais en inversant notre regard, en glissant sans résistance, comme l'eau embrasse doucement tout le lit du lac, notre âme ré-habite le Monde. Plus aucune paroi ne limite plus notre rayonnement. Il faut accepter le Monde-Matrice et en sentir les fondements, en Soi.

 

La Vie n'a aucun sens, sans le sens de la Vie.

Te souviens tu du sourire des Dieux? Alors tu es sur le chemin de ta propre Présence, sans résistance. Bientôt tu n'auras plus besoin ni de mémoire, ni de nostalgie ni même de but. Tu seras pleinement cet Amour, dont tu portes la trace.

Ce sens est vibratoire, et non spatial. On se contente d’exister, alors qu’il faudrait commencer à Être. L'Univers coordonne ses particules en un alignement parfait. Quand on le comprend, on apaise naturellement le chaos de notre propre espace intérieur, on fusionne sans plus perdre de Soi-même.

 

Pas de hasard si l'ange a l'apparence

De notre belle et tendre enfance

Du sourire Solaire de l'Innocence

L'ange est surtout en nous, en pleine conscience

Au Cœur de l'imperturbable Essence

D’où renaît l'intime évidence

Après de trop nombreuses années d'absence.

 

La Vérité est animale. Seul le mensonge est Humain. L'enfant et l'animal ont ceci en commun, qu'ils communiquent sur la même fréquence, non encore brouillée, de leur innocence.

Tu veux du sens ? Ressens, comme Proust, la madeleine de ton enfance. Le charme de l'enfance est d'être charmé de tout.

Sois cette Madeleine ! Sois l’Univers dont le temps ne s’est pas encore emparé. Ou le passé et le futur se conjuguent à l’infini présent d’une âme libre et éternelle, où toutes les émotions positives se coordonnent en ce Centre ouvert et rayonnant.

Rappelle toi de ton enfance, quand ta Vie vibrait de saveurs et de senteurs, quand ton Cœur débordait d'émerveillement, comme s'il n'était jamais séparé de la Beauté sensible extérieure, mais que celle-ci était son prolongement, toujours l'un dans l'autre. Vis cette enfance en Présence. Cette enfance c’est ton âme déliée de ses poids.

 

Tu veux du Sens?

Oublie les points cardinaux

Jours et nuits Haut et bas

Hier ou demain

Descend en toi

Là, rayonne depuis l'Axe masqué

La Présence des formes Ex-térieures

Que tu reçois et constitues

Là, ton âme soumise à ton propre oubli, t'embrasse

Sous-viens toi

Tu Es cela!

 

L'Essence Brille de sens

Elle est gorgée d'innocences

Qui dansent

Dans l'Harmonie du grand Silence.

 

Dans le Silence de l’Être, Sois Toi

Et puis t'ES Toi!

 

Demain peut ne pas venir, mais aujourd'hui est bien là. Habitons le, pleinement. Aujourd'hui, c'est toute la Vie. L’enfance est un aujourd’hui sans lendemain, car chaque seconde se suffit à elle-même.

On dit que demain est un autre jour, moi je dis que demain est fait de la même Lumière. Et si vous en manquiez aujourd'hui, alors rapprochez vous d'elle. Chaque jour vous attend, depuis toujours.

Il n’y a rien à ajouter. Il y a tout à l’habiter ! Qu'importe l'éphémère, si l'on sent la Beauté. L'Amour est Racine et Fleur à la fois. Ne les sépare jamais. La tête est vide de sens et pleine de raisons bruyante. Le Cœur est un réceptacle de Beauté. C’est là, que converge l’Essentiel, de tout cet espace et ce temps conséquents.

On ne coupe pas une rose, on l'habite assez pour que sa présence et la notre se synchronisent sur le rayon infini d'un instant même fugace. Rien de ce qui a touché notre âme, ne disparait vraiment.

L'éphémère, c'est encore la Beauté qui exalte nos sens, mais c'est surtout aussi l'empreinte de l'Éternité sur le sable qui écrit:

"n'aie pas peur, je suis-là! Suis cette trace. C'est Toi et moi réunis. Je suis la Terre et le Ciel en vibration"

L'Instant est rempli de toi-même. Ne reste pas sur le palier. Visite ta demeure. Celle dont tu t'étais éloigné. Je crois, en effet, qu'on a bien qu'une Vie, mais l'Éternité pour l'habiter pleinement. Tant qu'on entre pas en Soi, on ne vit pas!

Le bruit de nos têtes couvre depuis trop de temps perdu, la plénitude de nos Cœurs inhabités, et on ne sait plus bien aimer. Si aimer devient un exutoire, alors c'est une forme de violence contraire aux fondements mêmes de l'Amour. Le Silence du Verbe anime et réveille nos belles intentions et la bienveillance simple agit alors, détachée de l'orgueilleux et ambivalent langage des Hommes.

Rends à tes heures le Sacré qu'elles n'ont plus et offre à ta chair la chance de son intensité.

Ce que ta tête ne sait jamais, ton Cœur le sait toujours. Le Cœur d’un enfant n’est pas encore aspiré par l’aigreur du raisonnement. Le petit d’homme est un Cœur pur, aussi bien enraciné dans son animalité sacrée que tous les animaux de la Nature. Ancré, aligné et joyeux, comme tous les "nouveaux nés". Car il y a de l’innocence dans tout ce qui nait, l’innocence d’avant la chute ! Sois ce "nouveau né" à chaque instant.

 

S'enraciner!

Car sans racine,

On est une branche sèche, cassante Et déshydratée.

S'enraciner!

C'est puiser la sève à disposition de la Vie,

Comme le sang coule dans nos veines,

Sans lequel, nous ne sommes que des zombies.

 

 

Faire confiance en sa "faim" intérieure.

Notre corps n'est pas une illusion détachable de Soi. Il est la cristallisation de Soi sur le Plan physique. Si la Dualité nous rend simplement sensible à ce dernier en nous séparant de nos énergies, s'aligner, c'est ré-habiter, en Conscience, notre Totalité. La Matrice extérieure s'estompe alors et prend tout son sens en réveillant en nous son fondement.

Personne ne t'offrira ton éternité. Si elle t'est promise, c'est à toi seul de l'atteindre. S'aligner, c'est ne plus s'aliéner à ce qui nous volait notre présence enthousiaste. Ce repli, qui jadis nous enfermait dans une image décalée, devient un recueillement qui nous ouvre alors à la version la plus authentique et décomplexée de Soi-même, sans plus rien forcé, sans plus aucune violence, qui est négation de Soi.

La violence ne construit rien. L’Homme a froid hors de son Cœur. On ne vole rien, on ne nous prend rien, on (se) ré ou dés-équilibre soi-même, en se synchronisant bien ou mal, sur les vibrations qu'on s'autorise. La Sérénité et la Joie sont les seuls signaux vrais de l'alignement acceptable. Écoute Toi toujours, tu entendras l'Essentiel.

La Beauté n'est pas un artifice, ni même un éclat éphémère du monde. La Beauté est au fondement même de la Vie, la Totalité de ce qui s'y déploie et il ne tient qu'à nous de faire remonter son énergie en Conscience. Nous vivons, l'apparence que nous méritons.

Il avait froid. Il faisait 40 degrés, mais il fait froid, à l'intérieur. C'est peut-être cela qu'on ne nous apprend pas: la chaleur de son Cœur. Une vie entière, on peut greloter, au milieu de l'enfer, c’est à dire, en périphérie de Soi !

La plupart d'entre nous, se contente de jeter un œil sur la vie, alors qu'il faudrait le garder et en prendre soin, à l'abri de son Cœur. L'Innocence, toute l'Innocence et rien que l'Innocence, comme si l'Univers avait absolument besoin de nos bras et de nos sourires, pour s'épanouir.

Les décisions Fonda-Mentales de votre vie, ne seront prises qu'avec le Cœur, car aux fondements le Mental dissipera son ignorance et votre intuition s'y substituera, en Présence Omnisciente.

On passe sa Vie a restaurer en Soi le Sublime, que la médiocrité des habitudes nous vole mais, il existe quelque part en nous une farouche volonté de ne pas finir, de voyager plus grand que les limites qu'on nous fixe, de désobéir aux ordres qu'on nous donne... de rendre à notre Liberté les ailes qu'on lui coupe.

La Vérité n'est écrite dans aucun livre : elle est la Vie même qui s'anime sans résistance ni violence mentales. La Vérité ne connaît aucune forme qui ne s'illumine du Rayon de notre insouciance recouvrée.

La Vérité n'oblige personne. Elle est libre adhésion, sans attache. On se rencontre sur le rayon de nos vibrations communes. L'Amour est simple, Comme la rose s'ouvre au matin.

 

La Force, c'est le courant de la vie qui coule et qu'on ne retient plus.

On ne soigne pas un corps, on harmonise des énergies en suggérant les vitesses vibratoires adaptées. Je dis "suggérer" car cette synchronisation ne s'opère que si le "patient" cesse précisément d'être passif et s'il prend la pleine mesure de son alignement sur la bonne fréquence, s'il prend conscience d'être partie indissociable d'un Tout vibratoire juste et parfait.

Un bouleversement cyclique profond remet en cause le système économique et social actuel, archaïque et par trop matérialiste. Ce sursaut de Conscience opère un retournement sans précédent qui commence à imprimer en beaucoup toute sa nécessité et son évidence.

En matière de Santé, toute perturbation énergétique, dont l'Homme est d'ailleurs responsable, ne peut être régulée par la thérapie chimique qui s'attaque aux effets du mal mais pas à ses causes. Il est temps de promouvoir dans nos facultés de médecines, les soins holistiques dont c'est l'objet.

Si chacun prend Conscience, a son niveau, de son immense responsabilité de Cœur, nous rétablirons l'équilibre de notre Mère-Terre, matrice visible de l'Univers. Faute de quoi, elle le fera de toute évidence pour nous, mais de façon plus radicale, comme nous pouvons malheureusement déjà en faire le constat

Les soins holistiques ne permettront pas de lutter contre les poisons qui nous affectent directement, car nous les motivons et les exacerbons constamment en nous, mais la familiarisation avec des schémas moins matérialistes que la biologie académique, permettra une prise de conscience globale de nos propres responsabilités dans ces perturbations.

Il va de soi enfin, que le règne ténébreux de l'argent roi, impérialisme économique effroyable qui par ses lobbies et son irresponsabilité sacrifie l'individu sur l'Autel du profit, sera dissipé par la Lumière de cette émergence de Consciences holistique.

Les politiques sont trop nombreux à la tête des pays... il nous faudrait une armée de poètes, dans le Cœur des gens.

Dépoussière ton âme de toutes les brumes agglomérées au fil des temps. Dans toute épreuve, il y a des preuves tangibles du meilleur de nous-même.

Rend à ton Cœur sa juste et parfaite transparence. Rien ne peut occulter la Puissance de ton Être sinon les obscurs filtres qui te séparent de toi-même et auxquels tu t'étais habitués.

L'individualité nous éloigne du substrat Universel, et nous fait nous identifier "utilement" à une personnalité et aux contingences bruyantes de la Dualité. La civilisation est désormais entrée dans l'Ère du réveil progressif à l'Essence originelle, en nous révélant la Nature Sacrée du Vivant. Je me rends sourd aux bruits du monde d’en-bas, je ne me nourris plus que du Silence de l'Essentiel. J'aime l'accessoire, mais ne m' attache plus. Je le fais vibrer de tout moi-même.

 

La Lumière est un rayon de Silence

Le Cœur jaillissant de la Conscience

Animant les formes de l'apparence

De la douceur du Tout en Présence.

 

Le musicien est assis, mais il est le Mouvement même.

La vie n'appartient pas à celui qui gueule le plus fort, mais à celui qui reconnait en chacun et en lui-même, son plus intime murmure.

La Musique est une synchronisation sensible, bien au-delà des seules frontières du corps. L'Harmonie nécessite de transcender l'immédiateté d'un espace et d'un temps limité, pour un voyage sans fin, au pays réconcilié de Soi-même.

Les Artistes, qui sont restés des enfants, impriment de leurs talents toutes les belles énergies de l'Amour, pourvu qu'ils restent sensibles à leurs rayonnements. Ils n'ont plus alors qu'à les sculpter dans la pierre tendre de la terre, qui fait vibrer l'univers entier au travers nous.

L'émotion est toujours conditionnelle, 'Amour est sans cause. Les âmes précèdent les corps et les corps s'en enflamment. Tout ce qui s'agite en nous n'est qu'éphémère et nous enferme, mais tout ce qui vibre en nous d’authentique, nous ré-Unit et demeure ! Notre Cœur est le seul havre de Paix durable. Nos sens sont ses chemins. S'éloigner de Soi crée la souffrance et l'éparpillement, se rapprocher nous restaure en Joie, et en partages paisibles. Nous sommes de la surface à faire rentrer en Soi!

Ne rien faire, ne rien expliquer, juste « être et partager » comme la Joie qui nous inspire et nous fonde. Et si notre société enfin promouvait cet état Naturel? L’École est l’antithèse du Bonheur. Elle nous corrige, mais ne nous élève pas. Elle nous rend conformes à une conception absurde et matérialiste de notre Matrice, qui n’est pas notre Mère, mais la Tyrannie d'un Mental qui veut tout expliquer et comprendre, mais qui nous excentre dans un monde absurde.

Expliquer la Vie n'est pas s'y impliquer. En expliquant un mécanisme, on désolidarise ses pièces, on le désunit, on le trépane. Le paradoxe est qu'à vouloir comprendre ses rouages, on le prive de son mouvement. S'impliquer c'est laisser la Vie couler en Soi comme elle sait.

Et si on ne faisait rien aujourd'hui? Juste écouter les mouvements discrets de la Vie, qui est toujours la Vie en action, même dans le silence et le repos. La Liberté ne court après personne ni vers aucun but, elle n'est animée que de la seule joie de courir, de la seule joie de vivre. La Liberté se suffit à elle-même, elle est son propre mouvement.

La liberté, c'est le mouvement même qui ne se réfléchit pas, c'est l'absence totale de résistance à qui l'on est vraiment, c'est le vivant qui habite, de tout son infini, la surface et le temps.

En fermant les yeux, on ne fuie pas le Monde, on l'approfondit. Nous sommes pétris de terre et fondés d'Univers. On peut encore tomber. On peut encore oublier, tant qu’il nous reste assez d’espérance et de Présence pour continuer à vivre, quand tout semble mourir autour de Soi.

Partager, c'est restaurer sa place dans l'Univers sans plus s'y sentir morcelé, ni se considérer comme des objets séparés. Partager c'est vivre en Conscience que rien n'appartient à personne, que Tout appartient à tous et que personne ne dépend de personne. Nous sommes les parties magiques et intriquées d'une toile d'exception.

Il n'existe aucune hiérarchie dans le Vivant, excepté au royaume des haineux. Tout ce qui vit participe à égalité à la grande aventure universelle du vivant. L'Homme s'arroge une suprématie qu'il n'a pas. L'Ego est un leurre possessif et destructeur.

Quand j'entends "je suis avec mon chéri", je sursaute, car à y regarder de près, ce lien affectif est emprunt de la plus grande hystérie, la carence sévère qu'une peluche ou un chéri vient combler, sans lesquels la vie est vide de sens, car d'abord vide de Soi.

Voilà le summum de la consommation, affective, sensuelle ou sexuelle, réduite à son expression la plus terrible : celui d'un égoïsme froid comme la plastique, sans partage ni Magie et donc sans rapport, négation absolue de la rencontre, de l'aventure, du risque de fragilité, entre Soi et l'autre. Au lieu de s'habiter soi-même, on oblige les autres à nous remplir d'eux-mêmes, on vampirise ce qu'ils semblent détenir de bonheur en plus. On aime pour être heureux, mais l'on est pas heureux d'aimer.

Ne cherche pas à être aimé. Aime toi, le reste suivra. Ce que je crois, ce que je calcule, ce que je planifie n'a aucune importance, si le Cœur en action n'accompagne pas mon mouvement. Être et Agir marchent toujours ensemble sur le chemin vers Soi. Tant qu'on ne prendra pas Conscience de l'Amour en chacun, on se distinguera du Tout en le fuyant toujours. On s'appropriera le Monde, en lui résistant, pour qu'il s'adapte à nous!

J'ai raison d'aimer sans raison, car les conditions de l'Ego nous éloignent de l'Amour. Je peux me tromper, mais je resterai authentique et libre de moi-même, sans plus subir les prétextes ou les manques à combler. Aimer est le partage entre deux plénitudes.

Tout le monde est Extra-ordinaire, en Soi et simplement! Si l'ordinaire nous occulte le sublime un instant, nous pressentons toujours assez de belles émotions pour un jour reconnaitre notre vraie nature profonde L'ordinaire est le vaisseau, l'extra est l'espace infini dans lequel nous voyageons.

Chaque sursaut de Conscience est un pas vers l'Éveil. Notre ère collective a consacré progressivement des énergies propres à nous rendre perméables a ces degrés supérieurs de perception, comme des niveaux auxquels chacun à vocation, mais au gré de soi seul.

Mes ombres, ici-bas, m'accompagneront peut-être jusqu'à la fin, alors je préfère en faire des amies et m'amuser avec elles, pour ne plus m'y confondre. Je suis éperdument libre de ne plus confondre désir et soumission, éperdument assoiffé de spontanéité et d'amours désaltérantes.

 

 

Je ne veux pas t'avoir

Mais t'Être

Je ne te suis pas

Je Suis Toi

Tu Es Moi

Dans l'Émoi Éphémère

Pourvu qu'on soit Sincère

L'horloge d'un Cœur heureux

Compte peu

Qui oublie l'heure

Et le Malheur

De finir ou de continuer

Qu'importe:

On a l'Éternité

Devant Soi.

 

La seule issue est l'ouverture que tu inities en toi.

Ailleurs, est toujours un grand vide. Un jour, on réalise qu'on courait vers un extérieur qui nous éloignait de Soi. Quand l'évidence prend place, on ne court plus, on revient, on se re-pose, on se re-trouve, on se re-connaît, on se réconcilie avec la simplicité d'un sourire tranquille.

D'une jolie femme on ne peut admirer que ce que les yeux voient d'elle, mais d'une femme qu'on aime on ne peut percevoir que ce que les yeux ne voient pas.

L'alternative à notre égarement, est l'altérité réciproque qui nous révèle à nous-mêmes. Dans le courant de notre mouvement spontané, on ne cherche plus autre chose que le partage de cette Source qui libère et décomplexe notre âme et nos sens subtils sur le Plan.

Peu importe combien de temps on marche ensemble, l'important c'est d'habiter pleinement ces instants en n’en retenant que ce qui nous a fait sourire, en ne reconnaissant en l'autre que ce qui nous fait vibrer, profondément.

La mémoire aide au bon mouvement, ou elle l'entrave. Je n’aime pas ces zones humides et moites, qui sentent le renfermé et la détresse. Cet Enfer n’est pas notre maison. Seule l’Évidence du mouvement, nous anime.

On ne meurt que de l'Amour qu'on n'a su ni donner ni recevoir. Ils nous condamnaient au malheur, nous nous consacrons au Bonheur. Non par résistance, mais par l’Évidence de notre propre Nature.

Corriger un enfant, c'est l'adapter au monde extérieur. L'élever, c'est lui apprendre à respirer de larges bouffées de son propre oxygène. C'est ainsi qu'il aime, qu'il s'anime et reconnait l'Amour, sans se fuir lui-même, au prétexte des autres. En vérité, il se fond aux autres, mais ne s'en distingue pas.

La Vie a surtout besoin de ta Confiance, étymologiquement de ta faculté à te fier à elle, ici et maintenant. Tu ES l'abandon nécessaire à ton accomplissement, le lâcher prise sans lequel la Vie s'échappe du vivant.

Je soutiendrai toujours les hommes, même si je n'entends plus leur Cœur. Leur faiblesse est la mienne et ma force, la leur. Car Tout est là et j’ai confiance en toi.

Crois-le : on sent ce qu'on doit. Tu sais, ou tu sauras bientôt! Mon enfant, mon frère, ma sœur.

Ne t'oublie pas. Tu es le sens du mot "Amour", ce Monde que tu n'habitais plus.

Ce Monde que tu n'habitais plus...

Il y a une Matière indivisible unique dont notre corps est un nœud, une Vie indivisible unique dont notre vie est un tourbillon, un Mental indivisible unique dont notre mental est un poste récepteur et enregistreur, formateur ou traducteur ou transmetteur, un Esprit indivisible unique dont notre âme et notre être individuel sont une portion ou une manifestation.

Aurobindo Ghose.

Tout individu collabore à l'ensemble du Cosmos.

Friedrich Nietzshe.

O toi qui cherches le chemin qui conduit au secret Reviens sur tes pas : car c'est en toi que se trouve le secret tout entier.

Ibn 'Arabi.

L'essentiel jour après jour,c'est le rire aux éclats d'un enfant qui accourt, et qui nous saute au cœur en guise de bonjour_ Que demander de plus,quand ces bras nous entourent.

Ginette Réno. L'essentiel.

Si tu arrives à dominer ta peur, plus rien ne t’atteindra, plus aucune force mauvaise n’aura d’emprise sur ton cœur. Et pour vaincre la peur , il n’y a qu’un remède : l’amour. Tout le chemin de la vie , c’est de passer de la peur à l’amour. 

F.Lenoir.

Tout ce que tu as toujours voulu est de l’autre côté de la peur.

George Adair.

Ne laissez pas la peur vous cuirasser (...) la blessure vient du manque d’amour et des émotions qui l’accompagnent. C’est le passé. Laissez le partir. Ne faites l’amour que s'il y a assez d’amour pour pouvoir être intègre et présent l’un à l’autre.

Barry Long.

L'être humain est une lumière, mais... la grâce lui fait peur.

Nelson Mandela.

Il y a tant de choses Entre le ciel et la terre Que les poètes sont seuls À avoir rêvées.

Friedrich Nietzsche.

J'ai vu des gens mal agir avec beaucoup de morale et je constate tous les jours que l'honnêteté n'a pas besoin de règles.

Albert Camus.

Sans fin et sans naissance, ni néant ni éternité, Cela ne vient ni ne s'en va et n'est ni Un ni multiple.

Bouddha.

Les plus belles choses du monde ne peuvent être vues ou même touchées. Elles sont ressenties avec le cœur.

Helen Keller.

On demandait à SOCRATE d’où il était. Il ne répondit pas : "d’Athènes", mais : "du Monde". Lui qui avait son imagination plus pleine et plus étendue, embrassait l’univers comme sa ville, non pas comme nous qui ne regardons que sous nous.

MONTAIGNE Les Essais, extrait, 1580.

La lucidité se tait et contemple.

François Housset.

Nous ne sommes pas des êtres humains vivant une expérience spirituelle; nous sommes des êtres spirituels vivant une expérience humaine.

Teilhard de Chardin.

Le bruit ne fait pas de bien, et le bien ne fait pas de bruit.

Saint François de Sales.

Longtemps, elle a attendu des êtres qu’ils soient charmants. Aujourd’hui, elle préfère qu’ils soient simplement sincères.

Mathieu Terence.

La beauté de l'âme, c'est ce flux qui passe, cette onde, cette vibration, cette voix qui parle avec les paroles internes, cette lumière qui vous change et vous trouble, sans que vous sachiez comment.

JMG Le Clezio.

Prendre conscience, c’est transformer le voile qui recouvre la lumière en miroir.

Lao Tseu.

La méditation est l'art de nettoyer votre miroir de toute la poussière que la société, la religion, le système éducatif a répandu sur vous, pour emporter tout ce qui n'est pas né avec vous, pour vous amener à votre innocence absolue que vous êtes né comme un enfant.

Osho.

Nous sommes des êtres essentiellement vibratoires. Chaque pensée que nous avons modifie notre vibration. La Loi de l’Attraction répond à cette vibration en apportant un événement, une chose ou une personne qui correspond à cette vibration.

Nicolas Hardy.

La paix de la nature va s’infiltrer en vous comme les rayons du soleil pénètrent les arbres. Le vent va vous insuffler sa fraîcheur, et les orages leur énergie, en même temps que les soucis tomberont comme les feuilles d’automne.

John Muir.

Le seul véritable voyage, le seul bain de jouvence, ce ne serait pas d’aller vers de nouveaux paysages, mais d’avoir d’autres yeux, de voir l’univers avec les yeux d’un autre, de cent autres, de voir les cents univers que chacun d’eux voit, que chacun d’eux est.

Marcel Proust.

Ce Monde que tu n'habitais plus...