Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Chris le Gardien auteur

Chris le Gardien auteur

Menu
Illusions ou Magie...Tat tvam aşì : Tu es Celà!

Illusions ou Magie...Tat tvam aşì : Tu es Celà!

Illusions ou Magie...Tat tvam aşì : Tu es Celà!

Tat tvam aşì - तत्त्वमसि : Tu es Cela! L'ultime réalité résonne toujours, quelque soit le temps qui passe, quelque soit le temps du retour ou de la fuite, nous Sommes la Puissance au travers nos faiblesses Sacrées. Aucun masque ne résiste à l'éveil de Soi, mais l'Ego nous rend absent et la maison est vide, sans nous. En vérité nous sommes toujours là, même ailleurs et il suffit d'un simple retournement pour transcender l'apparence et le doute.

La Magie et la Beauté prévalent sur le marasme et le désespoir. C'est ainsi que l'âme conduit l'Homme par dessus les obstacles de son Mental, à la pleine Présence du Soi. Le Monde n'a pas besoin des Hommes, mais les Hommes ont absolument besoin du Monde jusque dans ses plus impitoyables contradictions. La Beauté est partout et nous Sommes cette Beauté, tout dépend des formes que nous lui prêtons, à la mesure de notre propre inspiration, de la fréquence vibratoire et de la qualité des énergies que nous mobilisons.

Je crois dans ces chemins de liberté que tracent les mains qui se serrent dans l'altérité et la dualité, mais que l'Amour délivre de toute emprise. C'est ainsi qu'on aime le mieux sans doute, en laissant le courant de l'Éternité réunir (ou séparer) ce qui doit l'être, sans obsession ni caprice éphémères. La dualité propre à cette dimension terrestre n'est pas la mal absolu que nous redoutons tant. Par elle, nous nous retrouvons. Par l'illusion, nous découvrons la Magie.

Il n'y a d'ailleurs pas de belles images, il n'y a que de beaux regards qui nous fondent. Les artistes ce sont des gens qui ont le goût des autres. Oui. C'est bien cela l'art. Partager ce que l'on perçoit intimement du Beau, ne surtout pas le garder pour Soi seul, ne pas posséder la Lumière mais la rayonner à l'infini dans nos yeux qui brillent. Nous avons tous vocation à l'Art et nous en sommes tous des œuvres en Puissance. malheureusement nous capitalisons tous sur la résistance et la force brutale et immédiate , dans l'oubli de ce fabuleux potentiel, nos yeux d'enfant sont clôt. Et nous sommes aveuglés par l'accessoire d'un monde projeté et secondaire dont nous faisons une priorité. Ce faisant, nous errons en périphérie de notre cercle de Vie.

S'il faut croire en l'Harmonie, ce n'est pas seulement celle que l'on peut voir, mais c'est aussi tout l'invisible qui la rend possible et dont on fait l'expérience quand son évidence résonne en écho dans un Cœur ouvert. L’Éthéré traverse le rigide et l'anime.

Rien n'est très clair bien sûr, mais tout est puissance de Lumière. La vraie Vie est celle qu'on s'autorise, dans l'alignement de son aspiration profonde et d'un sourire qui ne s'efface jamais.

Trop d'heures sans rêve et l'Essentiel s'enfuie au profit d' accessoires sombres. Trop de rêves sans heure, et c'est la mort qui habite nos secondes utopiques.

L'Instant, c'est de l'Amour concentré qu'on partage en Conscience.Tout est là: en habitant l'instant sans plus le fuir, on reconnaît le Graal si mystérieux qu'on cherchait dans le temps-mental, on suspend l'accessoire pour Vivre l'Essentiel "Ici et Maintenant".

 

 

S'aligner avec le Chaos, c'est mettre de l'ordre dans son regard, c'est pacifier son rapport avec ce qui résiste, c'est libérer la partie de Soi qui se confond avec ses propres limitations, c'est ouvrir son âme à la réalité orpheline de notre vraie Présence, c'est se réveiller enfin. Ton seul soutien, c'est Toi.

En m'alignant sur la fréquence initiale, quelque soit sa forme, je résonne alors en Harmonie avec tout ce qui Est. Rien ne peut plus perturber ce courant. La Conscience que rien ni personne n'est séparé en ce Monde, c'est la Voix de l'Univers, la seule Mélodie qui résonne et qu'on entend, dans le Foyer Sacré du Verbe sans mot. On doit au Silence, plus que des mots. L'ordre naît dans la Paix de notre Cœur. On y est presque!

Rêveurs de tous pays. Levez vous. Il est l'heure de resemer des étoiles dans les yeux des enfants.

La Lumière est un grand feu, qui ne brûle que l'accessoire et ceux qui s'y attachent. On croit qu'une bonne armure nous protège de la violence du monde extérieur, mais c'est tout le contraire. On ne fait que s'y conformer, on croit la combattre en oubliant la clé du Cœur à l'intérieur de nos cuirasses si opaques.

En chaque pierre usée on croise un peu de Soi. On se retourne et l'on contemple soudain la lourde violence, des certitudes d'antan. On se félicite alors, de marcher en dehors des murailles qui nous enfermaient sur nous-mêmes. Qu'importe les murs d'hier, si l'on construit des portes.

Toute aliénation de l'homme par l'homme, est une production mentale dont l'Ego raffole, un matérialisme de l'amour que les larmes et la souffrance alimentent. On peut s'en accommoder en cumulant les plaisirs ou l'on peut s'en libérer, en se nourrissant du sens profond et Sacré des sens.

Aujourd'hui et dans l'Instant qui réenchante le Monde, je suis "âme heureuse". C'est comme "amoureuse", mais sans être prisonnière du temps et des autres et sans plus m'enfermer autour de mon Moi occultant.

Ne croyez plus en aucun des "liens" qui tissent la dépendance et la séparation, mais en ceux qui nous défont de toute possession. Les premiers sont les petits désirs étriqués des Hommes, les seconds la Joie sublime des Dieux que nous sommes, dès ici-bas.

Là où il y a séparation, il y a dépendance, il y a conflit, il y a possession, il y a jalousie, il y a colère, il y a tristesse, il y a souffrance, il y a égarement, il y a opposition et distinction, identification et rejet.

Une fraction de seconde suffit pourtant, pour laisser jaillir sa propre Lumière. Il suffit de si peu au Monde pour émerger en Magie. Si peu et pourtant, qui demande tout le Soi disponible pour s'y reconnaitre en Joie.

On nous a appris à sous rire avec les lèvres, alors que tout part du Cœur et nous ne faisons que effleurer. C'est là, qu'on a tous rendez-vous avec le Monde, pour découvrir sa Paix et sa Beauté. Ce vrai sourire est béni, car il nous réconcilie avec nous-même.

 

Transformer ses tempêtes en énergie durable, quelle plus belle intelligence?

 

Peut-être que le Temps nous perd

À trop battre les heures

Mais c'est aussi le Temps qui sert

À s'adoucir le Cœur.

 

 

L'Homme a besoin de transcendance comme il a besoin d'oxygène. L'air qu'il respire lui donne à exister, le sacré lui donne à espérer, c'est pourquoi il n'y a pas de vie sans oxygène et surtout pas sans joie.

J’ai souvent été sensible au mystère de la fête. La fête suspend le temps. Ce sont des instants consacrés qui nous révèlent dans la plus simple et pure des spontanéités. L’Homme sans fête serait lourd et prisonnier de sa détresse existentielle. La fête le rend à lui-même. A sa partie la plus légère, la moins familière sans doute mais la plus souple, tendre et intime pourtant. Comme l’Amour, qui est toujours une fête, puisque l’Amour nous donne à voyager dans les parties les plus éthérées de Soi. Noël est la fête qui mobilise tout le Sacré en l'Homme, non pas tant par le récit de la naissance d'un dieu incarné, mais par l'intuition réelle que tout ce qui s'élève passe d'abord par la chair en action, par cette fragilité déconcertante transmutée en Force bienveillante. Alors oui, la fête passe par Soi et nous donne à partager ces instants bénis avec l’autre. Sans doute d’ailleurs on ne rencontre jamais ce Soi Sacré si on n’a pas l’esprit de fête, si on ne s’aligne pas avec son enfant intérieur avec son lot de légendes et de contes fabuleux. Cet enfant que nous avons quitté, avait toujours l’œil brillant. On a désacralisé l’enfant qu’on était. Chaque fête forcée nous oblige à le ré accueillir. A force, on finira par le comprendre n’est ce pas ? Et mieux vaut tard que jamais. Les rites nous contraignent parfois, mais ils nous donnent de l’Amour toujours. A nous de le reconnaître.

Voilà donc le sens du Mystère. On le subit longtemps, mais il chemine en nous. Comment pourrait-il faire autrement que nous attendre en confiance puisque non seulement, le Mystère nous habite, mais surtout parce que nous sommes, que nous le voulions ou pas, ce Mystère incarné. Un jour, nous en accouchons, d’évidence.

Bien sûr aussi que la souffrance du déni nous conduit toujours vers la non souffrance de l’Éveil. C’est une Loi imparable. Mais nous sommes libres de ce déni, comme nous sommes libres de l’Amour qui nous consacre et nous anime. Libres de le mettre en mouvement ou de le contredire. La Vie est un rapport de liberté face aux autres et une recherche inconsciente de ce qui nous aligne. On peut s’habituer un moment à la souffrance des autres, mais il vient toujours cet instant béni de la révélation qui chasse le manque, comme la Lumière chasse les ténèbres.

On peut oublier qui l'on est, mais on ne peut éviter longtemps la souffrance de qui l'on n'est pas. Le retour est inévitable. La douleur est trop forte.

Il en est ainsi des mystères de l'Amour au travers nos amours. Il n'y a pas un Mystère que la femme n'incarne pas pour l'homme. Mais il n'y a pas un homme qui incarne plus ce mystère, dans toutes ses plus subtiles expressions, que celui qui ose s'aventurer au delà de ce qu'il voit et désire. Celui-là seul habite l'Amour. Je ne manque de rien puisque je m'aime. Tu ne me manques pas puisque je t'aime.

Le temps nous endort, l'infini nous réveille et sublime alors le tic tac de nos horloges, au rythme intime de notre Cœur. Tant qu'il y aura de la vie il y aura la mort et la haine des faibles, c'est vrai, mais il y aura surtout, tout l'Amour des plus forts, à donner et à recevoir, sans calcul ni regret. Quand on a trouvé le chemin du Cœur, on ne s'y cloisonne plus. Rayons d'un Cercle infini, on jaillit partout où nos pas malhabiles et limités nous portaient jadis et bien plus loin encore : on habite alors tout le monde rassemblé, dans la Joie et la Beauté.

La pierre angulaire de ce monde n'est pas l'Ego, mais en effet l'Essentiel de Soi, qui inclue l'autre dans le partage de sa Magie. On lève les yeux vers le Ciel quand on rêve. Ce n'est pas un hasard. Toute transcendance est une élévation, un envol léger que l'insouciance libère, en apesanteur.

 

L'Amour, c'est de la résonance

Un écho de substance

Au Cœur de l'Existence

Qui se capte en Conscience

Et en Bienveillance

Un peu d'Innocence

De l'infinie Patience

Qui revient de l'Enfance

Et toute l'Essence

Qui enflamme nos Sens

Par touches d’Évidences

Du Verbe et son Silence

 

 

S'il n'y avait pas de Magie sur terre, il n'y aurait ni paysage ni horizon, il n'y aurait ni Ciel ni Lumière pour éclairer les tréfonds de l'Homme. Un seul sourire ici-bas, est la preuve inéluctable que la Beauté partout s'exprime et se mérite.

Il n'est pas de flamme sans cire de chandelle

Il n'est pas de lumière sans noirceur d'un Ciel

Tout concoure en chemin à l'Amour éternel

Grâce à la pesanteur, l'oiseau déploie ses ailes.

Très bonne année 2019 à toutes et à tous. N'attendez pas que 2019 vous apporte des solutions. Apportez des solutions à 2019. La solution est en vous. Vous êtes la solution. La Vie n'est qu'une belle Alchimie de solutions Magiques. Tat tvam aşì!  तत्त्वमसि - Tu es Cela!

Votre cœur connaît le chemin, courez dans cette direction.

Rûmi.

L’apogée du Yin c’est la passivité tranquille. L’apogée du Yang, c’est l’activité féconde. La passivité de la terre s’offrant au ciel, l’activité du ciel s’exerçant sur la terre, des deux naquirent tous les êtres.

Tchouang-tseu XXI.

La sagesse est de savoir que je ne suis rien, L'amour est de savoir que je suis tout, Ma vie fluctue entre les deux.

Sri Nisargadatta Maharaj.

Le courage, c'est de comprendre sa propre vie..le courage, c'est d'aimer la vie et de regarder la mort d'un regard tranquille...le courage, c'est d'aller à l'idéal et de comprendre le réel.

Jean Jaurès.

Fragiles, sensibles, abîmés, cabossés, timides et maladroits, vous avez parcouru des chemins difficiles mais avez dans le cœur la force et les richesses de ceux qui ont souffert, et puis cette tendresse que tant d’autres n’ont pas.

VH SCORP.

On n’aime pas quelqu’un à cause de son apparence, ni de ses vêtements ou de sa belle voiture. On aime quelqu’un parce qu’il chante une chanson que personne d’autre ne peut comprendre.

Oscar Wilde.

Je croyais à tous les enchantements.

Rimbaud.

La terre nous en apprend plus long sur nous que tous les livres, parce qu’elle nous résiste. L’homme se découvre quand il se mesure avec l’obstacle. 

St-Exupéry.

Pour Antoine, la contemplation de la beauté était un pansement sur la laideur. Quand il se sentait mal il allait se promener dans un musée. Le merveilleux demeurait la meilleure arme contre la fragilité.

David Foenkinos.

Je cherche les petites notes qui s'aiment.

Wolfgang Amadeus Mozart.

Toute déclaration d'amour est une déclaration d'éternité.

Alain Finkielkraut.

Illusions ou Magie...Tat tvam aşì : Tu es Celà!