Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Chris le Gardien auteur

Chris le Gardien auteur

Menu
Fragiles mais radieux...

Fragiles mais radieux...

Fragiles mais radieux...

Les paradis artificiels ont le goût âpre du caniveau, une fuite qui sent la mort et dont on ne revient que difficilement.

Mais, si vivre est un mensonge, c’est un mensonge qui nous délivre toujours. Et quoique nous trouvions parfois ce mensonge délicieux en conforts ou en habitudes, il vient un moment où l’on se sent à l’étroit dans nos conformités et nos rapports étriqués. Il vient toujours un moment où notre âme bouge et se heurte à son propre épanouissement empêché. Alors, la somme de nos souffrances et de nos anxiétés finit par ouvrir des brèches insoupçonnables vers Soi-même. S’il y a une fin à la souffrance, c’est sa propre fin au profit d’un accomplissement auquel on ne s’attendait pas, et à auquel aucune science, aucun maître ne pouvaient a priori nous préparer. Le développement personnel et la pleine conscience de Soi au travers l’éveil subjectif de notre conscience se vit en solitaire. On peut être guidé dans l’approche, mais jamais sans le pas qui nous mène à notre propre Seuil. Ce pas là, se fait toujours seul, et d’évidence, en sentant l’appel de son propre Cœur, et sa plénitude, jaillir par l’une de nos failles profondes.

Habiter pleinement son Cœur, c'est fermer définitivement sa porte aux ténèbres. C'est terrible de fermer les fenêtres vers son propre Cœur ... car en se rendant imperméable à la Lumière, on se livre tout entier à l'emprise de nos propres ombres.

Tu sais, parfois on se rend pauvre, non en perdant ce qu'on a accumulé, mais en accumulant par dessus ce qu'on a perdu.

 

Upgrade ur Soul

 

Upgrade ur heart

 

Upgrade ur signs

 

You are blessed through ur weakness

 

You are stronger than your demons

 

You are the movement of eternity.

 

 

Il faudrait savoir mourir à tout ce qui nous pèse, et renaître à tout ce qui nous allège.

L'Automne est le symbole de l'impermanence, fauve et exigeant, loin de nous appauvrir, il nettoie toutes les poussières du monde.

Toute dépression dans la vie est une phase de maturation, une montée en puissance forcée du Cœur. Au bout de chaque ténèbre, la Lumière attend patiemment le retour de ses enfants. Voilà la Magie de l'impermanence et des saisons.

Le courage, ce n'est rien d 'autre que du Cœur qui se manifeste sur le rayon. Sans le Cœur, on ne se recentre jamais. La liberté, c'est la Conscience du Beau. On ne peut que le partager, sans vouloir le garder pour soi seul. Alors commence l'égalité. Elle n’est jamais forcée, elle jaillit sur le Plan d’une évidence, qui transcende la surface et ses contrariétés. On n’est plus positionné ou attaché là ou ici. On s’aligne sur un Axe qui n’a aucune définition exprimable.

En étant absolument libres de tout attachement, personne ne garde le pouvoir d'errer en spectre dans des régions sombres et extrêmes, en se maintenant de force dans un passé qui n'est pas Soi, ou dans un futur qui ne l’est pas davantage. Le Cœur nous constitue, rien ne peut empêcher notre Joie au Présent, sous son juste prisme. Car l’intemporel ressenti de l’âme, est une éternelle et immortelle jeunesse. Celui qui a compris l'Axe, ne vieillit pas. Il peut prendre des rides temporelles bien sûr, mais son éclat est éternel. La mort même n’est plus un obstacle, car il en a visité toutes les régions secrètes et intimes, de son vivant. Il EST AMOUR, et ne connaît plus l’attente car il EST, rassasié sur le Rayon. La Source ne le nourrit même plus : il EST aligné sur la Source ; mieux, il EST la Source : l’Axe Juste et Parfait du Monde, le Mystère inventé du Monde, Irrationnel et Magique.

Au contraire, en étant devenu raisonnable et attendu, l'Amour perd 90% de sa Magie. L'Amour est cette part de mystère qui se perd à l'age adulte. Retrouver son Innocence est un impératif que l'instinct d'âme ne perd jamais de vue.

L'abandon de Soi au profit de notre absurde condition mentale dominante, nourrit nos causes extrêmes et nos effets relatifs. Mais cet abandon est relatif et provisoire

C'est ça la fragilité : elle nous rend à la Force perdue ; elle nous protège ; mais elle nous rend aussi très vulnérables en ce monde. Mais, il y a dans chacun de nos sanglots un formidable espoir d'Humanité. Et cette Humanité nous grandit toujours, malgré la pression de la Foule !

Toute notre vie semble conditionnée par une fatalité qui nous fait disparaître derrière un masque temporel d'automatismes qu'on croit incontournables. Le gris n'est pas une couleur. Il est l'anti-couleur mentale de l'existence. On est gris et tristes quand on n'est que soumis et attachés. Loin de Soi, si loin.

Le temps est un contre instinct Mental, un frein au bonheur dont l'homme a la triste habitude. L'animal ne "chronomètre" rien. De même, la partie sauvage de l'âme est Liberté suprême. Aucune police extérieure ne peut lui dicter ce que son élan naturel ne lui murmure.

Notre âme aussi murmure. Certains yeux et certaines oreilles ne peuvent l’entendre. Mais un jour, on l’entend.

L'espoir n'est pas une projection : il est une porte entrouverte sur la Lumière du Présent.

L'espoir, ce n'est ni demain ni hier, l'espoir c'est aujourd’hui, en Conscience et en Magie!

Il n'existe aucune beauté de façade, sans un truc qui vous explose à la figure et au Cœur. Le Monde est bien plus qu’une apparence, même fausse. Le Monde est une cristallisation de l’intensité Universelle. Rien n’est anodin de ce qui paraît, car tout est un concentré de mystères prêts à se révéler.

Toute surface est une impression momentanée de l'Invisible. Ne méprisez rien de ce qui se voit, et n'oubliez rien de ce qui se perd, car tout est toujours là, à la clarté du Cœur ouvert.

N'oublie jamais:

Il y a toujours une petite lueur dans les ténèbres les plus opaques, quels que soient tes malheurs, pour rectifier ton pas, vers la seule issue de Secours qu'est Toi-même. Même dans tes plus profondes ténèbres, la lune témoigne toujours de la présence du Soleil. Ce Soleil n’a rien d’extérieur.

Au bout de chacune de tes limites, il y a un paysage sacré que le courage dévoile. Si tu peux toucher les étoiles, c'est que tu a reconnu qu'elles n'ont jamais été au-dessus de ta tête, mais dans ton Cœur. On ne court jamais qu'après un seul but : Soi-même.

Chaque jour est un saut dans l'inconnu, et chaque inconnu révèle sa part d'invisible chargé d'âme que la peur ne peut plus saisir.

N'oublie pas que ton regard va plus loin que tes yeux. On ne poursuit plus une illusion, quand on accomplit son Idéal.

Ces cages illusoires n'ont jamais eu que des portes ouvertes. C'est quand on s'en libère qu'on s'en rend vraiment compte.

Les promesses d'éternité sont absurdes, si on reste enfermé dans notre cage temporelle. L'éternité jaillit d'un Présent sans fin, qui surgit de l'intuition profonde, sans besoin de promettre l'intense joie qu'elle éprouve et partage déjà en Conscience, avec ses sœurs et frères à la Source commune. L'Instant est Joie. Il est Liberté, sans limite.

Voir l'étendue du possible sans y accéder serait un non-sens. L'intuition nous conduit à la bonne pratique d'un monde de Paix et de Beauté. Tout le monde a accès à la Beauté. Tout le monde. Personne n’en est exclu, car il n’y a aucun grade. Chacun chemine à son rythme, et à proportion de ses résistances et de ses passions.

 

Dans le Silence je te retrouve, là ou tu as toujours été : à la Source de Tout.

Les idées n’ont pas besoin des mots pour jaillir mais les idées ont besoin des mots pour être partagées. On partage les idées comme on partage l’Amour ; c’est une Source qui nous précède et nous survit, et dans laquelle on plonge. L’Originelle et pure Essence se découvre ainsi grâce à nos mouvements. Un jour une porte s’ouvre. Et au seuil de l’Essen-Ciel, tout s’éclaire. Tout est clair pour l’intuition.

Apprenez à lire dans les arcanes du seul livre qui n'est pas écrit.

Oser … c'est vivre imparfaits. L'oiseau ne volerait jamais s'il avait peur du vide. Nous sommes de possibles erreurs à parfaire. L'esprit est qu'une pierre qui tombe. Le Cœur, une paire d'ailes qui la soulève.

On ne peut suspendre le temps qu'avec la vigilance d'un Cœur en paix.

L’Intuition c’est de la compréhension claire de la Source-Une. Com-prendre n’est pas prendre pour Soi seul, mais partager, entre tous, depuis l’Essence commune et Originelle qu’on perçoit. A la Source, nous retrouvons la Lumière divine et tous ceux qui la perçoivent. Les mots sont les mouvements de l’immobile Beauté. Ils nous y conduisent comme des barques sacrées.

On ne s'humilie pas de ne pas tout comprendre, on est humble. On ne grandit jamais à vouloir tout juger, on est l'autre.

Certaines empreintes ne sont que des gouttelettes d'eau s'estompant aux rayons du soleil, d'autres sont les rayons du soleil.

Beaucoup de ceux que nous côtoyons au quotidien, nous décevrons, et beaucoup seront déçus par nous, au temporaire ; mais au bout du compte, on finira par les aimer. Et ils nous nous rencontrerons un jour, sur le rayon le plus Originel et commun.

Ces êtres qui nous touchent ne partent jamais vraiment. Ils restent intimement accrochés à notre histoire, car l'Histoire nous accomplit toutes et tous, par delà le Temps.

La Magie de la pleine Conscience libérée des souffrances que l'ignorance charrie, ne connaît plus ni vulgarités ni divisions. On habite alors pleinement l'instant, et toutes les formes vides se déploient en Beauté.

Le nouvel homme est entier, il est à la fois la somme de ses pérégrinations passées et l'Instant flamboyant qui le recompose.

L'expérience n'est ni bonne ni mauvaise en Soi. Seul l'attachement aux pans décousus de nous-mêmes nous freine. Se libérer du poids de nos malheurs, c'est considérer intimement l'Omni-Pouvoir de l'Instant, qui nous lie à la parfaite et juste cristallisation de l’Éternité.

Le Cœur nous berce, par-delà et malgré, les bruits insignifiants du monde. Dans la pire des cacophonies, gardez l'écoute, il a toujours quelque chose à nous dire. Hold the Line!

On filtre comme on peut la Lumière du monde. Mais ne pas la percevoir ne signifie nullement qu'elle ne se déploie pas. On fait l'erreur de ne croire qu'en son expérience matérielle, et c'est se fermer les portes du possible. Tout arrive à Soi quand on peut, et par des portes qui sont surtout intérieures, des brèches sous nos certitudes.

Chaque fil de nos parures sophistiquées est tissé d'invisible, amours simples, expressions de l’Éternité qui nous guide.

Sur la dimension du Monde des phénomènes, le Verbe murmure en nuances et en degrés. On n'est bientôt plus en lutte contre nos bruits extérieurs ; Un Monologue en connexion parfaite et alignée avec ce Tout qui parle en Tous, d'une seule et harmonieuse voix, résonne quand on l'écoute.

Écoute et accueille les indices et les intuitions de la Vie. Elles te conduiront vers ceux et celles qui te comprennent. Car, dans cette Beauté, nous Sommes, et ceux qui voient et entendent la Source, et s'y abreuvent chaque jour, Re-connaissent leurs semblables.

On exacerbe trop souvent le sentiment sublime au filtre de notre Ego qui le rabaisse, alors même que seul le Cœur, en toute liberté, est capable d'en apprécier la Beauté. qui nous élève.

un peu de Sublime à portée de nos yeux et tout le possible de la Beauté découvre l'infini. Rien ne fleurit en nous, qu'on ne contienne déjà en Soi : de minuscules mais infinies graines d'Amour.

Oui, on fait l'Amour chaque fois qu’on touche le Cœur du Monde. De corps ou d'âme, peu importe, pourvu qu'on y plonge.

Regarde la Rose : une Rose c'est de l'infini concentré. Une rose ça passe toujours, mais son souvenir est immortel, gravé dans la sève du Rosier Universel qui en cristallise la Beauté sur notre rayon.

Les mots sont comme les papillons. Ils paraissent éphémères, mais ils portent dans leurs ailes toute l’Éternité. L'Univers ne perd rien de ce qui passe! La Vie est transfiguration.

Les mots ne sont que les pétales des énergies qu'ils portent... Et chaque phrase est une Rose sacrée sur le rosier du Monde éternel.

L'Amour ne se contrôle pas, il se respecte, il nous grandit, il ne nous veut aucun mal. Il est le point Alpha et Oméga, la ligne parfaite, l'Axe et l’accomplissement, la Joie et le plaisir, la peine qui y reconduit. L’Amour est une Rose éternelle, l’idée de la Rose qui en cristallise les pétales. Non la Rose ne meurt jamais. Elle est Essence de Rose et sa Beauté lui vient d’ailleurs. Son immortalité ne fait aucun doute à l’Oeil du poète, car la Rose résonne en lui, comme lui-même. Il est la Rose, en même temps que son Essence et ces deux Essences s’embrassent et forment un Monde féerique.

Se croiser, se parler, se comprendre, se quitter, se méprendre, se tromper ; Apprendre, faire des parallèles, des lignes qui s'embrassent ; Faire de nos ailes des bras qui s’enlacent ; Ne plus faire qu'une ligne et boire à la Source que son Cœur assigne comme unique ressource. Sans plus d’effort, ÊTRE et se Confondre, à la Beauté. Revenir à la Source, c’est s’oublier beaucoup. Oublier la surface des choses, et entendre la Magie du fond faire Écho à Soi-même. S’accomplir, de deux en Un, vers Soi et Tous. Voilà la Magie de l’Unité recouvrée. Elle n’est pas un passé, elle n'est pas un avenir, mais une Racine Commune, l’Axe qu’on avait occulté et qui nous rappelle.

 

Aimer c'est ne pas (s)’oublier, faute de quoi ce serait un Oxymore. Cette ligne est tracée à l'infini des Cœurs. "Je t'aime", c'est Toujours.

La madeleine de Proust n'est pas une fuite dans un passé insipide, mais une plongée dans nos racines éternellement vibrantes. Être... c'est vivre tout Entier dans le Présent Originel. C’est le sentir respirer et caler son propre souffle sur le souffle Premier. Voilà la Racine première et son nombre d’Or. Voilà l'avenir du Présent! On ne compte plus en mortels. On commence à compter comme des Dieux. d’abord à rebours vers ce Soi qui est notre quête, puis on compte vraiment, sans plus de chiffre ! On ne compte plus que sur Soi et les autres.

L’important n’est pas de tomber, mais de ne pas subir, garder dans l'épreuve la petite lueur d'espoir qui nous guide, ce bout de tunnel auquel on aspire, en Conscience. Voilà la Conscience qui transcende le Temps, l'Espérance qui ne se vit pas au futur, mais au Présent Agissant.

L'ancien est une marche ascendante à ne jamais redescendre. Quand on a vu la Lumière, on ne tombe plus durablement. Car cette Source n’est pas l’ancien qui nous abîme, mais le Nouvel Homme qui renaît. Pour renaître, il faut revenir à Soi, en faisant mourir ce qu’on a jamais été vraiment. On passe d’un état à un autre, et c’est le mouvement. On change bien sûr, mais le vrai changement s’effectue toujours vers le meilleur de Soi, même si ses étapes parfois font mal, très mal même. Le Mouvement est mouvement vers l’immobile et paisible Soi-même. Cet immobile invisible qui jaillit,  est la Source bienveillante. Mais ce mouvement est la Vie. Et la Vie c’est un rapport au monde et aux autres, sur ces dimensions qui occultent une grande partie de nous-mêmes. Voilà le prix de la Liberté. Grandir, à son rythme, de l'oubli à la réminiscence.

De la feuille à la racine, nulle réelle distance. L’arbre est plénitude indivisible entre Terre et Ciel, sans douleur de changement. Tout souvenir d'éternité est un jaillissement d'âme.

Bien sûr, la Vie est mouvements. Et ce mouvement est trouble. On fait parfois, et inévitablement, du mal autour de soi, pour s'accomplir soi-même, faute de quoi, on se ferait inévitablement du mal à soi-même, pour accomplir les autres. La Paix est au prix de l'acceptation mutuelle de la liberté de l'autre.

On ne se perd jamais à se retrouver en l'autre.

Toute communication ne peut n'être qu’une ligne parfaite entre deux, et par conséquent, une communion qui efface précisément la Dualité. Communiquer c’est Unifier nos centres multiples et transcender l'espace et le temps qui nous séparent. Communiquer c'est partager l'Essen-Ciel qui émerge.

Aucun conseil ne vaut. Seul l'Amour se reçoit et se partage, même s'il est d'abord nié ou incompris. Il transforme chacun et à sa mesure.

Grâce à l'autre ou malgré lui, tu n'as jamais rendez-vous, en cette vie, qu'avec toi-même. Si on ne se connecte pas du plus profond de Soi à l'autre, on n'atteint jamais aucune des régions sublimes, vibrantes et secrètes du Désir.

Quand ils ont du Cœur, les jeux sensuels sont d’ailleurs une récréation joyeuse de l'âme.

Le sexe, n'est alors plus alors une obsession, une volonté de vaincre ou de dominer, mais une bénédiction, dès qu'il suit la voie sacrée du Cœur : voilà le vrai sens de l'Intime! Le tantrique c'est du charnel sublimé, les prémisses du Paradis, la complicité de la Terre remplie de Ciel.

Les mots sont presque inutiles. On sait aussi parler avec le désir. Le Beau, le vrai, l'Amour, sont des baisers d'enfants. Leur désir d’Être ré-Unis est spontané et innocent. L'Ego n'est plus où l'Amour s'est déployé. L'Amour, c'est de la Conscience de Soi en Tout.

 

Écrire, c'est saisir le jaillissement invisible de l'intemporel, en l'habillant d'un temps passé présent ou futur, en décryptant l’Éternité.

Chaque mot n'est qu'un guide. Un guide qui raconte comme il peut, à l'aveugle, la Beauté du Monde qu'il ne peut connaître. Nous sommes ces aveugles qui nous nous nourrissons de nos intuitions magiques et des mots venus d'ailleurs. Nous savourons des paysages déli-cieux.

Si les pourquoi appellent des réponses extérieures, ces dernières doivent surtout conduire à les intégrer, de l'intérieur, par la compréhension totale de l'Instant qui éclaire. La logique ou l'intelligence, proposent des explications? préférons-leur des révélations.

Il n'y a jamais eu de sommets à atteindre, juste une Source à rejoindre. La Vie est un perpétuel retour sur la pente douce de Soi.

Le sens des mots ne touche que des cibles sensibles. On ne comprend que ce qu'on a intégré de sa propre expérience et de l'intérieur. Aussi, parlez, communiquez, écrivez, un jour les mots s'éclairent, un jour ils sont Essence!

L'Instant Présent est une fraction de seconde suspendue dans le temps, un regard Spécial, qui ne vient plus seulement des yeux, mais qui révèle la plus grande des richesses, un Soi recomposé et le Tout rassemblé.

La contemplation est pleine action du Cœur, en Conscience juste et parfaite de la Beauté qui l'accueille. C’est notre fragilité qui mène à la sensibilité et la sensibilité qui retrouve les radieuses proportions Originelles du Monde.

La Beauté? C'est le repos du voyageur, qui revient en son foyer après un long voyage. Il est sans mot devant ce qu’il a vu et qu’il ressent, mais il a besoin des mots pour en témoigner envers tous ceux qui lui prêtent attention. Alors écoutons le Silence qui nous précède. Il a tant à nous dire.

Fragiles mais radieux...

C'est au creux de nos fragilités que résident souvent nos plus grandes beautés.

V. H. SCORP.

Dès maintenant, nous avons les conditions..les opportunités..le temps..les critères pour tourner nos pensées vers le chemin de l'éveil.

Karmapa.

Vous aurez des mauvais moments. Mais ils sauront toujours vous éveiller aux choses auxquelles vous ne prêtiez pas attention.

Robin Williams.

Prétendre contenter ses désirs par la possession, c’est compter que l’on étouffera le feu avec de la paille.

Proverbe chinois.

L’enfant n’est pas un vase qu’on remplit mais un feu qu’on allume.

Montaigne.

Si nous attendons des conditions extérieures qu’elles nous apportent le contentement, nous attendons en vain.

Ayya Khema.


Ce qui me fait peur, c'est de posséder. Ça me dérange, ça m'empêche de penser à l'essentiel.

Richard Borhinger.

Je t'ai placé au milieu du monde, afin que tu pusses mieux contempler ce que contient le monde.

Jean Pic de la Mirandole. Oratio de hominis dignitate.

Très peu est nécessaire pour avoir une vie heureuse ; tout est en vous, dans votre façon de penser.

Marc-Aurèle.

L'amour, la peur et la jalousie ne peuvent coexister.

Jiddu Krishnamurti (1895 -1986) La corruption.

La paix ne peut pas être gardé par la force;Elle peut seulement être atteinte par la compréhension.

Albert Einstein.

l'homme,tel un arbre,doit plonger ses racines en terre-c'est la part de Dionysos-et dresser ses hautes branches vers le ciel,vers le soleil-c'est la part d'Apollon. Il doit abriter en lui le serpent dionysiaque et l'aigle apollinien (...) les 2 compagnons de Zarathoustra.

P.Vial

Rêve ta vie en couleur, c'est le secret du bonheur.

Walt Disney

Tu bloques tes rêves lorsque tu laisses tes peurs grandir plus que ta foi.

Mary Manin Morrissey.

Ne regrette jamais ; lorsque c'est bien, c'est magnifique ; lorsque c'est mal, c'est de l'expérience.

Victoria Holt.

L'amour est ce jour si vaste que nulle plume ne saurait le décrire.

Khalil Gibran.

Le Beau est la splendeur du Vrai.

Platon.

Apollon est le soleil, Dionysos l'eau. Que l'un règne seul, et c'est le dessèchement. Que l'autre règne seul, et c'est le débordement. Le soleil et l'eau sont indispensables à la vie.

Pierre Vial.

un texte d'Osho que j aime beaucoup :

 

« Dès maintenant commencez à vous considérer comme étant la cause de votre vie et de votre monde. C'est ce que signifie être un chercheur : assumer la responsabilité totale de son être. Le malheur n'a pas de cause extérieure; la cause est intérieure. Vous rejetez toujours la responsabilité sur les autres mais ce n'est qu'une excuse. Oui, le malheur est provoqué par l'extérieur mais l'extérieur ne le crée pas. Quand quelqu'un vous insulte, l'insulte vient de l'extérieur mais la colère est en vous. La colère n'est pas causée par l'insulte, elle n'est pas l'effet de l'insulte. S'il n'y avait pas eu d'énergie de colère en vous, alors l'insulte serait restée impuissante. Elle serait simplement passée et ne vous aurait pas troublé. Les causes n'existent pas en dehors de la conscience humaine; elles existent en vous. Vous êtes la cause de votre vie et comprendre ceci c'est comprendre une des vérités les plus fondamentales. Comprendre ceci c'est commencer un voyage de transformation.»

 

OSHO

Fragiles mais radieux...