Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Chris le Gardien auteur

Chris le Gardien auteur

Menu
C'est quoi : la Lumière?

C'est quoi : la Lumière?

C'est quoi : la Lumière?

Je me me pose souvent la question du pourquoi j'écris, et de ce que le terme "passeur de lumière" - qui me caractérise et dans lequel je me suis très jeune re-connu - peut bien signifier pour moi et pour vous, mes chers et patients lecteurs. Ce n'est sans doute pas le qui suis-je qui m'intéresse, mais le qui sommes nous pour nous comprendre entre les lignes? Et surtout, comment ne pas nous influencer intellectuellement (forme la plus éloignée du Coeur), les uns les autres, sur un chemin qui ne serait qu'un chemin borné par nos propres illusions Mentales? Comment être sûr de la bonne foi de nos propres influences? Quelle est la limite de notre orgueil d'ailleurs, dans cette communion, à nommer "Lumière" de tels mots "mortels" et imparfaits , qui n'en sont que bien trop souvent des supports grossiers?

Pourquoi transmettre? Quoi transmettre et comment transmettre?

J'ai la conviction intime, que la Lumière n’est pas une vérité, ni même LA Vérité ; dès lors qu’on croit la posséder ou qu’on pense pouvoir la définir, on est pris Soi-même au piège de la prison étroite des mots et du chant mélodieux de nos propres sirènes. "Posséder la vérité" est une illusion mentale, et chaque effort intellectuel pour la saisir est systématiquement vaniteux. La vérité échappe toujours aux griffes des chasseurs de lumière, car la Lumière n’est ni un trophée ni un concept qu'on emprisonne.

On ne détient pas la Lumière, elle ne nous appartient pas. Ce pourquoi on ne peut que la passer, c’est-à-dire la filtrer avec un maximum de précaution et d’authenticité, en ne cherchant surtout aucune contre-partie à cette action désintéressée.

La Lumière est essentiellement intuitive. Les mots qui la cloisonnent ne sont déjà plus cette Lumière originelle pré-ressentie. Seuls les supports symboliques ou poétiques permettent d’en re-garder ou d’en com-prendre - pour ne pas dire d’en sentir - sa version la plus épurée, et si cela est possible.

La cristallisation de la Lumière, fusse dans sa forme grossière, reste pourtant toujours de la Lumière qui s'adapte au contexte de notre cycle "matériel" d’incarnation (ce que j'appelle le principe de cristallisation). La pleine Conscience permet seule de ne plus discriminer entre le matériel et l’immatériel, car la dualité (Principe Mental de séparation) nous plonge dans une dis-tinction artificielle qui nous éloigne de l’Essen-Ciel.

La souffrance est contradiction de l'âme, effet sensible de la dualité, qui une fois résorbée nous offre de re-connaître notre Nature Originelle et Première. Et là est l'Espoir de l'âme, pleinement consciente de son état, au Présent de Soi.

L’Essen-Ciel n’est en Soi, ni matériel, ni immatériel. L’Essen-Ciel, c'est l’Axis Mundi que l’Intuition offre, d’éveils successifs, aux hommes qui rassemblent alors les parties divisées d’eux-mêmes, à force d’expériences et de retour sur Soi. Le but de nos incarnations, affine nos filtres et nous détache de cette dualité séparatrice et isolante de notre version la plus lumineuse. Alors la souffrance Mentale s'éloigne. Si Naitre c'est entrer en contradiction avec Soi, c'est aussi résoudre le conflit que le Moi alimente, en en reconnaissant la Source qui paralyse ainsi toute domination du foyer Mental.

La raison n'est-elle qu'une étape vers la lumière?

Raison ou tort, c'est toujours subjectif et production de jugement. Un animal qui tue une proie pour se nourrir, n’est peut-être pas raisonnable, mais en est il plus barbare? Je ne le crois pas. Les animaux, sans morale, participent pourtant à la Lumière originelle et au projet global d’ascendance. Ils y participent, comme tout un chacun, et malgré lui, à la mesure de sa manifestation, de son degré de Conscience et des lois qui le manifestent sur le rayon du monde matériel dans lequel il est projeté.

De même l’Homme est pétri de réactions et d’habitudes, qui culturellement l’invitent à réagir en fonction de projets collectifs ou individuels, que la raison vient policer. Mais les notions de bien et de mal sont parfois interchangeables en fonction des sensibilités de chaque peuple. Les grands principes moraux subissant toujours des tempérances Mentales de contexte. Ne pas tuer/ tuer légitimement ; Ne pas mentir/mentir pour le bien d’autrui ; ne pas voler/voler par nécessité...etc.

L'Homme et l'animal ne se distinguent qu'en ce que le second est bien moins dangereux que le premier. L'Homme ne fait plus un avec la Nature. Il n'a plus la spontanéité de l'animal, mais il n'a pas encore la spontanéité de l'âme. Il nage entre sauvagerie originelle, qu'il police tant qu'il peut, par la raison, et parfois l'Intuition le titille et le mène vers des horizons dont il ne fait qu'effleurer l'insoupçonnable beauté, préoccupé par son quotidien, et son confort Mental.

L'homme est donc tout à la fois animal et âme tourmentés. Le Mental est bien la cause de son égarement, de son éparpillement.

Discriminer entre bien et mal, c'est une question juridique ou philosophique. C'est un exercice pratique qui passe nécessairement par le filtre du Mental. Réfléchir est donc toujours une bonne intention, dont l’Ego réduit systématiquement la portée. L’orgueil des mots, la mise en exergue du Moi, l’hypertrophie du troisième œil, guettent les chercheurs de vérité, et cet emprisonnement de la vérité sert alors des causes étrangères à toute bonne intention première.

La Lumière ne peut se manifester en Soi, ni s’extérioriser par les seuls artifices mentaux. Toute tentative intellectuelle mène à une impasse, en déformant le Monde par le prisme Mental. On peut obtenir la Paix Sociale, le Bonheur ne sera jamais sa conséquence garantie. C'est sans doute ce que le Monde découvre aujourd'hui. Le Bonheur ne se réduit pas à la quantité, mais à la qualité de la Vie. Le Système économique et social mondial, est ainsi à rebâtir totalement, si nous souhaitons parvenir à un but qui ne soit pas qu'utopique, mais qui soit unanimement partagé par tous ceux qui le ressentent comme une Evidence. Nulle morale extérieure ne perdure sans être intimement vécue de l'intérieur. Les Romains connaissaient cette règle intérieure qu'était le Fas, la règle non écrite, ressentie en Soi, contrairement au Jus, la règle imposée, en quelque sorte la peur du gendarme.

Alors, à quoi bon écrire ou tenter de manifester cette lumière ? D’où vient ce besoin si la seule Evidence permettrait à chacun d'entendre l'appel de cette Lumière? S'il est inutile de recevoir un message extérieur qui ne soit d'abord en Soi, pourquoi lire ou écrire? Pourquoi manifester ce qui ne peut l'être?

La toile regorge de titres éloquents et parfois racoleurs sur des sujets tels que la Vie après la mort, les near death experience (NDE), sur les avancées de la science Quantique ou sur les âmes jumelles. Ce fourre tout d’informations parfois anarchique, enrichit-il toujours celui qui les reçoit ou celui qui les publie ? Lorsque certains scandales éclaboussent les porteurs de ces prétendues vérités, au prétexte de gourous qui ont profité de leurs fort pouvoir d’influence pour soumettre certains fidèles à l’extorsion de fonds ou de faveurs sexuelles, la force de cette Lumière est alors discréditée. Sans compter bien sûr le foisonnement de tous ceux qui utilisent de tels concepts extérieurs et non digérés, pour vivre, de plus ou moins bonne foi et de talents inégaux et très peu contrôlés, des nouveaux métiers émergents en développement personnel, médiumnie, Reiki, médecine chinoise, ou holistique...etc.

Par Lui-même!

Que penser, qu’en penser ? Bien sûr qu’il faut d’abord se réjouir de cette avancée très nette en moins de trente années de cette Lumière. La Lumière, n'avance ni ne recule. Elle EST! L’important, n’est pas l’avancée mais la sensibilité de ceux qui perçoivent ces messages et ces codes, qui ouvrent leur regard sur un Monde différent, et qui sont dans la capacité de faire le tri, par eux mêmes, dans ce flux débordant d’informations, d'entendre la Mélodie qui les touche vraiment. L'intuition et l'Initiation conduisent l'Homme vers Lui-même. Ce n'est pas nous qui allons vers l'information, mais l'information qui nous rejoint!

Les anciens considéraient l’Initiation au moyen de symboles et de rituels, comme le seul moyen permettant à l’Homme de s’imprégner de cette Lumière, à son rythme et sans y être contraint. L’initiation n’était d’ailleurs pas systématiquement permise à tous ceux qui en faisaient la demande, car précisément les gardiens du Temple veillaient à préserver cette Lumière de la cupidité des marchands de Vérités ou des curieux, afin d’éviter toute dérive ou exploitation de ces secrets originels. Aujourd’hui encore, l’Initiation est toujours pratiquée, notamment en Franc-Maconnerie et dans bien d'autres rites. Il n’est pas question d’y transmettre, contrairement aux idées reçues, des techniques ou des secrets ésotériques au service pratique de l'essor d’une élite toute puissante - car l’élitisme nous l’avons dit est précisément la principale plaie de la Lumière et son paradoxe complet - mais d’inviter ceux et celles qui en sentent l’appel, à la recherche du meilleur chemin pour hiérarchiser un peu, et reco-naitre, par l’exemple, les grands principes qui sont à l’Origine du Monde. L’aide fraternelle, aussi désintéressée et bienveillante possible fonde, par ailleurs, les degrés et les différents seuils que le jeune initié va pouvoir re-connaitre, par lui-même.

C’est important : par lui-même ! La Lumière ne surgit que lorsque nos filtres la laissent enfin jaillir. La Lumière ne sort ni ne rentre...elle EST! Elle Jaillit! Il n’existe aucune technique magique hors de Soi. La Magie EST en Soi et par Soi. Commune sans doute à tous les êtres vivants, mais jamais malgré Soi à degrés divers. Cette Magie C’est l’Essen-Ciel et l’Essen-Ciel EST et DEMEURE à jamais en SOI. Qu’on l’ait occulté longtemps, ou pas !

Chacun de nous, est en mesure de déterminer son degré d’éveil, c’est à dire son rapport d’Evidence à une Vérité qu’il ressent comme profonde en Soi et qui fait vibrer son être d’une Joie paisible et constante. Il ne s’agit pas de plaisirs d’Ego, ou d’une exacerbation de l’orgueil provoquée par l’admiration subjective d’un Maître, ou d’une idole. Moins encore d’un amour passionnel qui ferait chavirer les capacités d’entendement de l’un sous le joug de la parole "bue" de l’autre. Ces formes d’amour sont de la domination et de l’idolâtrie.

L'Histoire gomme peu à peu l'idolâtrie et la possession des puissants. Le Coeur et la sensibilité féminine vient équilibrer les inégalités flagrantes. Ce n'est pas que la raison qui consacre cet équilibre. C'est le Coeur qui perçoit la Lumière. Dans nos sociétés divisées, aucune femme n'a été libre sans une force sacrée. Cette force est le respect imposé aux hommes. Le renversement de la violence commune. J'aime l'idée de rébellion contre les morales clivantes. Le Coeur ne connait ni Bien ni Mal. Il EST l'Action Juste qui se manifeste spontanément sur le Rayon.

La Vérité ne saurait emprunter les sentiers du préjugé et de l'endoctrinement moral sans perdre de son crédit et de sa force originelle. Krishnamurti invitait chacun à la plus grande prudence face aux gourous, face aux règles imposées. Car la première et dernière liberté ne suppose aucune vérité venues de l’extérieur. La vérité fleurit essentiellement en Soi, car elle EST et demeure en Soi depuis toujours. Toute extériorisation et imposition d’une vérité est suspecte, si elle n’est pas d’abord ressentie en Soi et par Soi.

Il ne s’agit pas ici de vanter l’individualisme ou la solitude. Il ne s'agit pas ici de permettre tout et n'importe quoi, au nom de cette Liberté. Nous ne disons pas que l’influence est néfaste. Mais que toutes les dites bonnes influences ne sont pas bonnes en Soi. La liberté de discriminer entre vrai et faux est un minimum qui est déjà un chemin ardu. La Vie manifestée est une aventure sociale, faite d’actions et de réactions, de stimulations et de frustrations, de vérités et de contre-vérités comme nous avons déjà pu le démontrer dans nos précédentes méditations. Mais la Vérité, si ce mot encore adapté, ne jaillit qu’en Soi et depuis Soi seul. Il n’existe aucune recette magique pour qu’elle émerge et personne ne peut prêter la clé de sa propre expérience pour permettre l’ouverture facile d’une porte close.

On ne souffre pas faute de clé pour sortir de cet état mental, mais par habitude et refus d'associer Sa propre clé à la serrure de son propre Coeur. La souffrance est obsédante car elle occupe tout l'espace de notre expérience, entre plaisirs et manque. Tant que nous cherchons à la camoufler derrière des habitudes ou à la vaincre au moyen de recettes miracles extérieures à nous-même et à notre propre capacité d'entendement, nous alimentons le foyer du Mental, nous attisons les braises de la Dualité et sommes dominés par elle.

Il n’y a en définitive, ni vrai ni faux, ni bien ni mal, il y a une Dualité qui doit être naturellement transcendée, en en coupant le carburant qui l'alimente, par LA non dualité, ce rassemblement, vers Soi et par Soi, de toutes les pièces éparpillées de sa propre Conscience, en un retour élémentaire sur Soi.

Quand j’écris cette affirmation je n’entends convaincre que les convaincus qui re-connaitront d’Intuition cette vérité parce qu’ils l’ont déjà senti jaillir d’eux-même. Non parce qu’on leur aura dit, non parce qu’on leur aura rabâché, mais parce que du tréfonds de leur propre Cœur ils auront senti l’appel de cette Evidence première et dernière. Ils auront rencontré cette Lumière intérieure et la re-connaîtront dans chaque rendez-vous que la Vie leur permettra de faire face à telle personne ou à la lecture de tel auteur. La Lumière (qui n’est ni le vrai ni le faux, mais le dépassement de la dualité) ne s’apprend pas, elle se reconnaît et chaque fois qu’elle se re-connaît elle ne prête plus le flanc au doute et au Mental. Comme je l'ai déjà dit un jour, tour tout parait clair, car nos filtres auront été assez affinés pour com-prendre, et enfin, vivre en Conscience.

Il n'y a qu'un mot qui vaille à l'Amour en vérité :  la Liberté d'être Soi.

Demeurer sans dépendance, ni affective ni intellectuelle, c’est cette impérieuse rébellion en Soi qui nous permet de vaincre les principales chaînes qui nous maintenaient dans les fers de la contrainte mentale réductrice de Lumière. L'Oeil n'a pas vocation à rester dans la tombe.

Toute contradiction se résorbe à la Source, en faisant remonter à la surface nos résonances Originelles profondes. Alors la souffrance n'a plus de cause, le foyer Mental est privé de carburant. Mais rien ne doit être forcé. La violence et la Volonté ne permettent pas de changer. Tout changement vers Soi dépend d'un regard: le regard devenu perméable à l'Essen-Ciel.Un regard sans causes et sans effets, un regard sans yeux.

La cause est le début et la fin de toute liberté. La Dualité formelle fonde notre Unité fondamentale en la révélant, d'ex-périences en ex-périences. Nous sommes d'abord, parce que nous apprenons à transcender nos couches superficielles qui participent néanmoins  toutes à notre Essence. Derrière et devant Moi, les sens me  guident vers le Soi Sublime. Chaque jour qui passe m'en rapproche. Chaque vie me renvoie à la version originelle de Soi même...

Et A cette Joie sans pareil qui nous renvoie aux rires de notre enfance, ceux de l'innocente joie d'Etre là ... juste là, en plénitude d'instants. À chaque rire, c'est de l'enfance qui revient, de l'enfance incarnée qui ne dérive plus vers ailleurs que Soi.

Passer la Lumière ce n’est donc jamais rien faire d’autre que de la proposer à ceux qui n’en n’ont pas seulement l’idée, mais l’Intuition indubitable car éprouvée. Ensuite cette intuition, qui n’est pas de ce Monde, du moins non saisissable dans aucune forme, se transforme en expérience et nous permet, à chacun, de com-prendre ce qui nous met en guerre ici-bas et ce qui nous met en paix. La Paix n’est pas un effort collectif. C’est une évidence progressive, une illumination intérieure qui se répand depuis Soi.

Les égrégores déploient les énergies de chacun des membres d’un groupe particulier. Plus les membres trouvent en eux cette Lumière, plus l’égrégore s'éclaire et nous éclaire. C’est ainsi que la Lumière dissout les ténèbres et que ces dernières reculent. L'Amour pour se construire un peu, doit il détruire beaucoup? Non car l'Amour globalise et ne divise jamais. L'Amour c'est la Lumière à l'état pur, qui se partage à l'infini sur l'infini Rayon des Coeurs ouverts.

Faire jonction...avec Soi.

Faire jonction...avec Soi, c'est accueillir l'autre en Soi et le re-connaitre comme son Essen-Ciel, sans plus de possession ni désir de soumission. L'autre nous révèle par la dualité puis se re-connait comme Soi, par la non-Dualité.

Faire jonction, c’est percer l’Essen-Ciel. L'amour EST la Matrice rendue visible, l'Essence même du Monde jadis occultée. Ceux qui ouvrent leur regard, celui du Cœur, perçoivent l'infinie Puissance de ce qui n'est déjà plus un sentiment amoureux profane, mais une énergie insoupçonnée jusqu'ici, qui échappe alors à toute limite mentale étroite.

L'Amour n'est pas qu'un rapport entre deux, mais une Synergie extra-ordinaire qui réunit tous ceux et toutes celles qui captent d'autres vibrations, et qui se reconnaissent par ces mêmes rythmes vibratoires. Le Mental seul, a réduit cette dimension Sublime intemporelle, par l’opacité de nos filtres. Mais par-delà bien et Mal, l'Amour ne peut plus être limité, ni réduit à une possession, à un "mon" ou un "ma".

LA Lumière EST, inter-personnelle et impersonnelle. Et nous Sommes tous ses apprentis sur le chemin. Chaque rencontre, chaque échec même amoureux, comme chaque réussite, même qui se termine un jour, est une rencontre avec Soi-même ; un peu de notre filtre qui s'affine. Quand on a perçu celà, on ne méprise plus personne et on garde toutes les personnes qu'on a aimé ou dé-saimé, à jamais dans son Cœur. Personne n'appartient à personne, et chacun est libre sur son parcours d'aimer ou de quitter. Tout change Mentalement, mais l’Axe nous réunit et cet Axe est intemporel, éternel. Le  vrai changement est l'alignement avec Soi.

Avoir un rêve, c'est pas s'endormir pour échapper à la réalité. C'est redonner à la forme la profondeur magique de son rayonnement.

Écrire ou manifester cette Lumière par l’Art, ce n’est donc pas inventer de beaux concepts, ni écrire un livre avec une stratégie mercantile ou d’endoctrinement incompatible avec le merveilleux dont il traite. Écrire ou manifester la Lumière, c’est témoigner de son périple personnel, avec les outils qu’on a développés en cette vie, sans chercher à convaincre, sans chercher à briller, juste en écoutant cette Lumière passer par tous les pores de sa peau, et en étant profondément heureux et enrichi de la faire passer.

J’ai choisi l’écriture, d’autres choisissent la peinture, le chant, la photographie ... Chacun reconnaîtra chacun, dans son parcours, et il est toujours magique de re-connaitre à quel point les parcours sont similaires. On ne se connaît pas non, on se re-connait. Voilà la Magie : un livre, une rencontre!

un guide ? Non ! Un Maître ? Surtout pas ! Un Etre semblable à vous et moi, qui nous a un peu précédé sur le chemin ou qui suit le notre et fait jonction avec notre regard. L’Evidence d’un appel à voir autrement qui s’impose en nous, car cette origine n’est en réalité qu’un retour vers la version Originelle de Soi, qui ne nous a jamais quittée, et donc chacun est seul maître ; Connaissance originelle qui était là depuis toujours et qu’on re-voit aujourd’hui, à la mesure de son Coeur ouvert.

Ils détournent leur regard de la Beauté, mais la Beauté rayonne, se partage et ne se fractionne en aucun morceau à posséder.

Et même si nos mots ne sont parfois que fulgurances éphémères, ils sont toujours le bel appel à la vigilance et au rassemblement vers Soi de notre éternité sublime éparpillée. Nous sommes, sortis de l'ombre, les reflets d'un même soleil éternel.

Namasté...

 

 

Le langage poétique est fait pour communiquer des états ; les mots y sont des vases ou des clefs.

René Daumal.

La poésie, c'est demander aux mots de faire revenir la lumière dans nos existences.

Yves Bonnefoy.

Quand on lui a demandé : "qu'est ce que l'espoir ?" Il a répondu : "le rêve d'un homme réveillé."

Aristote

C'est quoi : la Lumière?