Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Chris le Gardien auteur

Chris le Gardien auteur

Menu
La mort: La plus grande tromperie...

La mort: La plus grande tromperie...

La mort: La plus grande tromperie...

Il ne faut pas redouter la mort. Elle n'existe pas. L'affirmer semble si facile, car aucune preuve rationnelle ne parviendra jamais à nous le démontrer. Et il ne s'agit pas de faire des miracles ni de multiplier les explications scientifiques pour convaincre le monde entier et chaque être sur terre de son immortalité. Cette expérience est éminemment personnelle et selon nos degrés d'éveil, l'évidence de cette éternité s'impose d'elle même, de l'intérieur. Pour autant, la communauté scientifique, jadis cloisonnée dans des dogmes académiques que le système tentait de contenir, intègre de plus en plus l'intuition (Lat "intuiri" : regarder dedans) pour expliquer le monde, notamment certains chercheurs quantiques et médecins biologistes de renom. De même, la pensée philosophique, extrêmement malmenée par un intellectualisme "Mental"  étouffant et particulièrement matérialiste, s'élargit à cette "Vision" du Monde manifesté.

Ce texte, vise à rassurer tous ceux et celles qui ont l' intuition, même confuse, que quelque chose de plus grande, de plus vaste, les constituent, par delà les petites frontières auxquelles on les a habitué depuis toujours. Le Coeur tambourine à notre porte pour nous rassurer sur la Beauté invisible et en révéler doucement mais surement les saveurs essentielles. Très bonne lecture à toutes et tous. L'espoir n'est ni demain ni hier, l'espoir c'est aujourd'hui, en Conscience et en Magie! Et si vous avez senti l'illimité en vous, vous n'êtes pas seuls. Et cette Folie, et ce rêve, sont la Beauté même, celle qui jaillit des formes éphémères.

 

- Chris le Gardien, juin 2017-

 

****************

La mort: La plus grande tromperie.

 

La mort est la plus grande tromperie. Merci à cette tromperie par laquelle l'élite a réussi à tenir en échec l'humanité: si vous arrêtez de penser, en effet, vous comprendrez que toute dictature a toujours compté sur la mort et surtout sur la peur de la mort.

Voici quelques témoignages de personnes qui font autorité, des médecins et des scientifiques qui contredisent ces thèses absurdes:

 

Elisabeth Kübler-Ross:

 

Elisabeth Kübler-Ross E  est une psychiatre suisse qui a consacré toute sa vie aux soins des patients en phase terminale. Elle dit: « Après avoir travaillé pendant de nombreuses années avec les patients qui meurent, et ayant appris d'eux ce qui est vraiment la vie, ce qui regrette que vous avez quand il semble trop tard pour avoir, je commençais à me demander ce qui était vraiment le la mort.


Alors j'ai commencé à recueillir des rapports d'expériences extra-corps, que mes patients m'ont rapporté. Toutes ces expériences ont été considérées comme ayant les mêmes caractéristiques et sont comparables à d'autres rapports similaires enregistrés dans d'autres parties du monde, par de nombreux médecins. De l'Australie à la Californie, toutes ces expériences ont un dénominateur commun: la prise de conscience parfaite de la part de personnes qui sortent de leur corps physique et qui sont cependant parfaitement conscients. Cela nous conduit à affirmer que la mort, comme nous l'entendons dans le langage scientifique, n'existe pas.

Donc mourir signifie seulement perdre son corps physique, tout comme le papillon quand il sort de son cocon. C'est une transition vers un niveau supérieur de conscience où vous continuez à percevoir, à rire, à comprendre, à évoluer, et où la seule chose que vous perdez est quelque chose dont vous n' avez plus besoin: le corps physique.

Aucun des patients qui ont eu ce genre d'expérience, n'a eu peur de mourir. Pas un seul. De plus, beaucoup ont retrouvé cette sensation d'intégrité du corps, comme quand ils étaient en bonne santé, par exemple, ceux qui avait été frappé par une voiture et avaient perdu une jambe, tout est revenu dans l'ordre. Un autre patient qui avait perdu la vue dans l'explosion d' un laboratoire, n'est pas seulement sorti de son corps, il pouvait voir et décrire la scène de l'accident et les gens qui se sont précipités dans le laboratoire pour l'aider. Mais quand il a été ramené à la vie, bien sûr, il était complètement aveugle. Il est donc évident que beaucoup de gens qui ont de telles expériences, ne voulaient plus revenir en arrière parce qu'ils connaissaient un endroit beaucoup plus beau et plus parfait que la terre.

Il ne faut pas avoir peur, qui un moyen de vous faire ignorer que la mort n'existe pas, et que tout ce que nous vivons dans la vie a un but positif. Il faut se débarrasser de la négativité et de commencer à voir la vie comme un défi, un test pour déterminer ses propres ressources internes et sa force. Ce que nous avons appris de nos amis disparus, les gens qui sont revenus pour nous parler de leurs expériences, c'est que chaque être humain, après ce passage révise toute la vie, comme dans un film, ayant ainsi l'occasion de revenir sur chacune de ses actions, chaque mot, chaque pensée et se juger Soi-même. Il n'y a donc pas de jugement, sinon le nôtre, et pas Dieu Censeur prêt à nous punir ».

 

Dr Robert Lanza:

 

Robert Lanza, E a été élu comme le troisième meilleur dans la vie scientifique du New York Times, et il dit:

« La vie et la conscience sont essentielles à l'univers et pratiquement c'est la conscience elle - même qui crée univers matériel dans lequel nous vivons et personne d'autre. En prenant la structure de l'univers, ses lois, ses forces et constantes, elle semble être optimisée pour la vie, ce qui implique que l' intelligence existait avant la matière ».
 

Lanza affirme également que l'espace et le temps ne sont pas des objets ou des choses, mais plutôt des instruments de notre compréhension, « désolidarisez l'espace et le temps autour de nous comme les tortues d'avec leurs coquilles. En ce sens que lorsque l'enveloppe se détache (espace et le temps), nous existons encore. La théorie implique que la mort de la conscience n'existe pas. On existe seulement sous la forme de la pensée, parce que les personnes s'identifient à leur corps elles croient qu'elles vont mourir tôt ou tard et que la conscience elle-même disparaîtra. Si le corps produit la conscience, elle meurt quand le corps meurt, mais si le corps la reçoit de la même manière qu'un décodeur reçoit les signaux satellites, cela signifie que la conscience ne se terminera pas avec la mort physique.

En fait, la conscience existe en dehors des contraintes de temps et de l' espace. Il peut être n'importe où: dans le corps humain et hors de celui - ci. De plus, plusieurs univers peuvent exister simultanément. Dans un univers, le corps peut être mort alors que dans une autre il peut continuer à exister, en absorbant la conscience qui migre dans cet univers. Cela signifie qu'une personne morte, en voyageant à travers un tunnel ne termine pas en enfer ou dans le ciel, mais dans un tel monde, qui lui est propre. Et ainsi de suite, ad infinitum. Sans recourir à des idéologies religieuses, le scientifique cherche alors à expliquer la conscience quantique avec des expériences précédents la mort, de projection astrale, des expériences hors du corps et même de réincarnation. L'énergie de la conscience, à un moment donné est recyclé dans un autre corps, et dans l'intervalle, existe en dehors du corps physique à un autre niveau de réalité, mais dans un autre univers.» 

 

Dr. Eben Alexander:

 

Eben Alexander est neurochirurgien à Harvard, à la tête d'un important programme d'études, Le Professeur Eben Alexander a toujours été sceptique quant à la vie après la mort et les récits d'expériences de sortie de corps qui ont été rapportés par ses patients . Mais quand en 2008 , il est resté dans le coma sept jours en raison d'une forme rare de méningite, son avis a beaucoup changé. Son histoire a fait la une de la couverture de Newsweek, mais aussi dans un livre intitulé de façon significative «Proof of Heaven» ( Preuve du Ciel ), il y raconte son expérience au cours de laquelle, ce médecin de 58 ans a visité ce qu'il appelle un lieu « incomparablement plus haut que les nuages, rempli d'êtres transparents et chatoyantes. »
 

Entre la vie et la mort: un matin d'automne en 2008, Alexander s'est réveillé avec un féroce mal de tête et a été hospitalisé peu de temps après, dans l'un des hôpitaux où il a travaillé, l'Hôpital général de Lynchburg en Virginie. Là, on lui a diagnostiqué une méningite bactérienne Escherichia coli, une pathologie infantile typique, qui en quelques heures l'a conduit dans le coma. Pendant sept jours, le neurochirurgien américain est resté entre la vie et la mort, et les examens fréquent du cerveau ainsi qu'une une analyse précise (TAC), a démontré une totale inactivité de son néocortex (chez l'homme est d'environ 90 pour cent de la surface du cerveau est considéré comme le siège des fonctions d'apprentissage et de mémoire, et du langage).

La preuve des dimensions: mais alors que Eben Alexander était immobile, inconscient, il a expérimenté un incroyable voyage qui a changé sa vie. Tout a commencé « dans un monde de nuages ​​blancs et roses se découpant sur un ciel bleu foncé la nuit, et des troupeaux d'êtres lumineux ont laissé derrière une trace tout aussi lumineuse.» Selon Eben Alexander c'était comme des oiseaux ou des êtres de lumière mais on ne peut définir ces êtres et leur rendre justice car ils sont des formes de vie « supérieure ». Dans cette dimension, enrichie par un chant glorieux, l'ouïe et la vue sont devenus UN. « Je pouvais entendre la beauté de ces êtres extraordinaires et voir en même temps la joie et la perfection de ce qu'ils chantaient. »

Des millions de papillons: pour une bonne partie de son voyage Alexander était accompagné d'une mystérieuse jeune fille blonde aux yeux bleus, que l'homme raconte avoir rencontré pour la première fois en marchant sur un tapis composé de millions de papillons aux couleurs vives. Le  neurochirurgien se rappelle que la jeune fille avait un regard qui exprimait l'amour absolu, bien au-dessus de ce tout qui peut être expérimenté dans la vie réelle, et qu'elle lui a parlé sans paroles, en lui envoyant des messages « qui sont entrés comme un vent doux. »

Eben Alexander s'en souvient de trois en particulier. Le premier était « vous êtes aimés et soignés », puis « il n'y a rien à craindre », et enfin, « Vous ne pouvez pas vous tromper » Mais l'accompagnatrice du docteur a également ajouté: « Nous verrons beaucoup de choses ici. Mais finalement, vous repartirez. "

Une matrice cosmique: poursuivant son chemin, l'auteur de "la preuve du ciel" est arrivé enfin dans un espace vide immense, complètement sombre, infiniment étendu et confortable, éclairé seulement par une boule lumineuse, « une sorte d'interprète entre moi et l'énorme présence qui m'entourait. Il était comme né dans un monde plus grand, et l'univers lui-même paraissait comme un utérus cosmique géant. La sphère m'a guidé à travers cet espace sans fin ".

Il n'est certainement pas le premier cas de ce que les anglo-saxons appellent "Near Death Experience - NDE"- (l'expérience des limites de la mort), mais ce qui est certainement le plus troublant, c'est le fait que que ce témoignage provienne d'un professeur bien connu de Neurochirurgie, qui s'est lui-même toujours déclaré sceptique à ce sujet. « Je me rends compte que mon histoire semble incroyable, et franchement incroyable - dit Eben Alexander - si quelqu'un, même un médecin, m'avait raconté cette histoire à mon ancien moi, j'aurais été certain qu'il avait été en proie à des illusions. Mais comme ça m'est arrivé à moi, c'est bien réel et ça compte comme l'un des événements les plus importants de ma vie, comme mon mariage ou la naissance de mes deux enfants ».

Enfin, la mort est également réfutée logiquement et mathématiquement. Voici des pensées liées aux citations à l'un des plus grands philosophes / penseurs du monde: Parménide.

« L'ETRE EST, LE NON ETRE N'EST PAS»

(...)

Tous droits réservés à l'auteur : Beppe Caselle

Source du texte italien original: http://risvegliati.altervista.org/4792-2/

Traduction française : Chris le Gardien http://www.passeurdelumiere.com/

 

Apprendre à mourir c'est, paradoxalement, apprendre à vivre.

Sogyal Rinpotché

La plante et l’insecte meurent à la fin de l’été, l’animal et l’homme après un petit nombre d’années : la mort fauche sans relâche. Mais malgré cela, oui, comme s’il n’en n’était nullement ainsi, tout est toujours présent en son lieu et à sa place, comme si rien n’était périssable. En tout temps la plante verdit, l’insecte bourdonne, l’animal et l’homme subsistent dans leur indestructible jeunesse, et nous retrouvons chaque été les cerises déjà mille fois dégustées.

Schopenhauer.

Tout ce qui ne me tue pas me rend plus fort.

Nietzsche.

Philosopher, c'est apprendre à mourir

Montaigne.

La mort: La plus grande tromperie...