Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Chris le Gardien auteur

Chris le Gardien auteur

Menu
Au Foyer de nos rêves....

Au Foyer de nos rêves....

Au Foyer de nos rêves....

Entre rêves et cauchemars, la réalité se déploie, qui nous fait rire ou pleurer. Que reste t-il alors de nous-mêmes, au bout d'une vie? Anges ou démons, comment bien nous connaitre si nous oscillons toujours et encore entre ces deux pans irréconciliables de nous-même? Qui sommes nous donc, pauvres naufragés sans billet de retour? Serions nous à jamais les naufragés de l'Amour, condamnés à l'exil et aux vents mauvais?

C’est bien le diable d'ailleurs de nous dire: « ne tente pas le diable! », est ce vraiment le diable qui nous tente ? Est ce vraiment le diable qui nous a isolé? Ce diable qui nous ressemble, dans le miroir de l'absurde condition à laquelle nous nous attachons tous, avec plus ou moins de résistance.

Cette tristesse, ces diableries qui nous affectent, ne sont jamais « hors de Soi », on laisse notre âme envahie par les bruits et les ombres, en restant dehors, sur le seuil de notre propre foyer, excentrés, livrés aux voleurs et manipulateurs qui nous asservissent et nous empêchent de rentrer chez Soi.

Alors oui, on souffre, on se sent envahi par la rage qui nous étouffe et l’on pleure sur notre sort, dans les intempéries subies de la Vie.

Mais souffrir, n’est-ce pas une part de l’inconfort nécessaire ?

À souffrir on transite, d’un stade à l’autre. La souffrance nous rend mobile. Elle nous pousse d’instinct, vers la Paix du corps et de l’âme. La souffrance est notre défense contre l'absurde. Un coup de pouce contre le mensonge qui nous voile. La Dualité nous pousse d’instinct vers notre propre réconciliation. C’est une Loi intangible. On peut craquer de mille colères, se morceler en cent parties, l’important est de recomposer ce qui n’était de toute façon pas divisible.

Être triste, souffrir mentalement ou physiquement, c’est toujours se frayer un chemin au travers Soi, pour trouver cette porte qui mène à notre Centre. Ce Centre qui nous préserve alors de toutes les agressions du Temps.

On n’a pas seulement besoin d’un Cœur mais d’une âme qui l’habite pour en entendre l’écho.

***

Dans 20 ans serons encore pétris d’orgueilleuses certitudes?  Aurons-nous transcendé ce que l’évidence nous suggère? Ressentirons nous encore l'agression de nos doutes? Trouverons nous toujours dans ces paradis artificiels pour fuir notre Nature? Succomberons nous au "JE" de nos propres ombres, ou la tombe nous en préservera t - elle?

Ton ombre n’est pas qu’une face sombre, mais elle est le témoin de ta Présence au monde. Exister est un « Je » d’ombres et de lumières, qui conduit à la Con-centration, à la ré-conciliation ultime de Soi vers les autres, et des autres vers Soi.

On peut se cacher derrière des pans immenses de mensonges, l’Œil est là qui nous observe qui garde à jamais ouverte la porte vers Soi. Cet Œil est la part inaltérable de Soi. Nous Sommes l’Œil et le sujet.

Le Mental est le frein, qui rend le possible, impossible! S’en rendre libre, c’est libérer notre éternité confinée. Dans un monde où l’on peut être célèbre en faisant n'importe quoi, on peut encore être discret en faisant de grandes choses. Voilà l'Action. Et elle n'est plus simplement une réaction; mais le meilleur de Soi qui se libère des chaines du Temps.

Le meilleur de toi-même et le meilleur de moi-même : ce sont ces deux-là qui s’aimaient, avant de s’égarer. Et le retour vers Soi garantit tous les au-revoir possibles. On se re-connaît alors Soi-même et tous les autres qui ont franchi leur propre seuil.

***

Oui, le monde est notre écho. Soyez ce que vous voulez qu’il soit, il sera ce que vous ferez pour l’être.

Écoute… chaque instant parle au Cœur. Seul notre égarement nous y a rendu sourd. Écoute la mélodie du vent. C’est fascinant l’Harmonie : c’est un mélange d’Amour et de musique, une alchimie de sons et d’énergies.

Simples, comme la bise du printemps qui effleure la rose baignée de soleil, nous sommes bien peu de choses mais la Vie même. Celle qui conduit au meilleur de Soi et de l’autre. La Nature manifestée, notre Foyer chaleureux que nous avons couvert de nos ténèbres d’Ego.

La lune témoigne du soleil, la nuit ! Pareils à l’astre noctambule, dans nos ténèbres, nous trouvons la force d’une Lumière bienveillante. On n’est pas obligé de briller pour avoir de l’éclat.

Le Soleil partout diffuse sa Lumière. Ton Cœur aussi, n’en doute pas. Un jour on est si bien avec Soi, qu’on peut y inviter, sans peur, tous les autres.

***

Rester Conscient de Soi. C’est ce qui nous manque le plus quand on se remplit trop des autres. Cette petite voix dans le Cœur qui murmure et qui ne nous veut que du bien. La simplicité…de Cœur à Cœur.

Et si la vie n’exauce pas votre prière d’évidence, alors gardez la Foi et la certitude qu’un jour, vos destins s’aligneront enfin. Il y a des égarements nécessaires dans l’éternité, mais n’y a jamais d’égarement éternel.

Le Cœur murmure en Silence tout ce que la tête ne sait plus dire. Il essuie les larmes sur les joues et nettoie la paroi de nos yeux.

Un mystère cesse d’être un mystère, quand il nous a touché le Cœur.

Le chemin qui mène au Cœur conduit d’abord vers Soi. C’est ainsi qu’on marche côte à côte, sans jamais trahir ce qu’on est.

Il y aura toujours une trace de notre éternité dans chaque regard croisé. Nous sommes le canal de l’autre et vice-versa.

« Je t’aime » c’est pas « tu m’appartiens » non ! C’est « je te confie la part la plus inaltérable mais aussi la plus fragile de moi -même ». La forme la plus décomplexée de l’univers se canalise de tendresse.

Tout rapport entre deux âmes est un instant. Ni un projet, ni un passé : un instant qui EST la Vie spontanée même, sans plus de retenue, ni résistance, ni mensonge. Face à la lourde mission d’aimer, on fait ce qu’on doit comme on peut, au rythme de baisers, qui compensent un peu.

C'est si précieux, d’ailleurs, de n’être plus rien que Soi, vulnérable et Vrai, sans armure ni bouclier. On ne possède rien en Amour. On s’allège d’un Ego trop lourd.

Bien sûr rien ne dure jamais, sauf notre âme qui est ce que nous avons de plus immortel. Alors oui, L’Amour est la seule chose qui reste.

La Vérité en Amour est l’Éternité de son Essence. Nous sommes des effluves éparpillées du parfum originel, sa volatilité et son intensité.

Rien n’est plus actuel que le passé et le futur des gens qu’on aime. Toute promesse est un instant qui fait fleurir deux éternités.

L’Amour n’est ni passé ni futur…il EST le Présent du Tout rassemblé en Soi.

L’Amour est le rêve de notre éternité, à portée d’âme. L’éternité nous contemple et initie en nous des germes de dieux.

Rêver, c’est tout ce qui reste d’immortel à l’homme quand il est né. Ne pas rêver serait pour lui mourir deux fois.

Entre deux rives … on ne peut que rêver l’impossible, et c’est déjà tant d’avoir pu l’entrevoir pour vivre enfin ici, en confiance de Soi.

Il n’est pas utile que l’Amour soit partagé pour être vrai ; c’est parce qu’il est vrai qu’on le partage.

Ne cherche pas la Beauté à la surface de sa peau. Engage-toi en profondeur dans l’asile de son Cœur. Tu y trouveras bien plus qu’elle-même.

À la Source ce ne sont plus des larmes qui nous noient, mais une cascade de joie qui nous rend au plaisir de Soi.

Oser battre son masque, vaut mille combats à le garder. On ne meurt pas d’Amour. On meurt d’absence de Vie. Quand on a battu les masques, le diable prend les jambes à son cou.

***

On est programmé pour aimer…tout est une question de temps et les épreuves de la vie ne font que confirmer en Soi ce potentiel infini.

Et le Silence est parfois trop bruyant quand on a pas fait la Paix avec soi-même. Faire la Paix, c’est se connaître « par Cœur ». Ce n’est jamais facile mais c’est absolument indispensable.

Aucune solution n’attend hors de Soi. Tout repose dans l’alchimie de notre alignement Terre et Ciel. Nous sommes, les croisés de la Conscience. Le non duel est notre Graal.

Se savoir mortel, n’est pas considérer sa fin comme irrémédiable mais, sans paradoxe, extraire de l’impermanence le signe de notre éternité.

Se confondre avec Soi, c’est oublier qu’on est duel. Où que tu ailles et quoique tu fasses, au bout du compte, tu auras bien fait. La Spiritualité vécue comme une libération de Soi sur le Rayon du monde, n’est pas être un Exil… quelque part entre l’alpha et l’Oméga, pleinement Chair et souffle, elle est Toute la Vie, mais la Vie même qui s'assume.

Au Centre, le TOUT rayonne, au travers Tous, en Liberté de Soi. Voilà le Foyer de nos rêves. Voilà l'enfance retrouvée du Monde.

Sage, ce n'est pas une question de temps, c’est une question de cœur, et le cœur n'est pas dans le temps.

Christian Bobin

Pour ceux qui aiment, le temps c’est l’éternité.

Van Dyke.

On ne peut pas peindre du blanc sur du blanc, du noir sur du noir. Chacun a besoin de l'autre pour se révéler.

Proverbe africain

Une vie qui n’a pas de sens, c’est une vie qui n’a pas de centre.

Jean Yves Leloup

On met longtemps à devenir jeune.

Pablo Picasso.

Au Foyer de nos rêves....