Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Chris le Gardien auteur

Chris le Gardien auteur

Menu
Aliéné ou Aligné...L’équilibre entre ombres et lumières

Aliéné ou Aligné...L’équilibre entre ombres et lumières

Aliéné ou Aligné...L’équilibre entre ombres et lumières

Morts ou vivants ? L’équilibre entre ombre et lumière. Voilà le grand mystère ; Si Terrible et rassurant. Nous Sommes de grands moments d’éternité en liberté, nés dans une forêt immense aux « JE » d’ombres et de lumières, en route vers sa lisière.

L’un de mes frères m'écrit un jour une phrase restée gravée en moi et que je partage : N’oublie jamais de te répéter : " l’Enfer-me-ment !"

C’est si précieux de n’être plus rien que Soi, vulnérable car Vrai, sans armure ni bouclier. Quand on puise la Force en Soi, on retourne à la Source du UN, on ne s’identifie plus au Moi fermé, limité, éparpillé, Enfer-mé.

Je n’ai pas peur du vide. J’ai peur du Néant. Le Néant, c’est l’œuvre de l’homme détourné de sa Source, la Perdition à laquelle il s’attache. Le néant c'est aussi un grand trop plein d'absurde. La Lumière ne faiblit jamais, mais les ténèbres pleines d'orgueil humain les couvrent de doutes. Nous ne lâcherons pourtant rien de notre Foi immense, car nous avons Vu le Rayon intense de l'Un-stant.

Ton ombre n’est pas qu’une face sombre, elle est le témoin de ta Présence au monde. Exister est un “Je” d’ombres et de lumières.

 

L’Essen-Ciel est au bout du Silence.

L’Essen-Ciel est au bout du Silence, quand on a calmé nos paroles hautaines, renoncé à posséder et écouté l’enfant en Soi qu’on a trahi. Le respect de la vie est ce lâcher prise définitif d'avec ce sentiment de supériorité auquel nous nous identifiions. Ne voyez-vous pas en leurs yeux combien nous leur ressemblons ? Ils sont nos petits frères d’âme, et pas nos obligés.

Quand une cicatrice laisse passer assez de Lumière, elle est l’espace d’où fleurit notre âme, de mille bourgeons colorés.

C’est parce que nous sommes fragiles que naît l’espoir de la Force ; notre imperfection nous rend libre, notre faiblesse consacre la Beauté. Nous ne rencontrerons jamais la paix si nous n’ouvrons pas notre Cœur.

La sensibilité est le propre des âmes, pas seulement des hommes. Le bonheur est l’exacte mesure du parfait alignement sur Soi. La douleur est signe d’un désaxement. On récolte les fruits de la géhenne chaque fois qu’on y met le feu. Il ne tient qu’à nous de rectifier le pas.

Rêver, c’est tout ce qui reste d’immortel à l’homme quand il est né. Ne pas rêver serait pour lui mourir deux fois.

Le rêve est un petit sandwich d’éternité qui ne coûte rien et qui rassasie notre faim de Mystère.

Ne sentez-vous pas en vous l’éternité danser ? Serais je seul à l’entendre et à la désirer ? Passeurs de Lumière, on a parfois peur de voir ce que les autres ne voient pas, seul entre tous et oppressés par une foule qui nous raille. Le paradoxe des passeurs de Lumière, est de devoir travailler dans l’ombre, sans surtout s’y laisser enfermer. Mais si tout est désert autour, nous sommes encore Sources de l’Amour.

 

Les voiles sont destinés à être soulevés. On n’est jamais assez nu face au Sublime.

Par-delà la rive, l’inconnu me parle un langage intime. Celui de l’invisible et sublime espoir, d’être plus grand que l'étroit moi-même.

Je ne sais pas si j’ai raison de croire en la magie des signes, mais c’est un bonheur sans nom de ne plus résister au Sublime qui m’appelle.

Il n’existe pas de plus beau chemin de fleurs que celui qui ramène à mon âme.

S’il n’y avait plus de place pour la magie, il n’y aurait plus l’instant pour le rêve, il n’y aurait plus de chemin vers Soi.

La nature est surprenante. L’émerveillement est au bout des yeux ouverts.

Il n’y a pas de secret en ce monde. Il faut néanmoins en mériter la clé. Le Merveilleux n’est pas donné à celui qui ne sait pas l’apprécier. Non par élitisme ou mépris, mais parce que le Cœur doit s'ouvrir assez pour filtrer la vraie Lumière. Si vous n’ouvrez pas vos volets, ne vous étonnez pas d’être dans une pièce sombre.

 

Les Temples sacrés sont inviolables.

Le regard profane curieux ou indifférent ne pénètre aucun mystère.

Il faut d’abord apprendre à ouvrir le bon œil. Notre regard peut changer…et quoique nous fassions, un jour il percera l’épaisse couche de glaise qui nous sépare de l’Essentiel.

Mais nous sommes tous soumis à l’influence du Mental à divers degrés. Il ne faut ni le mépriser, ni le provoquer. Ni surtout critiquer avec condescendance ceux et celles qui ne croient en rien qu'en leur propre masque d'ombres. Je ne peux communiquer ce qu'ils ne veulent entendre, mais je peux continuer à les aimer, à ma façon.

Je pense à l’immense bonheur de te connaître, O Lumière apaisante, et à la malchance de ceux qui t'espèrent ou te nient.

C'est encore être sous domination mentale que de s’enorgueillir de ne l’être plus. Alors ne nions pas l'ombre. Elle fait partie de nous.

Les êtres merveilleux ne savent jamais à quel point ils le sont. Voilà leur secret. Ne jamais pouvoir s’en enorgueillir. On ne mire pas ses propres ailes. On s’envole, c’est tout. Et c’est ça être Beau. Il n’y a plus bel envol que motive la Lumière.

Le monde n’a pas besoin de moi pour lui donner un sens, mais j’ai besoin de moi-même pour le comprendre. Et on ne comprend pas le Monde si on n’en partage pas la douce et Folle Lumière en la faisant surgir de nos propres pénombres.

 

On meurt rarement de sa propre faute, mais on ne renaît jamais malgré Soi.

Soyons humblement fous…osons vivre, ce que la Vie permet. Osons les erreurs. Osons les échecs. Mais Osons surtout, ses plaisirs et ses joies. Libérez cette Lumière incroyable que votre Ego maintient dans les caves reculées de votre Oubli. Soyez cette Magie…qui libère des pleurs.

Mieux vaut être une fois Soi, que mille fois les autres. L’instinct ne ment jamais. L’Ego c’est la négation omnipotente de Soi-même. Il n’existe plus d’Ego quand les cœurs sont ouverts.

La plus grande tristesse n’altérera jamais notre infini potentiel de Joie. La Lumière est un phare dans la plus ténébreuse tempête.

L’Ego ne se combat pas. On le comprend. C’est le rassemblement, en Soi de toutes les forces opposées, qui permet de retrouver le Centre, notre Foyer d'où TOUT jaillit.

Le merveilleux n’est pas ailleurs que dans la perméabilité de notre propre regard. Cette merveilleuse Liberté que nos peurs contraignent. La résonance est une proximité qui se moque de l’Espace et du Temps. Les vrais liens sont impérissables.

Si le monde n’est pas magique, il devient absurde et muet. L’Essentiel va bien au-delà de nos pensées les plus profanes.

À ne pas croire en Soi, on ne peut croire en l’homme.

Derrière la vitre opaque de ton désespoir, les rayons bienveillants du soleil continuent, malgré toi, de caresser ton Cœur.

Nous Sommes, chacun pour tous, Réminiscences d’ailes, nos rêves seuls nous libèrent du « ramper ». Perdu sur le sol de nos oublis, nous levons les yeux vers le soleil de la Réminiscence, en prenant soin de rester bien ancré en ce Sol. L’Essentiel venu d’ailleurs ne nous appelle pas à nous fuir, mais à nous habiter. Ici et maintenant au milieu de Tous. l’extrême fuite matérialiste ne légitime aucune fuite spirituelle.

La folie, est la Joie de l’Action spontanée qui ne se raisonne pas, la liberté d'être son propre mouvement sur Terre.

Il n’y a pas de vie sans un rêve qui la porte. L’âme est faite de la matière des rêves et notre corps s’en souvient, quoiqu'il fasse il porte la Paix sur son visage.

 

Chacun trouve sa propre clé en Soi et par soi contre la Tyrannie du Mental

La porte de la Conscience ne s’ouvre que de l’Intérieur par nos « pourquoi ? » d’enfants qui valent mille « parce que! » d’adultes.

Aucun enfant n’est sage. La sagesse des adultes est un masque d’Ego, que seuls quelques rebelles envisagent de faire tomber. Il faut beaucoup de rébellion pour savoir aimer un peu. Les rêves ancrés permettent de s’échapper de la prison Mentale, ces murs rehaussés par ceux qui nous veulent à la merci de leurs fausses promesses.

Ne nous laissons plus entrainés vers les régions sans Lumière que nous ne re-connaissons plus nôtres. La Politique laïque ou religieuse divise les hommes, créant une hiérarchie irréconciliable entre eux. Il est loin le siècle des Lumières. Mais quoique vous fassiez messieurs les puissants, vous ne tuerez jamais le Sublime qui vous dérange. Il sera toujours plus lumineux que les ténèbres provisoires que vous alimentez.

Tous les extrémismes, toutes les ambitions de pouvoir sont éclipsées par l’humilité et l’Amour. Chacun en est responsable et dépositaire.

Bien sûr, c’est un risque de quitter les zones de notre confort. La seule façon d’affronter l’océan infini est de devenir eau Soi-même, ou ois-eau migrateur. Une âme immobile est un corps mort!

On est parfois si habitués au confort de nos fumées mentales, qu’on craint qu’elles se dissipent et nous ouvrent à l’horizon inconnu.

Oui, bien sûr, on vous découragera de croire en l’invisible et fabuleux Mystère indicible. On vous voudra plus bruyant quand vous serez Silence ; on vous fera taire quand vous prononcerez les mots du Cœur…C’est un risque de subir la pression des puissants.

L’important aussi est de se protéger face à l’indifférence stupéfiante des Hommes. Accepter leur rythme, évite de tomber avec eux.

Oui bien sûr nos rêves peuvent s’abîmer en mer comme les navires dans d’effroyables tempêtes. Mais ne pas rêver nous laisse secs, à quai, immobiles...mortels.

On renaît toujours par sa sensibilité, qu’on la supporte ou pas. C’est toujours mieux que de vivre sans passion.

L’Amour n’est pas une pommade contre la haine. L’Amour n’est pas qu’une Solution parmi d’autres. L’Amour est l’unique état de Lumière, imperméable aux ténèbres !

 

Croire qu’on vaut bien plus que toutes nos faiblesses provisoires.

Les larmes sont comme les gouttes de la rosée du matin séchant sur nos joues comme sur les pétales d’une rose aux premiers rayons du Soleil.

Plus forte que les armes, nous lavons l’affront avec l’eau de nos larmes, nous nous relevons au son de nos pleurs, et l’espérance jaillit du plus profond des Cœurs.

Libérer la Magie qui nous appelle, ça doit être un jeu d’enfant, ce pourquoi peu d'adultes en connaissent les joies. L’Essence surgit de l’accessoire qui fond sous son Soleil. Et l’accessoire libère les Hommes de leurs étroites frontières de fausses lumières.

La capacité inouïe que nous avons de faire voyager notre âme à l’infini, malgré toutes les frontières connues, voilà le sacré du Cœur Sauvage. Pourquoi n’ai je pas senti à temps ma vie se consumer tout autour de Moi ? Parce que je n’habitais plus mon Cœur alors. J’étais de sortie. Ce qui nous pousse hors de nous même est toujours un mensonge. Ce qui nous pousse hors de nous même, c'est le dompteur Mental qui nous réduit, qui nous apprivoise et nous enferme dans une cage.

 

Ne cherchez pas de portes de sortie. Il n’y a que des portes d’entrée, vers soi-même.

Ce n’est jamais la distance entre Soi et l’autre qui alimente le manque. Il naît de notre défaut d’attention à Soi-même. Voilà l’absence !

Ne perdez jamais espoir. Si vous percevez la Beauté de ce monde, c’est parce que vous savez vous aligner sur l’essentiel. Vous êtes sublimes. Ce n’est pas d’espérance que nous manquons le plus, c’est de Présence. La Beauté n’a pas d’âge. Elle est le rayonnement qui transcende toutes les limitations temporelles. La résonance subtile de l’éternité.

Je contemplais une abeille qui butinait une rose. Elle prenait plaisir à être l’action de sa propre présence, non pas tant par le plaisir ressenti ou espéré à s’enivrer de son pollen, mais par son action inhérente d’être en fusion avec la rose et elle-même…spontanément, naturellement. Notre principal problème à nous les hommes, voyez-vous, est de nous perdre dans une foultitude de nécessités induites mais superfétatoires qui ne nous fondent pas, de ne plus même nous confondre a cette nature qui nous a pourtant tout donné.

Il n y a pas de jours ordinaires. Tout le Sublime nourrit l’instant du Cœur. A sentir le monde de l’intérieur, on n’est plus distinct de sa Beauté, on est toute sa Beauté. L’innocence, ça ne se réfléchit pas. Ça s’agit ! (s’assagit).

L’émerveillement est la première cause de bonheur. Il naît de l’attention de l’âme en éveil. La spontanéité est son seul moteur.

Rien n’est plus puissant qu’une nature qui s’aligne avec elle-même. La Lumière est une expérience intime ; ça ne s’explique pas ; ça ne se raisonne pas ; au mieux ça résonne.

 

Au bout du compte, L’œil suit toujours l’âme qui le précède.

Ni bien, ni mal juste l’expérience du lien Sublime qu’est l’Instant. Il n’est meilleur péché, que celui qu’on ne juge pas. Sa saveur est le goût de l’instant, et l’instant est toujours juste et absolu. Se confondre d’adhésion avec l’essence de la Beauté. Ne plus se sentir séparé du tout Sublime. Y participer pleinement, chacun à sa juste place.

L’amour rit contraire à la peur Contraire à la défiance Contraire à l’impatience Il ne connaît que l’intense saveur De l’instant qu’il nourrit et surtout qu’il partage. Ce que la nature t’a donné, ne le garde pas pour toi seul.

Quand on s’est baigné a la Source, on y reconnaît tous ceux qui en connaissent le chemin, car ils sont parfumés de son parfum originel. J’ai dans le Cœur un printemps éternel.

La Beauté suave des formes, manifeste le Sublime sur le plan des sens. Le démon est incomplet, car il n’en retient que la part visible et veut la posséder. LA vraie Plénitude est la Liberté Totale et cette Liberté passe par le Cœur du Soi aligné sur l’Axe de sa Source.

Les 5 sens connaissent la surface du Monde, mais c’est le Cœur qui en re-connait la profondeur.

Les sens ne sont pas que la surface du monde. Ils sont les messagers du Sublime, et tracent les voies magiques de nos résonances. Le monde est rempli de sensualité sublime. On reconnaît le plus petit atome de Soi dans l’autre, quand on est charmé. C’est ça le charme : on rentre en résonance.

 

L’Amour n’est pas un mythe.

Le problème des hommes, voyez-vous, est d’en avoir fait un outil de conquête, le détournant de sa générosité originelle. La Beauté est toujours sauvage ; elle n’est jamais apprivoisable, sans perdre beaucoup d’elle-même.

Tout rapport entre deux âmes, est un Un-stant croisé. Ni Un projet, ni Un passé : juste « UN-stant » Vrai, qui EST la Vie spontanée même, sans retenue, ni résistance, ni mensonge. Alors, le « JE », est un masque qui tombe. Il n’y a plus de Jeu de l’ombre. Juste des enfants qui rient !

S’approprier l’Amour c’est arracher le rosier avec toute la racine. On croit embaumer notre vie de son parfum, on ne rassasie que notre Ego. Mieux vaut aimer de loin la rose sur sa tige, que de la priver de sa liberté si chère.

Les bulles d’âmes se serrent l’une contre l’autre, avant que les corps ne se touchent. Même dans les moments difficiles et surtout au travers eux. On apprend ensemble à démasquer le Mental Tyran. Parce que plus que jamais devant l’horreur il est nécessaire de resserrer nos rangs au centre du grand cercle de la fraternité.

Mais les princes ne vous rendent pas esclaves. Ils nourrissent votre Amour de leurs baisers et vous en grandissez. Les utopistes ne guérissent pas le monde, mais ils ne souhaitent guérir qu’eux-mêmes et finissent pas succomber de leurs propres armes.

"(Je) t’aime" c’est pas "(tu m)'appartiens" non! C’est : Je te confie la part la plus inaltérable, mais aussi la plus fragile de moi -même. Le droit d’être imparfait, est une voie que l’Univers nous a tracé pour nous permettre d'Exister et d'Expérimenter notre Liberté, en passant par le Jeu des Ego. On ne reprochera à aucun homme de souffrir, ni aucune imperfection. L’Humanité c’est aussi des émotions qui nous guident sur le chemin de SOI. Il faut accepter l’imperfection des Moi pour trouver le chemin du Soi.

Bien sûr rien ne dure jamais, sauf notre âme qui est ce que nous avons de plus immortel. Alors oui, l’Amour est bien la seule chose qui reste. Tout change, rien ne dure jamais mais l’Instant vrai est toujours Joie.

La fortune en Amour, n’est pas de retenir, mais de laisser partir ceux que l'on aime et qui ne nous comprennent plus ou qui se sentent appelés ailleurs, en priant pour leur bonheur. Car on ne peut convaincre par la force. La seule liberté, n’est pas celle qu’on vous vend a prix fort, mais celle qui ne s’achète pas et qui n’a pas de prix.

Le Cœur est un Monde sans plus de division, sans plus de séparation, les illusions profanes n’ont plus prises. La vraie Présence se mesure dans l’intensité « Une » de l’Attention et de l’Action, en pleine Conscience, les pieds enracinés dans le Sol pour y puiser l’énergie de notre manifestation et les yeux vers le Ciel pour y trouver l’inspiration des étoiles.

 

On communie Tous ensemble à la part la plus inaltérable de chacun, en l’autre.

Je suis

Tu es

Il est

NOUS SOMMES

Vous êtes

Ils sont

Remarquez bien : seule la première personne du pluriel est Communion. Toutes les autres (se) séparent.

Deux mains qui se joignent sont deux mondes qui s’UN-issent. Le sourire radieux des amoureux témoigne d’ailleurs de l’Essence éternelle qui l’anime. Le Mental peut détruire momentanément la confiance en Soi, mais il finit toujours par perdre de son pouvoir, faute de carburant.

Tous imprégnés des Sens et d’Essence, nous marchons. On n’est jamais seul en sa propre compagnie. La solitude est un vide qu’il faut d’abord remplir de Soi.

Un jour nous saurons à quel point tout était là, à nous attendre. Il n’y a pas un atome de vie qui n’ait jamais été que Beauté. Il n’y a aucun défaut dans le mécanisme de la Vie. Tout est à sa juste place. La sensibilité n’est pas une protection mais une transparence assumée et inconditionnelle.

Je crois qu’on est toujours auprès de tous quand on est vraiment Soi. On croit patiemment dans le meilleur de chacun et l’on persévère.

 

****


 

Toute parole est une contrefaçon du Sublime. La Beauté se manifeste dans le plus grand Silence. Les mots perdus sont indicibles. Ils nous appellent pourtant depuis toujours, du fond des choses.

Comme le Verbe est résonance d’éternité, la forme est rayonnement d’infini, et nous sommes ses enfants de Lumière.

A l'aliénation des mots d'ordres bruyants, préférons l'alignement sans mensonges du Verbe apaisant, silencieux et sans attente.

 

 

 


 


 


 


 

 

 

 

 

 

Peut-être qu'un jour notre lumière intérieure brillera, et alors nous n'aurons besoin d'aucune autre lumière.

Goethe.

Tourne-toi vers le soleil, et l'ombre sera derrière toi !

Proverbe maori

Only from the heart can you touch the sky.

Rumi.

Changer n'est pas devenir quelqu'un d'autre, c'est devenir qui on est et l'accepter.

Jacques Salomé

La joie est le soleil des âmes ; elle illumine celui qui la possède et réchauffe tous ceux qui en reçoivent les rayons.

Carl Reysz.

L'erreur agite ; la vérité repose.

Joseph Joubert.

On ne peut changer le monde sans changer notre façon de penser.

Albert Einstein.

Ils peuvent couper Toutes les fleurs, Ils n'empêcheront pas La venue du printemps.

Pablo Neruda.

The butterfly counts not months but moments, and has time enough.

Rabindranath Tagore.

Quand les portes de la perception seront nettoyées, les choses apparaîtront à l'homme telles qu'elles sont : infinies.

William Blake.

Rien ne coûte plus à l'homme que de suivre le chemin qui mène à lui-même.

H. Hesse.

Le plus beau cadeau de l'Amour est sa capacité de rendre sacré tout ce qu'il touche.

Barbara de Angelis.

Le poète perce quelques trous dans l'os du langage pour en faire une flûte. Ce n'est rien mais ce rien parle de l'éternel.

Christian Bobin

La vie passe, rapide caravane ! Arrête ta monture et cherche à être heureux.

Omar Khayyâm.

L'Intuition est une faculté spirituelle qui n'explique pas, mais qui montre simplement la voie à suivre.

Florence Scovel Shinn .