Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Chris le Gardien auteur

Chris le Gardien auteur

Menu
Coeur agissant...

Coeur agissant...

Coeur agissant...

Tout l'Etre ne devrait être qu'occupation spontanée, jaillissement d'âme, action pure. La pré-occupation est une suspension mentale de la Vie.

7,43 milliards d'humains, de vérités, de perceptions, et de mondes différents, en complet décalage d'avec ce que chacun ressent vraiment, sans alignement avec son être profond, totalement séparé de Soi.

Nous sommes tous enfermés dans un corps de souffrances mentales, et qui depuis notre naissance, nous éloigne du Soi Originel. L'Homme est une somme massive de réactions et d'émotions induites, qui le rendent excessif et séparé d'une Nature Originelle qu'il efface.

Notre faiblesse est de croire davantage en ce qui sépare qu'en ce qui réunit. D'ailleurs même dans notre relationnel, de tendresse et de rage, nos destins ne s'alignent pas : la plupart du temps on s'éloigne. On vit de coups et de séparations, d'arrachements et de possessions. De tendresse et de rage.

Le challenge des amours est pourtant de nous rendre libre. La plupart nous rend dépendant. Ce pèlerinage de souffrances et de paradoxes, a sans doute un but, mais il nous échappe longtemps, et notre Ego se contente de ce qu'il voit et des réactions qu'il entretient.

Ceux qui se présenteront devant l'ultime porte de leur vie auront ils assez travaillé la peur de l'inconnu, de leur vivant? Auront-ils bien agi?

Il est nécessaire de comprendre ces réactions mentales, qui nous éloignent du meilleur de Soi, non pour en saisir intellectuellement les causes, mais pour reconnaitre intimement notre nature duelle. Lui faire face, l'intégrer.

Cette séparation, est le schéma le plus classique du monde. On s'en rend compte quand cela nous touche personnellement.

La Vie n'est pas que ce que l'on voit ou l'on entend. Elle se pressent et bouge comme l'onde et la particule qui dansent dans nos cœurs. J'aimerai faire comprendre que, depuis la nuit des temps, l'homme agite ses bras dans sa chute, alors qu'il peut battre des ailes.

Ne méprisez rien des apparences. Tout le visible est sacré. Il EST, Essence et accessoire de notre Vie. Le matériel est un mot, une perception, un lien utile et nécessaire, une focale qui évolue avec nous. Ce qu'on perçoit, est l'infime pourcentage de ce qui rayonne. Il y a un monde plus vaste, plus profond, plus haut que notre simple hauteur d'homme.

La Beauté est partout,un jaillissement sacré, Sublime de forme et de fond. Si les dieux ont chargé les fruits de tant de saveur, ce n'est pas pour s'y perdre, mais pour s'y retrouver. Le corps est l'aventure de l'âme, et le Mental son paysage. Mais ce paysage limité nous isole alors qu'il faudrait en percer toute la magnificence.

Si vous n'aimez pas les corps vous n'aimez pas les âmes. Votre pudeur ne fait pas que vous habiller, elle vous emprisonne. Quel vilain mot que l’érotisme,qui pose en système le plus Sublime et moins Mental Mystère de la Création : l'Amour par nature insaisissable. Oubliez les mots et les systèmes. Désirez...Car il faut désirer pour franchir les portes interdites de la compréhension de Soi. Celui qui ne désire pas se contente de ce qu'il a et se conforme au confort. Il ne s'agit pas de désirer des biens matériels mais de désirer profondément se re-connaitre Soi-même, par delà toute possession et esprit de propriété et d'Ego.

Finalement, le chemin n'est jamais exclusivement de terre. Percer le paysage Mental, c'est aussi sentir le rayonnement qui le transcende, c'est comprendre toute la splendeur du rayonnement et toute l'infinitude de l'apparence. L'apparence ne se suffit pas à elle-même, elle est la perception finie d'un paysage cosmique, bien plus profond, qui nous prête vie, qui nourrit notre faim de liberté et de Paix.

Mais qui n'a jamais entendu la voix de son Coeur n'a jamais vécu vraiment.

Le cœur nous envoie des signaux sur tous les malentendus, qui séparent, précisément parce que nous ne prenons plus appui sur le Présent. Tout apprentissage vise à réduire la distance d'avec Soi-même et d'avec l'autre. Voilà la communication! Un alignement avec Soi, un alignement avec sa vraie nature. Une résonance profonde, une recomposition de notre Nature séparée. Et nos tempêtes sont de puissants révélateurs.

Difficile de distinguer entre les signes de l'Amour et les réactions d'orgueil profond. L' Amour passe aussi par le filtre du travail mutuel des Egos respectifs. On réagit par des sursaut d'Ego face à ceux dont on ne reconnait plus du tout le comportement, qui feignent de ne plus nous re-connaitre nous-même. Alors, on puise dans le passé toutes les images de bonheur qu' on as a vécu et on compare. C'est terrible car on se plonge alors dans un cauchemar d'images qui n'ont plus de réalité, qui ne correspondent pas à ce qu'on attend et à ce qu'on vit. On est en décalage avec Soi. On sombre alors dans un tourbillon mental, mélange de colère, d'indignation et d'angoisse. Et rien n'est plus aliénant qu'une obsession : photo figée d'un Soi fantôme, cloué sur le tableau noir de notre prison mentale. L'avenir ne prend plus appui sur le Présent mais sur un passé qu'on sait révolu. L'Ego nous fait ruminer ces instants, et on s'entête à les revivre en tournant en rond dans la cage de nos images mentales. " Pourquoi?" est la question qui revient le plus. "Pourquoi Moi?". Et ces pourquoi ne peuvent trouver le vrai chemin du Coeur dont il ne dépend pas.

Pas un seul pourquoi.
Pas de parce que
L'Amour se déploie
De Coeur et de Feu.

Toute sa vie on s'adapte au monde, on s'adapte à ses réactions induites, mais heureusement et inévitablement, on commence aussi à prendre conscience des conséquences de nos réactions, à mesure que nous nous éveillons spirituellement : nos réactions nous paraissent peu à peu en décalage avec ce que nous Sommes. Nous nous réalignons alors sur notre Coeur. On lâche ce à quoi on tenait tant.

La Vie est faite de choix. On nous dit toujours de faire le bon. Mais j'affirme qu'il n'y a ni bons ni mauvais choix. Chaque seconde est un pas. On avance, c'est tout. Peu importe la direction, on avance. Ce qui ne veut pas dire qu'on ne change jamais d'avis. On avance et on apprend.

Tout commence aujourd'hui ... la chance de l'Instant qui nous rend à nous-même. Tout arrive au bon moment. Il ne s'agit pas d'attendre, il s'agit d'être.

Chaque instant ne reviendra jamais mais sa générosité n'a d'égal que l'infini qu'il révèle. Car le Présent est une éternité vivante.

Les mauvaises décisions sont transitoires, les bonnes sont éternelles.

Qu'il est bon de se perdre dans une forêt hostile, quand on a gardé assez de cailloux blancs dans sa poche, qu'on égraine. Alors on apprend...On se réforme. Quelque chose bouge en nous que nous ne connaissions pas : notre Conscience qui émerge en tendresse de Soi.

Je crois dans l'infinie tendresse, sans but et sans retour, celle qui d'instants vrais, se nourrit,  vit et meurt au point du jour. Ce que l'homme définit tendresse l'animal n'a pas besoin de mots. Il le vit du plus profond des racines du monde. A la différence d'avec l'animal qui agit sans rapport au Mental, chaque pas pour nous peut s'avérer n'être que des séries de ré-actions. Le pas n'est pas spontané. Il n'est même plus un pas, mais une mise entre parenthèses de notre spontanéité naturelle. En un sens on a beaucoup à apprendre en observant l'animal car il réapprend à l'homme la magie sensible du non verbal. Tout passe alors par l'attitude, qui est le langage silencieux des âmes.

Le Mental choisit, mais le Coeur ne sait qu'infuser. Infuser, c'est sentir l'évidence du Soi nous livrer son arôme et son parfum. L'Instant est Présent!!! Je vous souhaite 86400 secondes de Présence Consciente de ces changement d'instants en instants. Calquer sa force sur la force du monde : voilà le secret du bonheur. On ne se divise plus, on communie avec Soi.

Le Présent est la seule Nature de l'Homme en éveil. Présent comme le Coeur. Il faut absolument laisser le Coeur nous parler de l'instant, sans quoi le Mental nous plonge dans la nostalgie et les angoisses du futur. Le Mental est réactif. Il n'est pas l'instant. Il est l'action subie. Celle, dont les conséquences ne coïncideront jamais avec notre bonheur profond d'Etre : ce "nous étions", ou "nous serons", qui se substitut au "nous-sommes".

On a pas besoin de posséder le monde pour parvenir à Soi mais de parvenir à Soi pour contenir le monde. L'Amour ça se contemple...ça ne se chasse pas au filet à papillon. Le grand malheur du monde est de réagir au lieu d'agir et de sur-faire au lieu de faire.

Bien sûr le monde est Chaotique, mais pour autant il est aussi Harmonie. Et cette Essence est notre...et son accès est libre.

La Beauté se révèle, d'ombres et de lumières. Ce qui retient notre regard ce n'est pas la surface des choses, mais son mystère.

Le masque de la perfection n'est jamais que son artifice. La Beauté à besoin d'un Cœur pur pour résonner d'élégance et de charme.

La beauté tragique de la tempête, observée à l'abri du Coeur, est une invitation à la noce entre chaos et harmonie. Chaque tempête nous révèle le calme originel.

Nul n'est parfait mais on ne peut reprocher à l'Amour de l'être. C'est nous qui sommes imparfaits en nous maintenant éloignés de la Source de ce que nous Sommes, en refusant de communiquer avec le siège de cet Amour et malgré son appel, malgré son murmure.

L'Amour est la substance primordiale qui jaillit à chaque fois que nous nous y rendons perméables. C'est le Mystère intemporel qui s'incarne.Tout déchirement est un appel à la re-création. Toute décomposition conduit à la re-naissance. Tout chaos est une harmonie qui se fonde. Du chaos invisible de nos vies, nous parvenons tant bien que mal à cette Harmonie dont nos coeurs témoignent spontanément.

Je crois que l'imperfection n'est pas un frein au mouvement de notre éveil, mais son stimulateur magique. L'imperfection c'est l'imperméabilité du Coeur. Le fatal isolement, mais qui n'est jamais définitif. Tragique, mais jamais définitif.

J'ai parcouru les mers, escaladé des montagnes, visité cent pays et je me suis assis. Je suis entré en moi, c'est là que je t'ai trouvée.

On peut se voiler toute sa vie d'un grand voile d'illusion, il arrive un jour où, quoique nous fassions, il se déchire douloureusement. Il y a une puissance en chacun qui demande à grandir. Il vient un moment où l'on passe du Mystère à la Magie, car la Magie, c'est du Mystère intime, l'Evidence de Soi aligné sur le Tout. L'intime, n'est pas la nudité superficielle d'un épiderme, mais cette part insondable et ignorée des yeux qui vous explose à l'âme.

Il y a une dimension dont les sens ne sont que les messagers, et que la Foi restaure par la communication des Coeurs. La sentez vous? Arrêtez vous un instant. Fermez les yeux. Sentez: Rien de ce qui EST n'est autre chose qu'énergie cristallisée en matière.

Cette communication avec le Présent, cette connexion avec Soi, est toujours difficile. Elle est un réel apprentissage de Vie. Se frotter à l'autre est une aventure de chaque instant. Mais c'est une aventure qui doit permettre d'adapter le pas de notre coeur sur le pas de l'autre et inversement. Pas facile, tant nos réactions et préjugés nous éloignent, et ce malgré nos meilleures intentions.

On est souvent le témoin passif de ses propres violences mentales. Mais c'est déjà une belle avancée de s'en rendre compte. Le Coeur de Soi au Présent nous interpelle. C'est difficile de ne plus réagir, de prendre conscience de ce qui est caché derrière nos fausses identités induites depuis notre naissance et que l'éducation et la pression culturelle a augmenté.

Parfois on est totalement perdu, tant on n'arrive plus à communiquer. Mais il y a sans doute une vérité qui doit nous interpeller : toute communication vers l'autre dépend d'abord de la communication dont nous sommes capable avec Soi-même.

La vraie liberté, est un mélange d'indépendance et de fraternité.

S'aimer Soi-même, c'est se donner la capacité de comprendre notre intime et d'être capable alors de communiquer cet amour et de ne plus avoir besoin de l'autre pour l'aimer vraiment!

Cet instant de pleine Conscience que le Coeur met au jour, vit sans peurs du passé sans angoisse de l'avenir. Il est pleine action d'Etre.

Croire en l'infini présent, c'est ne plus manquer de rien ni de personne qui ne soit déjà dans votre coeur.

La véritable action n'est ni une répétition, ni une projection. La véritable action est une Présence jaillissante, spontanée et libre. L'action n'est rien d'autre que l'âme en mouvement, en liberté.

Chaque naissance est une porte vers soi-même. Chaque seconde sa clé magique.

N'attends rien de la Vie...Sois là Vie.

"Le réel, c'est quand on se cogne." Jacques Lacan Car oui, nos bulles doivent rebondir l'une sur l'autre pour apprendre à fusionner.

Au fond, ce que tu ne sens pas intimement et profondément en toi, tu ne le vis pas. Tu l'apprends peut-être, mais tu ne le vis pas dans tes tripes.

La famille, première cellule sociale temporelle, nous permet de grandir en apprivoisant nos réactions communes, car en famille on doit faire preuve de persévérance et de tolérance sur la durée. Communiquer dans la sphère familiale, est une aventure dont on ne sort parfois pas indemne. Le combat des Egos doit y trouver une solution pacifique  afin de la trouver aussi la trouver au sein du cercle social. Mais au final, chaque individu trouve sa propre solution pacifique d'abord en Soi-même, pour savoir communiquer au sein de sa cellule familiale! Plus on croit avoir besoin de l'autre, plus on s'abandonne aux réactions et aux stimuli extérieurs et moins on agit.

Il n'y a qu'un canal vers l'autre, et il est incommensurable. C'est Soi.

L'âme du Monde doit émerger du Cœur de chacun. La Paix ne s'impose jamais à l'Homme, elle est le produit d'une connexion personnelle.

La plénitude d'action, est une dissolution de nos ré-actions, et c'est clairement une affaire personnelle, une renaissance dont on est seul responsable.

On ne marche jamais seul, mais on ne doit compter que sur ses propres jambes.

On a beau se frotter aux autres, s'y adapter en permanence, affiner ou se résigner à nos réactions face aux leurs, ces réactions nous éloigneront toujours de nous-même sauf à puiser dans son Coeur toute notre spontanéité naturelle. 

On s'éprend.
On s'impose.
On apprend.
On compose.
On désapprend.
On décompose
On comprend.
On recompose.

Aimer trop, aimer mal. Qu'importe. Car c'est déjà aimer. Et l'amour est le chemin vers Soi, pas après pas.

Il n'y a pas de degré en amour, juste des filtres plus ou moins perméables à épurer. Et si la Vie n'avait qu'un but, ce serait celui-ci.

Pour se faire, on est toujours seul face à Soi-même et à sa propre Action de construction. Plus on fait dépendre sa propre plénitude de l'autre et moins on conduit sa Vie et plus on se rend sourd à son Coeur.

Chacun vit sous le conditionnement qui est le sien. On ne peut juger. Nous sommes tous conditionnés et réactifs, jusqu'à ce que notre Cœur nous envoie cet appel à ... l'Action.

Le Mental n'est pas notre ennemi, quand l'âme est en éveil, mais la tentation de se retrancher dans le confort du connu est sensible.

Le Mental est la limite au bonheur. Et notamment Quand l'ordre devient un outil du pouvoir temporel : chao ad ordo... Supprimez le Mental vous rentrerez soudain dans l'intense inconcevable. Mais supprimer le Mental ne signifie pas l'affronter ou le nier. Et on n'a pas trouvé d'arme qui ne soit pas elle-même mentale, pour le supprimer. Non. Supprimer le Mental revient à laisser la Lumière remplacer nos ombres. Encore faut-il pour celà comprendre où siège cette Lumière, son berceau.

Tout combat est duel, activité préférée de l'Ego. Plonger à la racine non duelle du monde, c'est un cessez-le-feu individuel immédiat.

Il y a beaucoup de notre infini dans l'horizon de l'Océan. Car on sent d'intuition que cette rive lointaine et invisible est en réalité bien plus proche, bien plus intime qu'on la pensait! Toute cette étendue est un infini dont notre Coeur a le secret. Le Coeur est le Temple de l'infini Vivant. Nous sommes des mouvements vivants de cette éternelle Beauté.

Cet horizon est la ligne de nos Coeurs, volant à la rencontre d'improbables rêves, qui n'ont ni début ni fin mais qui sont plus que la Vie seule.

Certaines rives bien lointaines sont visibles les jours de grand soleil. On pourrait presque les toucher du doigt. Les paravents ne sont pas des obstacles, à l'imagination. Leur faible épaisseur protège la pudeur mais suggère le désir. Rêver, c'est tout ce qui reste d'immortel à l'homme quand il est né. Ne pas rêver serait pour lui mourir deux fois.

Nous Sommes... de géniaux morceaux d'infini, comme des gouttes de l'Océan immense, qui conduisent l'onde d'une rive à l'autre.

La Vie est belle si tu la dessines à l'encre de ton Coeur.

L'émerveillement est la nature de tout. Sans émerveillement le Mental nous enferme dans les dédales d'une vie substituée.

Chaque détail est un reflet de l'Univers. Chaque petit point contient l'infini. Chaque photon de Lumière est un trésor, totalement invisible et microscopique, il donne toute la Lumière à la Vie en dissipant nos ombres.

Toute action est la Vérité déployée, sans borne, sans limite mentale. Juste la pure expression de la Vie. On aime subitement ce qui spontanément ne nous limite pas.

On n'oublie rien de l'Instant vrai. Car il n'a ni début ni fin et n'a pas besoin de notre mémoire. Il suffit d'être là, et d'y rester.

La légèreté et l'innocence, vont toujours à contre-courant du Temps.

Prendre de la hauteur, c'est aligner la raison sur le Coeur. Élever son regard, c'est rendre la Vue au Coeur.

L'élément Terre est une cristallisation, un dimensionnement de Conscience, qui nous pousse à l' apprentissage quotidien vers Soi.

Comme les oiseaux qui volent haut dans le Ciel, nous trouvons nos graines sur le sol de la terre nourricière. L'Ego nous conditionne mais notre âme nous invite à voler. Cet appel est une renaissance intime. Mais dans la globalité de ce qui est, acceptons nous Terre et Ciel, Force et Faiblesse. Parce que c'est l’œuvre de l'innocence brute que de nourrir la vie plus que de la détruire, soyons le meilleur de nous-même au travers ce qui vient. Ne rampons pas, soyons à jamais, à l'ombre de nos propres ailes sans nier le Sol ni le Ciel infini.

On doit écouter le murmure du Coeur et passer le stade de l'Ego. L'Ego n'est ni bien ni mal. Il nous accompagne dans l'apprentissage de notre liberté, entre Terre et Ciel. Et cette liberté est la Plénitude du Cœur qui se restaure.

Le murmure de Soi est par-Tout, comme une mélodie perdue en attente de mélomane.

Ce que je n'ai pas éprouvé en terre, je ne peux comprendre. Le Cœur est un catalyseur d'épreuves, entre chair et Ciel. L'Axe du Monde est à la croisée de tous les Plans que nous percevons, que nous ne percevons pas et ceux qui nous sont inintelligibles.

Il n'y a pas de belle attitude sans présence d'âme. Il n'y a ni élégance ni raffinement sans rayonnement d'inintelligible Mystère. Le plus fascinant dans cette Vie, ce n'est pas tant ce que l'on perçoit immédiatement d'elle, mais toute la magie qui y conduit et s'y révèle.

Ce n'est pas l'Ego qu'il faut blâmer, c'est toute la transparence qu'on méprise et toutes les colères et réactions toxiques qu'on génère, malgré les capacités intimes que nous avons à les comprendre. La colère est une arme qu'on pointe sur Soi. Si tu laisses galoper la colère, sois sur qu'elle te désarçonnera tôt ou tard et la chute est toujours douloureuse.

La séparation du Soi c'est le "Je". Il ne faut pas de nier son identité, mais ouvrir la porte vers cette part essentielle de nous-même. On n'éclaire pas les choses restées dans l'ombre, on les sort de l'obscurité. C'est tout à fait différent.

L'âme est sans histoire, mais l'histoire lui donne un sens. Et c'est beau une histoire d'âme en hommes ; c'est fait de creux et de hauteurs ; c'est un paysage riche qui donne Tout, et ne reprend rien, à condition d'aller le chercher avec ses tripes.

La grande difficulté d'une âme en quête plongée au sein de cette société qui tourbillonne sur elle même, est de vivre au même rythme que les bruyants et agités. Les censeurs ont laissé des traces profondes et indélébiles dans nos comportements inconscients. L'insoumission est un devoir de Liberté.

L' insoumis ne se conforme plus au système mental qui le tient dans les fers. Il s'élève au dessus du confort des Hommes et les émancipe. L'insoumission est le début de la Force qui libère.

La pression des foules est accablante pour tous. Comment ne pas perdre son identité d'âme sous l'effet du Tsunami Mental, sans se protéger? Pourtant, on ne doit pas fuir la société, mais refuser tout conditionnement qui nous force à la dispersion, sans armure, sans arme.

Il arrive un moment, où l'appel est si évident que tout l'accessoire s'efface devant l'Essentiel. Et l'on y répond sans résistance.

Que sont les obstacles à l'Amour? quelques cailloux polis au fond du ruisseau, ne ralentissent jamais son courant invincible. T'inquiète pas pour la Lumière, aucun souffle assez puissant ne parviendra jamais à l'éteindre.

Alors c'est sans doute ça le temps de l'imparfait : laisser la somme de ce que nous étions s'éclipser devant la Présence de ce que nous Sommes.

L'impression est co-création : nous sommes les réceptacles de infini, le Verbe formalisé de l'inconnu, le Mental agissant de l'état sacré, qui nous restaure sur le chemin de notre Liberté.

La perfection est Présence. On n'a de meilleur avenir que sa Foi au présent.Chaque jour est un instant éternel d'émerveillement. Peu importe demain. Ne t'enchaine pas d'hier. Sois le moteur des ailes qui te portent.

Les changements intimes qui portent notre Coeur vers le plus haut degré de bienveillance et d'éveil, ne dépendent que de nous.

Le seul obstacle en vérité c'est nous-même. Renoncer à l'appel intime, y résister en s'accrochant à la somme de tout ce qui nous réconforte. Aux biens matériels qui nous rassurent, aux comportements habituels et aux politesses automatiques qu'on a induit en nous.

L'amabilité n'est pas que politesse sociale, mais c'est le potentiel d'amour qui siège en chacun et qu'il appartient à tous de réveiller.

La normalité est l'outil de pouvoir qui promeut l'accessoire d'un confort dogmatique et interdit toute initiative personnelle hors cadre.

Renoncer à son rêve, c'est continuer fuir la part la plus belle de Soi.

Cette Beauté Sublime qu'on peut perdre avec le temps, nécessite une vigilance accrue d'instant en instant. Ne perdez pas vos rêves de vue!

On ne s'oppose pas aux éléments. On s'y re-connait.

Il n' y a pourtant rien à faire que se laisser porter sans résistance par le courant naturel de Soi. Le plus difficile est de le reconnaître. Car la vigilance n'est plus un effort, mais l'expression de l'évidence. On ne résiste simplement plus aux émotions, on les laisse couler en nous. On peut chuter, mais on sait que le sol n'est plus notre seule base. On oscille entre Terre et Ciel sans plus d'opposition, sans plus de dualité propre à nous enfermer à nouveau dans les schémas éculés et illusoires. On est libéré des chaines temporelles, tout en vivant dans le Temps.

L'âme à l'état sauvage, révèle bien plus que l'homme à l'état de bête : elle révèle l'Homme à l'état de Dieu. Sauvage comme la spontanéité Sublime d'une Harmonie discrète que dérange l'Homme.

La nuit fait peur, car elle nous plonge dans le Silence inhabituel que le jour permet de fuir. Ce Silence qui nous pousse en une introspection que notre Ego refuse. Et pourtant. ne juge pas la nuit et ses profonds silences. Elle vaut souvent mille jours et ses bruits.

La nuit n'est pourtant qu'une parenthèse dans la Lumière.

Le Cœur est une fenêtre sur l'enceinte de nos vies. On peut rêver, s'aérer, s'illuminer ou fermer ses volets et oublier, en pleurant.

La sensibilité exacerbée est la souffrance créative et libératrice du Sublime. Être mal-heureux? se croire heureux alors qu'on pourrait l'être davantage? En revanche on n'est jamais mal-triste, on l'est totalement.

Car l'Ego s'efface quand notre sensibilité nous porte à rentrer en Soi-même, à percevoir un peu de cette Lumière de laquelle nous étions tenu à l'écart si longtemps. Et cette Lumière est un délice immédiat car elle est la Source de Tout. Nous sommes sensibles à cette mère, comme ses enfants. Ça ne meurt jamais la Magie de l'enfance, ça se mérite. Cet enfant qu'on avait abandonné en chemin, redécouvre alors par amour toute la profondeur de l'innocence perdue.

Il faut du courage pour s'affranchir des bruits du monde.

Se décourager c'est littéralement perdre le Cœur. Chaque fois que nous oublions le Cœur, nous errons dans notre forme sans fond.

Ce que le Cœur ne sait pas dire, ne le force en rien. Le mensonge tue, la Vérité est éternelle. L'Homme, sans Coeur est toujours mortel.

Le courage est le temple restauré du premier et dernier Silence. Le courage, c'est d'être vivant et de sentir la haine qui vous tue. Mais l'espérance est de savoir que toute mort est transitoire. Et que la Vie EST plus forte que ceux qui veulent la dominer. On renait chaque jour de notre courage à mourir un peu.

Le tourbillon de bruit (au sens photographie ou sonore), qui trahit la connaissance originelle, est périphérique. En son Centre on re-nait.

Filtrer le monde avec son Coeur est totalement différent que par les seuls yeux ou la seule raison.

En s'affranchissant de la perturbation des bruits du Mental, le Silence de l'Essentiel devient notre guide sur la voie du Coeur.

La Beauté n'est jamais muette. Elle est le Silence qui s'imprime.

Et si aimer, c'était plonger dans berceau du Monde, un retour inconscient aux racines invisibles, aux limites de nos frontières, dans la profondeur silencieuse de notre Coeur?

C'est dans la chambre noire du Coeur, que l'écho du Verbe résonne et apparait. On croit plus en un hypothétique Dieu ailleurs, on croit en Soi. Croire en Soi est le début du fond sacré.

D'ailleurs, on ferme toujours les yeux quand on aime, car l'Amour ça jaillit des cœurs et les cœurs se touchent à l'infini, dans le silence de l'âme.

On ne peut pas passer son temps à rester au pas de la porte, à l'extérieur de soi-même. Il faudra bien se décider à oser franchir ce seuil ultime.

Les plus belles heures de notre vie sont celles où l'on est paradoxalement parvenu à suspendre le Temps et à toucher du Cœur, l'infini de Soi. Mais ce paradoxe n'est encore une fois que Mental et donc illusoire en Soi.

Si le temps du CHRONOS est le mien, je le transcende par celui du KAÏROS, LE Temps Consacré qui n’égrène plus les heures. Le Temps non-duel. Nous sommes des tranches d'éternité.

La présence n'est pas liée à la proximité, ni l'absence à la distance : L'Amour est une attention, qui défie les lois de la physique.

On peut remplir l'espace de ce monde, sans pour autant se vider de l'essentiel. Je suis, racine et branches, Terre et Ciel, Moi et Soi. On remplit l'instant de Présence, car on ne peut aimer sans désirer combler ce vide absurde de l'espace et du temps pour s'unir à l'autre.

On n'imagine pas comme les liens sont invisibles. La Nature est une symphonie d'intrications subtiles, que nos sens oublient d'entendre.

Il n'y a pas de grands hommes, mais de grandes idées, car il faut se courber pour franchir la porte sous-terraine menant à L'Essen-Ciel.

On ne doit juger l'autre qui réagit et qui se perd dans une vie absurde mais confortable, mais on peut être pleinement soi-même face à lui. Cette maturité qui nous permet de parler, de communiquer, de comprendre les raisons des distances creusées. Cette Plénitude passe par Soi, et seulement ensuite on la partage pleinement avec l'autre. Cette plénitude c'est celle nous unit en âmes et qui ne connait ni manque ni distance et sans exclusivité.

On accepte alors que l'autre ne le comprenne pas encore, car c'est son chemin. Et on accepte aussi d'être incompris de lui, car notre Ego ne cherche plus à réagir et à modifier nos comportements et nos croyances en fonction des autres.

La Liberté d'être Soi est à l'abri de tout jugement. La Liberté d'Etre Soi c'est ne plus réagir.

Le Cœur donne sans compter. Le Mental seul attend une contrepartie. L'Amour est une richesse commune qui ne se monnaye pas.

Cependant, chaque pas nous permet de re-connaitre en l'autre notre Présence en la sienne, et sa Présence en la notre.

Il est des présences qui vous transpercent ; vous ne vous videz d'aucun sang ; vous ne mourrez pas, vous vous remplissez d'Essence de Vie.

Et puis il y a ceux qui demeurent imperméable au Coeur ou qui souffrent encore trop pour être encore vraiment Conscient de leur plein potentiel de Lumière. Nous en fûmes...

Sois forte, il lui disait...mais avait il seulement conscience, que seule sa tristesse la guérirait de son trop plein d'amours déçues?

Ne cherchons pas à les convaincre, laissons les dérouler leur chemin de Vie. Convaincre, est une violence faite à la liberté de découvrir. Ne cherchez pas à imposer une connaissance qui n'a de chemin qu'intime.

Le secret de la Vérité ? Ne tenir aucun discours pour vrai, qui n'ait passé l'épreuve du filtre de notre Coeur.

Tu n'es pas parfaite Tu es toi, Mais que veux tu, Je t'aime comme çà!

Alors sans rien lui dire, on vit comme si on lui disait:

Ce n'est pas le monde que je te propose, mais l'univers : t'étendre par delà ses frontières, repousser ses limites et sentir son mystère. Je veux te voir remplir l'espace infini qui accueille les belles âmes, celles qui font l'école buissonnière des manières confortables.

On n'apprend pas à éclairer, mais à ouvrir les yeux. Et notre exemple vaut alors tous les mots du monde. Un jour, elle y reconnaitra un peu de soi. Il faut y croire. Toujours. Même s'ils nous raillent aujourd'hui. Surtout s'il nous raillent. Certains vous traiteront de "perchés" mais vous sourirez en répondant : les personnes perchées ont une qualité : celle de vous faire lever la tête.

Il faut prendre soin des braises de ceux qu'on aime, car quand elles commencent à s'éteindre, que leurs larmes coulent sur leur dernier feu, alors ils ont besoin de nous pour raviver la flamme qui les fera re-sourire, presque malgré eux. Voilà l'Amour vrai. Veiller sur le foyer de l'autre. En confiance de son propre éveil.

On n'est jamais séparé que par une infime mais trop solide vitre transparente, quand deux âmes se reconnaissent sans pouvoir se vivre. Mais les personnes que nous avons aimées ne disparaissent jamais. Elles changent de fréquence, s'absentent physiquement, mais restent ancrées en Soi.

Ce n'est pas la distance entre Soi et l'autre qui alimente le manque. Le manque nait de notre défaut d'attention à Soi-même.voilà l'absence! Voilà la vraie séparation. Et elle est bien plus Mentale que physique.

Car l'on n'est jamais seul quand le Coeur s'éveille. Nos vides n'ont pas la distance qu'on croit. Et si loin qu'on s'éloigne des autres, ils résonnent en nous, en Silence.

Si une chose aime, elle est infinie. La séparation, comme toute séparation, n'est que physique et Mentale. Une illusion transcendable.

Les atomes de nos corps veulent danser les uns avec les autres, ce pourquoi sans doute on se serre si fort l'un contre l'autre, quand on se reconnait. Mais si désespérément aussi puisque nos âmes sont empêchées de fusionner.

Se reconnaître, ce n'est pas fusionner et ne faire qu'un, au risque de perdre une partie de soi. Non. C'est unifier deux regards en Un. Alors on n'est plus jamais seuls. Alors on n'est jamais séparé car peu importe le temps, peu importe l'espace, la proximité d'âme ne connait aucune distance.

Alors bien sûr, la vie d'ici, n'est qu'un décors ; mais quel beau décors, non? Ca vaut la peine de s'y reconnaitre en âme et d'y puiser sa force. Ca vaut la peine de rassembler nos opposés et de recouvrer son Centre. L'Ego ne se combat pas. On le comprend. C'est le rassemblement en Soi de toutes les forces opposées qui permet de retrouver le Centre.

Je ne cherche à convaincre personne. Mes mots n'ont d'autre ambition que de porter le plus fidèlement possible l'esprit de cette Lumière qui est indicible. Paradoxe?

Les mots m'ont appris qu'ils peuvent blesser plus que des corps mais qu'ils peuvent aussi éveiller plus que des hommes. Ce n'est pas le mot qui fait le Monde. Comme les choses cristallisées d'atomes invisibles, le mot véhicule la Présence de l'Infini. Les mots sont des impressions d'âme. Ils doivent toujours s'effacer pour elle, lui laisser toute la place infinie qui est la sienne. L'Amour sait choisir les mots mais les mots trahissent souvent l'Amour.

L'Amour n'est pas une question de Forme, ni de temps ni de durée mais LE sens de l'intensité et de l'éternité. L'Amour ça s'enracine dans l'inconnaissable. Il est hors de portée des limites du monde. Il n'y a que des au-revoirs. La fin n'est pas dans la nature du Monde. Et Nous sommes Amour, sans fin. Et un jour même les mots deviennent inutiles tant la proximité est absolue. La Présence est l'infini Silence qui nous parle.

Vos coeurs connaissent en silence les secrets des jours et des nuits.

Kahlil Gibran.

Le coeur est le centre dont tout jaillit.

Ramana Maharshi.

tu pourras, par décision de ton esprit, te régénérer en formes supérieures, qui sont divines.

Giovanni Pico della Mirandola.

Seule l'explosion intérieure permet de briller.

Paulo Coelho

Entrez dans le feu de la découverte de soi. Ce feu ne vous brûlera pas, il brûlera seulement ce que vous n'êtes pas.

Mooji

Soyez un cœur! Même si vous devez perdre la tête, perdez là, cela en vaut la peine.C'est beau d’être sans tête mais c'est laid d’être sans cœur.

Osho

Le Coeur n'est qu'un autre nom pour le Soi.

Rãmana Maharshi.

Le temps dissout l'inutile et préserve l'essentiel.

Alejandro Jodorowsky

Nous sommes faits de la même étoffe que les songes et notre petite vie, un somme la parachève.

Shakespeare

L’essentiel, dans le sacrifice, est en premier lieu de diviser, et en second lieu de réunir.

A. Coomaraswamy.

Je n’ai jamais vu très clair en moi pour finir. Mais j’ai toujours suivi d’instinct, une étoile invisible.

Camus

Rêve ta vie en couleur, c’est le secret du bonheur.

Walt Disney

Nous sommes comme les noix, nous devons être brisées pour être découvertes.

Khalil Gibran.

La sensibilité ne s'acquiert pas, elle est une richesse que seule l'âme authentique possède.

A. Schlaumich.

Hâte toi de transmettre ta part de merveilleux, de bienfaisance et de révolte. A te regarder ils s'habitueront.

René Char.

Je t'aide à rendre visible ton propre univers. C'est tout.

Hermann Hesse

Chaque minute de vie porte en elle sa valeur de miracle et son visage d'éternelle jeunesse.

A. Camus.

Même à l'heure la plus sombre, le soleil est toujours là.

Michael Neill.

La musique repose sur l'harmonie entre le Ciel et la Terre, sur la coïncidence du trouble et du clair.

Herman Hesse.

L'apparence requiert art et finesse ; la vérité, calme et simplicité.

Emmanuel Kant

chaque moment vécu fait s'ouvrir un horizon plus vaste et plus large, dont la seule issue est la vie.

Henry Miller