Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Chris le Gardien auteur

Chris le Gardien auteur

Menu
Entendre l'inaudible...

Entendre l'inaudible...

Entendre l'inaudible...

On ne gagne rien à perdre la foi en l'Homme. Je crois, j’espère que nous vivons le moyen-age d’une ère nouvelle et Sublime.  J’ai Foi dans la Conscience émerveillée. Celle qui sent l'arrière Plan du Monde. Cette formidable énergie que le Cœur accueille en Soi, comme une évidence qui se passe des mots.

L’intuition s’ouvre au champ du Mystère. Jamais de façon rationnelle, moins encore de manière Mentale. On y entend le Verbe inaudible!

Mais, la vie est une aventure intime où la quantité d'années ne garantit jamais le nombre de pas vers Soi.

 

De la surdité bruyante au Verbe Silencieux.

 

Privés de nos deux ailes

L'attente parait cruelle

On rampe et l’on s'enlise

Dans des rigoles grises

Le Ciel parait austère

Et le Sol nous enterre

Plongé dans son propre reflet,

Sait-on seulement qui l'on est?

 

On ne sauvera pas notre monde, si on ne se sauve pas d'abord soi-même, ni surtout si on passe le plus clair de son temps à se fuir et à se conformer.

Jamais le monde des Hommes ne trouvera, dans sa perception immédiate, de réponse satisfaisante. On nous propose des pistes, des symboles, des mythes, des mots pour nous rapprocher de nous-même, nous faire rentrer dans cet espace insondé qu’on ne re-connait plus depuis longtemps.

Projetés en terre inconnue, on a accepté depuis notre naissance, sa version la plus dégradée, ses plaisirs et ses souffrances, en tentant de nous forger la meilleure des philosophies : celle que notre milieu familial, socio-culturel, social, nous a proposé.

On s’y est conformé, ou l’on a cherché un autre modèle. Mais, ne s’est on pas finalement enfermé que dans d’autres concepts, d’autres fantaisies, d’autres réalités mentales encore bien éloignées de la Vérité? Et de quelle Vérité parle t’on? Quelle Lumière ? Quel Dieu ? Quelle cohérence d’ensemble ?

L'imitation, l'identification, c'est l'Uniformité Mentale. N'imitez pas. Vibrez de vos racines profondes. Elles sont sans doute communes à tous, mais elles nous rendent libres et uniques. La Foi peut s'éveiller de religion et de Maîtres, mais elle grandit surtout d'elle-même, dans et et par Soi-même. L'Essentiel ne se transmet pas, mais il fleurit en chacun. Nous re-naissons alors, fleur sauvage dans le jardin infini et glorieux de l'Origine.

Adaptés à la pensée rationnelle, on s’est installé dans les habitudes et les préjugés, et l’on s’est construit laborieusement une place dans une dimension limitée et des frontières sclérosantes. Les paysages profonds fuient ceux qui ne les méritent pas. On se rend compte bientôt qu’on ne lit pas le Monde, on l’entend...Et il faut une Attention Spéciale.

 

La Vérité est Une, mais elle s’imprime à l'Infini.

Le Monde ne naît pas du néant. Ce n'est pas l'Homme qui l'anéantira demain, mais il est l'ombre qui efface sa propre Lumière. L'Homme oublie le Sublime mais le Sublime ne l'oublie pas. L'Innocence précède et succède toujours à la nuit des cœurs, comme la Lumière ne faiblit jamais, même quand nos yeux se ferment.

Le Cœur ne cesse de remuer. Et chaque jour un peu plus, certaines barrières tombent.

Être et Agir. Voilà la seule Force capable de nous projeter simultanément âme et corps dans la Vie. Sans projection ni regret. Juste Vivre! A sa propre Lumière.

Si personne n’échappe à ses certitudes, personne n’échappe non plus au doute, à l’angoisse, aux blessures de la vie qui nous font tomber de nos piédestaux. Si certaines lumières trop brillantes de notre vie sociale confortable ou bousculée nous aveuglent, le Cœur veille toujours, dans nos rigoles insoupçonnées. Ces failles qu’on croit humiliantes, mais qui pourtant ne cessent de nous rendre lucides, ouvrent un couloir vers le Coeur en comptant sur notre courage et notre persévérance.

 

- Comment t'appelles-tu?

- Fragilité... et toi?

- Lumière, ce sont tes blessures qui m'ont invité.

 

Il y a une faiblesse inhérente à la vie, qui fait sa Force et sa raison d'être. Tout mouvement est une imperfection remplie de la Perfection.

L'épreuve jamais ne rabaisse; elle relève ceux qui sont à terre. L'humilité est une fleur dont la graine est soumise aux éléments. L'épreuve jamais ne rabaisse; elle relève ceux qui sont à terre.

Mais la Paix ne dépend d'aucune agitation du Monde. Trésor le plus précieux et le plus stable de l'Univers, elle repose au fond de tout chaos, et ne fuie jamais aussi loin qu’on croit.

 

L'horizon est un mirage dont on ne peut que constater la fuite.

Car oui, il faut du courage pour remettre en question la perception commune, il faut du courage pour affronter les marchands du Temple et tous ceux qui font commerce du Grand Mensonge. Sachez que le Monde, notre Monde, tel qu’il paraît est pourtant, et depuis Toujours, un Sublime Mensonge, car il est l’outil de notre Plénitude. En effet, on ne naît pas âme Libre, on le devient en passant par le Mensonge. Le Mental est un dimensionnement nécessaire, une incarnation imparfaite qui a vocation à L’Éveil de Soi, à l’autonomie au Milieu du Tout. Le Duel mène au non-Duel et passe par le courage et l'épreuve du Soi.

L'oubli, de notre nature divine, est toujours provisoire et porteur d'un long chemin d'histoires à raconter à la table des Dieux. Car nos chemins d’illusions nous donnent la Force Intime de la Vérité. Je ne vais pas m'éloigner de toi, non. Je vais me rapprocher de moi-même pour y re-trouver notre Éternité commune, entre chair et Ciel.

Il y a forcément quelque part en nous même, une fenêtre ouverte sur l'Infini, parce-que la vie est toujours plus forte que les limites dans lesquelles on l'enferme. D'un petit bout de Terre, l'on révèle l'immensité du Ciel.

 

On n'est double car on a oublié à quel point on est UN-ique.

L'émerveillement n'est pas une seconde nature, c'est la première.

 

L'Amour se fout du temps

Il est Force et Courage

Chasseur de nuages

Espérance et printemps.

 

Ce qui nous touche? ce ne sont pas les images non. C'est la rencontre : l' Inter-action Magique entre Nature et Soi, qui nous grandit. Un jour, on le comprend. Un jour on restaure l’Innocence Originelle et vocationnelle de l’âme. On la déshabille des voiles qui la couvraient. Dès aujourd’hui CE courage est possible. Car à y regarder d’un peu plus près, ce n’est pas le Monde qui est extérieur à nous, c’est nous qui nous en sommes trop éloignés.

C'est pas ma faute à moi si le Sublime fuie sans cesse devant moi. Ma faute est de croire que je ne ne peux le rattraper. Le Mental seul force notre nature et nous sépare de Soi. La spontanéité est sans effort, elle est l'évidence même du Soi et du Monde en Soi.

Le Monde EST, nulle part ailleurs, qu'en Soi.

On ne fait pas seulement que coexister et cohabiter dans ce monde. On interagit Tous sur Tout. Nous sommes...le Monde qui nous déploie.

Il n’existe que par interaction et contingences. L'Univers ne tiendrait pas dans nos bagages, mais il est tout entier concentré dans notre Cœur.

 

Il y aura toujours bien caché dans le Cœur

Un rayon d'espérance à l'abri des malheurs.

 

Le Mal est un produit du Mental. L'Harmonie a les ailes de l'absolu.

 

Un regard, c'est pas qu'une paire d'yeux

C'est la fenêtre et l'empreinte des dieux.

 

Le monde se vit, au milieu de tous, à l'échelle de Soi. Seul notre regard le transforme et tempère l'incohérence perçue. Cette Connexion Magique est la Clé du Mystère, car elle légitime et rend ce Mensonge, Glorieux et Sublime.

Non, nous ne sommes pas nés du hasard et du mélange de nos seuls parents. Oui, les formes du Monde sont perçues relativement au niveau gradué de Conscience de chacun.

Ces formes, quelque soit l’endroit ou mon regard se tourne, sont le mouvement de l’Unité-Source, la cristallisation de l’Essentiel de l’Être en quête de Soi.

Ces formes paraissent, et sont muées par une Force qui "prend Sens", mais dont le Mental ignore momentanément l’arrière Plan. Dès lors, l’intuition seule, la partie la plus Originelle de Soi, peut s’éveiller en Conscience à la réalité fondamentale qui crée l’Illusion et l’entretient avec notre complicité.

Ouvrez-vous à ce secret du Cœur, inventez ce Trésor, et vous parviendrez au Centre d’un grand Cercle dans le carré du Monde. Vous percevrez d’intuition cette Essence et ce parfum, sans odeurs connues comparables, vous percevrez cette Lumière sans brillance commune, et re-connaitrez ce Mystère en tant que cause et fin, Alpha et Oméga, par delà toute matière du Plan, tout espace et tout temps. La Foi, non duelle, est au-dessus de tous les doutes, même si cette vie n'y suffit pas. Les secondes sont de l'infini qui s'invente. Chaque instant est un concentré d'infini, dont chaque rose me renvoie le parfum. Bien sur qu'il faut voler l'instant au temps, pour que le temps ne nous vole plus aucun instant magique. Bien sur qu'il faut ne pas se laisser entrainer par la paresse Mentale qui nous pousse à disparaitre derrière les habits du confort et des certitudes outils de l'apparence immédiate. Au prix de quel effort résisterons nous encore à l'appel de nous-même?

 

Revenir en Soi

Remettre ses grands pas d'adultes dans les petits pas de son enfance, c'est se soumettre librement à la spontanéité perdue du Cœur qui capte cette Source jadis insondable. D'amour et d'amitié, l'âme redevient Pleine Conscience d'elle même quand elle ne s'efface plus.

Le Monde ne sera plus à l’extérieur de vous-même. Vous FEREZ UN avec Lui. Vous aurez recouvré le vrai Foyer du Monde. Vous serez revenu à la Maison.

Cette Foi profonde, imperturbable se confondra si intimement avec vous, que vous serez prêt à réaliser un pas de géant vers une dimension plus éthérée, moins grossière. Vous y serez près car tout votre Être tendra en douceur vers cette Plénitude. La douceur est un art qui coule de Source : la vraie connexion se vit sans but ni cause. Elle est le mouvement simple et doux de la Beauté. Je ne sais pas ce qu'est la tendresse, mais je sais à quel point il est inutile de le savoir pour l’Être totalement. La tendresse ne calcule rien. Elle est la plus pure des vulnérabilités, mais la plus intense des fragilités. Je crois dans la Beauté inutile. Celle qui résiste aux tentations du paraître et qui se confond totalement dans l'évidence de l’Être, même vulnérable.

C’est Alors qu’on perçoit le doux parfum de l’Amour.

L’Apprentissage nous a porté vers cette Permanence que seul le Cœur peut saisir. Ils sont si beaux ces adolescents, main dans la main, baluchon au dos, au départ de grand chemin d'eux-mêmes. Et combien souffriront, et combien comprendront et entendront l'appel? Tous, sans exception, car les larmes ne remplissent pas nos amertumes. Elles les libèrent, comme la pluie ne remplit pas la mer mais nourrit la terre en souffrance. L'Amour est insondable, mais nos rapprochements aveugles et spontanés, font tomber un par un tous les pans du grand Mystère de la Vie.

L’Amour, substance du Monde est Plénitude en Liberté. Deux manques ne se conduisent jamais ailleurs que dans la nuit! C'est la rencontre des plénitudes, qui illumine le Ciel. On peut prononcer des "je t'aime" du bout des lèvres, mais l'Amour est l'expression de Silence, qui jaillit d'abord du fond de l'âme. Les mots qu'on n'a jamais su dire ? voilà où patiente généreusement l'Essen-Ciel.

La générosité n'est pas une vertu qu'on s'impose, mais l'engagement spontané de notre nature profonde, l'évidence intime de l'humanité en Soi.

Voilà la générosité : Filtrer la Lumière, n'en tirer aucun orgueil, mais savoir se re-connaitre et s'unir pour amplifier la Force bienveillante du Rayon. La Lumière que nous filtrons n'a plus rien d’éblouissant. Elle ne cherche qu'à révéler les couleurs Arc-en-Ciel de notre vitrail intérieur.

 

On habite pleinement le Monde, en s'y ancrant de plain-pieds, mais en Conscience d'être autant Souffle que Terre.

Il ne s’agit pas de nier la perception et le Grand Mensonge Glorieux, mais de le comprendre comme inhérent à notre vocation d’Éveil, en y participant chaque jour, en acceptant la part d’échecs et de souffrances qu’on a du supporter pour prendre Conscience du TOUT Sublime caché derrière nos perceptions immédiates. On ne s'habille plus de superflu, dès lors qu'on a rejoint les régions du Cœur. Nu et fragile, on recompose l'Essentiel de Soi, humblement et dans la Joie qui nous soutient et nous conforte.

Voir dans l’objet non plus seulement une surface solide, mais toute l’Alchimie qui y conduit.

On ne voit plus seulement, bien sur, avec ses seuls yeux, comme le disait Saint-Exupéry, mais on Sent à l’intérieur, et de plein fouet, la puissance infinie de ce qui crée la forme. "Passe-moi le sel ou le pain" : des mots utiles et faciles. Mais traduire ce que le Coeur recèle au plus profond : voilà l'inutile qu'il faut creuser! Et voilà le langage de Silence qu'il faut savoir entendre.

Tous nous l'entendrons, à la mesure de nos apprentissages. On  aura VU ce qui attendait qu’on le voit. On aura ouvert plus que les yeux. On aura ouvert son Cœur.

Aimer n'est pas gagner le cœur d'un autre. C’est se re-connaître porteur de la Haute et même Lumière entendue et la diffuser ensemble, dès ici et maintenant. On n’attend plus, on EST, Pleinement. L'entendre, c'est Savoir ne plus attendre, c'est avoir déjà un pied dans l'éternité joyeuse. Un battement d'ailes ou de Cœur, c'est la Vie qui s'anime. Toute la vie qui se déploie et qui chante.

On décèle ce Foyer UN-ique, comme formant tous les objets du monde, et l’on comprend qu’ il n'y avait pas qu'une forme d'amour. Notre apprentissage de la Vie nous les fait re-connaître et nous oblige à en percer la couche de mystère. Il y en a une infinité. Car l'amour est Tout et part-Tout, et sous-tend toutes choses. Nous ne sommes que des petites flammes de ce grand FEU.

Alors, on ne doute plus que l’Amour se décline dans sa plus Originelle « Impression », on le perçoit presque directement, par-delà les Formes. Plus qu’une expression, il EST, la substance infinie que le Cœur perçoit sans plus la limiter. Les Sens n’y font plus barrage, ils s’en nourrissent avec une Joie sans pareille. On ne joint pas simplement deux mains, ou deux corps, quand on aime. On plonge son âme dans l'autre, et nos doigts et toutes les parties de notre corps, s'animent.

Ce doit être ça l'Amour : une infinie patience, plus vaste qu'on croyait, et une confiance illimitée, plus profonde que ce qui parait. L'Amour est conviction, sans condition. L'âme est aussi infinie que l'Amour qu'elle rayonne. Nous Sommes ... des connexions sans fin, graines de consciences en germination.

La Lumière, c'est de l'Amour à l'état pur. C'est l'Amour qu'on entend ... à pleine âme et qui nous touche ... en plein Coeur.

Incontestablement,l’éveil de la conscience devient merveilleux dans le mystère de la floraison d’or. L’embryon d’or nous confère l’auto-connaissance et la connaissance objective transcendantale. L’Embryon d’Or nous transforme en citoyens conscients des mondes supérieurs.

Samaël Aun Weor

L'amour n'est pas dans le champ de l'ego. Là où est l'amour, le moi n'est pas.

J Krishnamurti

La confiance en soi fait le sot ; la foi en soi fait le grand homme.

Victor Hugo

Notre enfance, c'est la part la plus vraie, la plus profonde de nous-mêmes qui demande à être sauvée.

Reine Malouin

Parmi les êtres humains, on ne reconnaît pleinement l’existence que de ceux qu’on aime.

Simone Weil