Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Chris le Gardien auteur

Chris le Gardien auteur

Menu
Au Rythme du Temps...

Au Rythme du Temps...

Au Rythme du Temps...

Nous sommes tous dupes des masques que nous portons, jusqu'au jour où nous rencontrons notre vrai visage. La Lumière ne perce jamais qu' au Centre de Soi. L'Amour est un séisme dont l'épicentre traduit l'intensité du foyer initial. Ce n est pas la surface qui brille mais l'onde qui se déploie. La dispersion est le royaume de l'ombre. Nous sommes tous un peu de Lumière pris dans ses étaux.

Le monde ne tournera rond que lorsque les hommes auront rejoint son Centre. Il y a en chacun de nous, tapie au plus profond de nos instincts barbares, une nostalgie de l'Amour qui finit, tôt ou tard, par nous réveiller.

J'ai subi les pressions

Des vagues de moi-même

J'étais Poséidon

Et mon propre anathème

La Vie est un Zoo

Où les âmes en cage

Rêvent de paysages

Infinis et chauds.

L'univers est complexe et limité par sa forme Mentale, mais simple et infini par son Essence. On n’en convaincra pas un cerveau compliqué!

La pensée est une sirène qui nous enchaîne, l'intuition est un foyer qui nous ramène au doux pays d'Ithaque. Si vous êtes incompris alors n'en faites pas vos nouvelles chaînes. C'est le prix à payer pour la Liberté retrouvée. Chaque pas est solitaire au milieu de tous et n’a valeur que d’exemple.

Celui qui se croit détenteur de la vérité en est encore très loin, car la Vérité ne se possède ni ne s'impose. La Vérité échappe à l'Ego. Elle est sans forme et se déploie en toutes.

Les artistes interprètent la partition mélodieuse du Monde qu'il n'ont pas écrite. Il est toujours improbable de traduire l'Essen-Ciel. Les artistes, témoins de sa Beauté, ont cette faculté de dépeindre ces paysages Célestes.

Car les artistes échappent à la pensée logique, à la raison dure et sèche qui démontre et prouve. Les artistes n’ont pas d’Ego. Ils incarnent l’Amour et le restituent dans sa forme la plus éthérée possible.

Il ne s'agit pas d’avoir raison ni de briller. Il ne s’agit pas non plus de vouloir tout apprendre, mais de parfois renoncer à comprendre. La tête ne peut pas tout.

Un Cœur dur? Parfait Oxymore! C’est la tête qui est dure, jamais le Cœur.

La Beauté ne s’intellectualise pas. La Beauté n'a besoin d'aucun miroir. Les reflets sont une vie parallèle qui nous coince entre deux mondes. La joie n'a besoin d'aucun miroir. Elle se suffit à elle-même. Mais, nos pensées coincées dans nos cages occultantes, bouillonnent et rayonnent à l'infini en salves invisibles. Elles traversent le monde et nous même. Elles le déforment aussi et nous éloigne de sa Beauté.

La tête a toujours échoué à comprendre le monde qui l’emprisonne. La tête est l’alliée de l’Ego. Elle lui sert ce qu’il veut entendre et transmettre. Ce pourquoi la tête n’est jamais suffisante et toujours en déséquilibre. L’incomplétude naît de la conscience coincée dans son reflet. Celle qui se divise en deux et s’identifie à son impermanente condition. La raison possède et se possède, au sens le plus aliénant du terme.

La banalité du Mal? c'est le confort de l'illusion dans l'absurde; c'est l'habitude de la survie sans la Foi; C'est l'ivresse sans la Joie. L'homme ne rit plus, car en fermant le coffre de ses rêves, il a remplacé ses derniers jouets, par de sinistres projections d’adulte.

Quand le Mental nous maintient sous le joug de l'énervement, notre Conscience est dégradée et totalement aveuglée. On n'est plus que Tension. La Tension est l'opposé de l'Attention en ce qu'elle nous éloigne du centre Originel. Le Mental est une manufacture de pensées de projections sous tensions.Le temporel implique le choix mais l'Intemporel est inexclusif. Ce pourquoi il est si difficile de choisir entre Cœur et raison.

Les épreuves de la vie permettent d'abandonner les derniers bastions confortables de ses habitudes et de ses faux rythmes.

Ce qui ne libère pas nous emprisonne. Combattre, conquérir, posséder c'est toujours se tromper. Cease Fire! Be Fire! La tête se met en avant, n’est-ce pas ?

La mélancolie est l'antithèse du rêve. Elle nous entraîne aussi vers les tréfonds de l'Ego. Alors, notre pupille projette sur le monde une lumière noire qui l'assombrit.

Il n'est rien de tragique dans le monde que la connerie humaine. C'est la pire des divisions à laquelle on cède si facilement pourtant.

La tragédie c'est l'âme qui s'abandonne et le Mental qui se noie dans les eaux froides de ses propres larmes. Attiré par le projecteur puissant des préjugés, on prend souvent l'opposée direction que la Lune nous inspire. La Lune témoigne de la clarté éternelle pour que le soleil, qu'elle ne peut rencontrer, ne connaisse jamais la nuit.

Ceux qui n'ont foi qu'en eux-mêmes et se réfugient derrière les uniformes du conformisme ne sont que des consommateurs ou des citoyens qui suivent aveuglément le temps qui fuie, sans question, ni réponse.

La sérénité ne se décrète ni ne s'attend. Elle est l'évidence de l'âme en paix avec l'instant. La Beauté sur terre n'est jamais le reflet du Démon. Les religions ont un défaut qu'elles partagent avec bon nombre d'intellectuels: au lieu abattre les murs, ils en construisent tous les deux de nouveaux. Aimer toutes les religions, n'en adorer aucune voilà la Connaissance. L’attachement et l'exclusivité sont un conflit d'ignorances serviles.

Le Chronos est un agenda lourd, de sens et de raison. Mais l'espérance est ancrée dans nos instincts d'âmes, d'être un jour libéré des cycles.

On n'a jamais le temps. L'éternité est un repos? On le croit, mais l'éternité ne se passe jamais du pendule, horloge et gage de notre Liberté.

Chacun est son propre maître. Il est toujours vain et contre productif de vouloir con-vaincre ou être convaincu. Seule l’évidence Intime, que la tête ignore par nature, est Belle. On peut admirer la Liberté des éveillés, les lire toute sa vie, Tant qu'on ne se résout pas à ouvrir le bon Œil, on restera un aveugle guidé.

Chaque mot chaque acte doit simplement témoigner, sans tapage, du courant harmonieux de Soi et de ses dissonances.

L'Amour et le Temps sont-ils inconciliables? Symboliquement oui et l'apprentissage de la Vie vise justement à trouver le sain équilibre des contraires. Aucun jour ne s'est levé pour rien.

Il était bon le temps, où l'on prenait le temps.

Souviens-toi toujours que la nuit n'est qu'une question de Temps et le Temps n'est que ta maison temporaire.Ton vrai Foyer n'a pas d'heure. Les trappes du temps peuvent le révéler ou l'atténuer, mais l'Amour Vrai s'inscrit toujours dans L’Éternité.

On peut choisir de croire, ou pas. Faire le pari du rien sur le Tout; avancer les yeux fermés: Un jour, notre réflexe d'âme les rouvre, malgré tout.

La Vie est un grand panier de pensées rassurantes qui comblent nos vides, mais qu'on abandonne en chemin tant il devient lourd. Au bout de notre Odyssée, la Liberté. La Vie rappelle toujours à elle chacun de ses enfants perdus.

On ne passe pas la Lumière, elle est Omniprésente; on ne passe rien d'autre que l'envie d'ouvrir les yeux ou de plus les plus fermer. Pour échapper au Mental et à l'Ego qui nous nargue, ne pensez plus. Sentez, puis traduisez en mots le Silence paisible de l'essentiel.

Il n'y a pas d'Amour faible. Seule la passion réduit l'amour en rapport de force contre-nature. La bataille des Egos fait toujours des morts. La force des faibles l'emporte toujours sur la force des forts. Et cette faiblesse-là est toujours une force. Et elle est toujours Belle.

Je crois que le mot AIMER guérit de tout quand il est prononcé avec le Cœur et pas du bout des lèvres car il est l’Évidence du courant de l'âme. Certains romantismes sont des falsifications de l'Amour, des contrefaits grossiers. L'Amour soigne et guérit, mais ne nous rend pas malade.

L'innocence originelle n'a aucune retenue. Elle ne fait pas de victime. Elle se contente d'exister et entre les rives étroites coule paisiblement. C’est nous qui l’emprisonnons et y soufflons nos tempêtes orgueilleuse et trompeuses.

Les amours sont des apprentissages charmants ou douloureux, qui nous reconduisent toujours sur le Palier de la maison qu'on a quitté un jour. Personne ne survivra à lui-même, s'il ne trouve pas l'enfant qu'il était. Il ne s'agit pas de devenir, mais de revenir à l'an UN de Soi.

Innocence et spontanéité sont les boussoles du Cœur.

Il faut croire en la force de l'univers qui nous porte même quand nous sommes trop lourd de nous-mêmes.

En Amour aucune victoire n'est belle, car aucun combat ne vaut.

De la division naît l’infortune, mais de l'infortune naît la réconciliation. Tout est Perfection en devenir et en mouvement. On part toujours de loin, pour se Con-naitre de près. Aucune séparation n’est définitive, même s’il y paraît souvent.

Sous l’œil bienveillant de l'Astre Permanent, des âmes se détachent pour danser un semblant d'Harmonie. Un Jour, LE Vrai rythme nous Inspire sur la nature du Vrai Amour.

Aimer une fois vraiment

Ici ou ailleurs

C'est Aimer Toujours

Pas d'ailleurs Pas d'hier

Pas de demain

Dans la plénitude de l'âme.

Faire corps avec la Vie, toute la Vie

Comme un ballet où les contraires s'allient.

Rien n'est interdit qui ne fasse mal. On trahit le corps et l'âme quand on les divise. Ils ont une seule et même cause sacrée. Les corps suivent l'âme. Quand ce n'est pas le cas ils sont en dissonance. L'Harmonie reste à portée d'âme, même dans la plus désagréable des dissonances.

En fait rien n'est dissonant dans le Monde hormis nous-même. Les sens et l'essence du Monde ne font qu'un. L'un et l'autre nourrissent mutuellement notre sublime Liberté.

L'Essentiel est harmonie, et l'accessoire plein de faux rythmes.

La société finit toujours le travail de vos parents, en vous sortant de l'Innocence à grand coup de triques Mentales. Re-devenez Enfant. Elle sert à ça l'espérance, si infime mais si précieuse ; Nous tenir éveillé quand tout nous endort.

Un disciple demande au sage:

comment trouver l'équilibre?

Le sage répond :

Tu ne perdras pas l'équilibre si l'équilibre coule en toi.

On peut s'enfermer derrière des murs de doutes, parfois de désespoir. ;Mais ces pierres qui nous isolent, sont un jour celles qui nous élèvent. Car un jour, on ne veut plus s’habituer à la douleur. On sait qu’elle est le signe de notre propre dysharmonie. Il faut alors changer de voie et se forcer à se guérir.

Celui qui préfère l'été à l'automne et le printemps à l'hiver est comme celui qui trouve refuge dans l'excès spirituel. Il refuse la Vie. Gardons-nous d’être sage avent l'heure. Il ne faut pas fuir la Vie, mais y re-trouver le bon mouvement, entre deux courants duels. La Vie donne un Sens à la Vie. C’est l’Essence qui prête aux sens ses vertus régénératrices. ET toute Vie est Rectifiable.

Chaque feuille qui tombe accueille le bourgeon qui s'élève. L'automne la nature se déshabille de tous ses vêtements trop longtemps portés.

"Se re-construire" ? quelle horreur! Je préfère, et de beaucoup, « renaître en Conscience ». Toute autre thérapie nous mène au tombeau.

Tout est cycle. Le changement est le courant naturel de tous les objets du monde. Il conduit à l'Essence, par degrés de Conscience.

On ne se re-construit pas, on se régénère.

Mais il faut se décaler un peu du connu. Se décaler pour recoller au Soi perdu. Sortir du système qui nous façonne. Trouver ce point d’équilibre qu’on nous a fait quitter un jour. Car la vie va plus loin que les seuils qu'on s’impose.

J'aime le verbe "décaler".Oui il faut (se) décaler : trouver la bonne orientation et oser se jeter dans l'inconnu qui désincarcère nos âmes.

Le bonheur ne naît pas à l'ombre des stratégies Mentales mais au Soleil de la Conscience rectifiée. Dans l'Instant, Juste et Parfait.

Recollez au rythme de l'évidence. Ce qui doit sera...ou non. Peu importe. Tout est déjà là.

Les pierres qui te composent et que tu tailles, jeune apprenti, reposent en toi depuis toujours en leur forme initiale. Souviens-t’en.

La Lumière jaillit des Cœurs grands ouverts et l'ombre, que le grand éventail du Mental déploie, révèle encore la présence du Soleil.

Celui qui re-connait l'invisible comme la Source du visible, ne laisse plus prise à l'illusion mentale.

L'équilibre ne se cherche pas. c'est l'état initial perdu, retrouvé dès qu'on ne marche plus les jambes écartées, ligne subtile entre toutes.

Il n'est pas besoin de rêver pour Vivre, mais il faut Vivre pour atteindre ses rêves.

L'Amour, Humble se reçoit, entre Ciel et Terre, plus qu'il ne se conquière, Nous sommes tous des funambules à la recherche de notre Équilibre. Dans la terre on s'enracine : pour mieux sentir le Ciel.

Toute concentration mène au Soi,et le Soi mène à l'espace con-sacré qui n'existe pas mentalement et qui s'affranchit de toute limite connue.

Méditer, c'est tout le contraire d'un isolement. Le Monde est isolement, la Conscience attentive est le seul lien qui nous unit au Tout. Méditer c'est rentrer au Cœur de l'In-connaissable. C'est se Ré-Unifier au TOUT, en se ré-veillant tel qu'on était avant de s'être endormi. Tout méditant en revenant sur la terre ferme perçoit une sensation de roulis inconfortable, comme le marin après un long voyage.

Méditer c’est être Seul à la rencontre de l’autre Soi-même. Si tous nous méditions, nous serions rassemblés dans l’Instant. Plus aucune division ne serait plus alors possible.

L'Instant est toute la Beauté concentrée en une seule âme partagée. Quand on naît à l'instant,on se baigne à la même Source. Tout est UN.

Il n'y a de distance qu'illusoire entre les choses du Monde. Ni l'espace ni le temps n'éloignent ses énergies interactives.

Notre Mental nous donne l'illusion utile de Distanciation, mais reconnaître l'Unité et l'intrication entre toutes choses, voilà la clé perdue.

Le strict point d'équilibre entre les cases noires et blanches : voilà l'Instant où toute LA Présence jaillit, ainsi que nous-même.

La Vie ne nous donne jamais de mauvaises directions. Chaque chemin qu'on emprunte nous conduit toujours sur les traces de nous-même. Il y a de la Magie partout où le Cœur se tourne.

Les corps marquent la frontière entre amitié et amour. Par-delà ces limites de forme, l’âme se déploie, sans conditions et en toute liberté.D’ailleurs si l'érotisme est un vice, alors Dieu est un Diable.

Il n'y a sans doute qu'un devoir, puisqu'il est cause et fin, vivre et comprendre que tout n'est qu' UN dans l’intemporel inconnaissable. Nos décompositions sont souffrances puis paix, mais nous continuerons sans aucun doute à souffrir de notre impuissance à dissiper, malgré eux, l'ombre de ceux qu'on aime.

Quand l’œil se ferme, le soleil se cache. Mais il brille à jamais dans le Cœur en éveil. L'enfant est arraché au Soi pour revêtir le masque du Moi que lui tendent ses parents.Un jour il arrachera cette peau pour dévoiler son âme. L'important n'est pas d'avancer, mais de revenir sur ses pas. ,Nous ne sommes rien d'autre que des enfants perdus que l'ombre de la grande forêt tétanise. Retrouvons notre parfum d'innocence.

Mère-Veille, qui attend patiemment

Le retour de ses prodiges

Quand les yeux de ses enfants perdus la retrouvent

La maison est en Joie

Soyez les témoins émerveillés de la Beauté Originelle. Elle transparaît dans chacune de vos failles.

Le duel est la scène du Mental, le non duel celle de l’Être originel et éternellement neuf.

En s’affranchissant du Temps et de l'espace, les cycles nous rendent immortels. Le Me(N)tal se change en Or, quand la Conscience se libère.

L’Amour se fait, par les corps et les âmes parce qu’il EST, Initial et Permanent. Deux âmes intriquées ne font pas l'amour, elle sont l'Amour, de corps/ accord.

L'Amour est en nous et par nous, il EST Par' Tous; En se rendant perméable à son Rayon, il ne disparaît jamais que derrière nos propres nuages.

L'Intime n'est pas une question de peau mais de regard ; c'est l'intensité de l'être, sa plénitude originelle.

Qui peut douter de la magie du souffle qui le maintient en Vie? Chaque Instant le Monde se re-compose, dévoilant son merveilleux PARF ' UN.

Le chemin vers SOI s'emprunte seul. Il en est autant que d'âmes vivantes. la destination est Une : LA Source dont la porte se franchit courbé. L’Humus nous régénère. L’Humilité nous élève.

Nous sommes tous seuls, ensemble. Mais nous sommes tous ensemble pour comprendre cette Unité qui rassemble. Celui qui sait s'enrichir de la différence de l'autre comprend que ce n'est pas l'Essence de la Lumière qui prime, mais le chemin qui y mène. Renoncer au Moi pour rencontrer ce Soi si commun à tous. Quelle belle aventure. Quel beau périple. Quelle belle Odyssée.

La Complicité intime et magique entre les êtres ne résulte pas de la seule volonté, mais du degré karmique de Conscience et de Compatibilité.

Et les grands voyageurs sont toujours inspirés par un rêve qui les guide. Les rêves nous grandissent et nous fortifient. Ils ne nous entraînent pas hors du réel. Ils lui donnent un sens profond.

Il faut croire dans la Force paisible des âmes, non soumises à l'urgence du Temps, et dont l'Innocence est un étendard pour tous.

La gentillesse est la Bonté spontanée du Cœur. La compassion ne se force pas:c'est l'état initial de la Paix qui s'exprime dans le mouvement. Voilà ce mélange de magie et de légende personnelle. Vivre.

La Magie d’un regard croisé qui révèle en nous ce qu’il cache de meilleurs. J'aime les regards, car il s'y cache une identité infalsifiable. l’Initiale. Celle qui ne sait pas mentir puisqu’elle ne se pare d’aucun ornement superflus. Un regard et soudain une âme vous parle et vous met totalement à nu...et la foule s'efface, et le monde s'éclipse.

Bien sur le Ciel ne nous dit pas tout, mais il nous projette assez loin vers nous même.

Cet enfant que tu as quitté un jour t’interpellera toujours, jusqu'à ce que tu te refondes en lui.

Ne crois pas dans la longévité de ses pétales mais dans celle de son essence. La rose vit à jamais au Cœur du Monde.

On doit jouir de la Vie et en saisir toute l'essence mais la Vie n'est ni un moyen ni une fin, c'est le Grand-Oeuvre, à la mesure de Soi.

Nous vivons tous dans le monde mais pour certains d'entre nous, le monde vit en nous. C'est sans doute là que se cache la clé du Mystère. Un seul regard, et Tout se re-meta-morphose à l'initiale du temps qui s’efface. Nous sommes tous des fils et filles de Lumière à la condition de nous en souvenir.

L'enfant qui grandit se précipite dans les bras du monde adulte coupable, mais la nostalgie et l'Intuition restaurera à jamais le Chemin Initial.

Qu'il s'agisse de la maison, des étoiles ou du désert, ce qui fait leur beauté est invisible!

Saint Exupéry

La clarté, c'est une juste répartition d'ombres et de lumière.

Goethe

La terre d’esclavage est une matrice pour qui se verticalise, un tombeau pour qui s’éprend d’elle.

Annick de Souzenelle. Égyptologue.

Vivez les questions. peut-être, un jour lointain, entrerez-vous ainsi, peu à peu, sans l'avoir remarqué, à l'intérieur de la réponse.

Rilke

Les rêves ne nous apprennent pas ce qui va se passer mais ce qui se passe...seul le rêve réveille ce que nous sommes.

Eric-Emmanuel Schmitt

La véritable libération, n'est pas d'ignorer ou de refouler les états affectifs pénibles, mais d'accepter de les subir pleinement.

Jung

Le ciel et la terre (c’est-à-dire l’univers entier) ont la même racine que moi, et toutes choses ne font qu’un avec les ‘soi’ .

Sêng-Chao

La simplicité est la sophistication suprême.

Léonard de Vinci

Le paradis n'est pas sur terre, mais il y en a des morceaux.

Jules Renard

L'alchimie [est] une religion expérimentale dont la fin est l'illumination de la conscience,la délivrance de l'esprit et du corps.

R. Alleau

Je suis dans la lune comme d'autres sont à leur balcon.

Antonin Artaud

Ni repos ni satisfaction ne sont donnés à celui qui attire ni à celui qui est attiré jusqu'à ce qu'en Un ils soient réunis.

Maître Eckhart

N'érigez point de monuments. Laissez la rose chaque année à sa gloire seulement fleurir.

Rainer Maria Rilke

La lune est le rêve du soleil.

Paul Klee

Je dynamite le Temps
Il explose
Je me moque de ses gouffres
J'invente des échappées

Andrée Chedid

Les belles choses ne sont pas parfaites, elles sont spéciales.

Bob Marley

Le cœur de l'homme est comme la mer, il a ses tempêtes, ses marées et dans ses profondeurs ...aussi ses perles.

Van Gogh