Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Chris le Gardien auteur

Chris le Gardien auteur

Menu
De l'instinct d'Homme à l'instant d'âme...

De l'instinct d'Homme à l'instant d'âme...

De l'instinct d'Homme à l'instant d'âme...

J’observais le geste affectueux que prodiguait une jeune maman à son bébé.

Tendresse infinie d’attention et de soins.

Bel instinct maternel qu’elle partage, sauf exceptions, avec toutes les mamans du monde.

Ce que la nature commande, l’Homme obéit, sans effort, par l’évidence même.

Il n’y a ni honneur ni fierté à aimer ses enfants car il ne se trouve pas, dans la nature, de mère qui les rejette.

L' empathie, est un germe de compassion, un signe d’amour, un mouvement interactif même inconscient d’êtres animés, que nous partageons avec le règne animal.

Le règne animal ne contient cet amour que dans sa forme la plus élémentaire.

Le système naturel basé sur la sélection des espèces et son pyramidage, inclut une sauvagerie par delà bien et mal, qui participe à l’évolution des espèces et aux nécessaires interactions prédateurs/Proies, qui permet la survie de l’ensemble.

 

L’Homme ne saurait, tout à fait ni complètement, être forgé que d’instincts et d’automatismes. Il s’agirait même d’un retour manifeste en arrière s'il était entrainé, malgré lui, à pratiquer la Loi du plus fort, individuellement ou collectivement.

 

C’est pourtant ce que prônent les totalitarismes et systèmes fondamentalistes basés sur le culte du dieu païen ou religieux.

 

Dès lors qu’une minorité dicte à une majorité sa vision du monde en imposant un modèle social basé sur un dogme, a fortiori par la violence, elle brise les ailes de toute idée de progrès et de raison et substitue un ordre naturel religieux à l’ordre naturel organique. 

 

Les dogmatismes développent de nouveaux automatismes de soumission qui, s'ils ont le gout de la vérité, demeurent toujours des illusions au profit de quelques uns.

 

Tout pouvoir, basé sur la violence des idées, fige paradoxalement  l’Homme dans l’immobilisme le plus absolu.

Sous prétexte de spiritualité, l'Homme est privé d'esprit et bientôt d'âme, le dogme lui proscrivant toute connaissance, c’est à dire, toute capacité d’autonomisation par la découverte de la liberté agissante.

 

La Loi du plus fort est par définition la Loi du plus fort sur la faible ; il s’agit donc d’affaiblir l’Homme et d’annihiler toute sa potentialité de rébellion.

 

Ce pouvoir de domination est donc un symptôme et une fin de l’Ego sur-puissant .

Le siècle des lumières avait substitué un dieu Païen au dieu religieux qui maintenait les Hommes sous le joug de l’ignorance.

La science a désenchanté le Monde et les savoirs multiples ont été offerts à tous dans le plus parfait partage.

Les sociétés ont bénéficié des plus beaux effets que la science ait jamais porté et la communication n’a jamais été aussi génératrice de connexions et de potentialité de libre pensée.

Toutefois, le spectre du fondamentalisme ressurgit.

Le problème du fondamentalisme, voyez vous, c'est sa vitesse de propagation.

Il y a pire virus qu'Ebola : il y a l'extrémisme religieux.

 

L’Ego est toujours convaincu de lui-même et par lui-même. C'est d'ailleurs sa raison d'être.

C’est pourquoi chaque communauté humaine réunie autour d’une idée, érigée en dogme, croit fermement détenir la Lumière initiale et veut  l’imposer au plus grand nombre ; il est rare d’ailleurs qu’il n’y ait pas une réelle croyance et une vraie bonne foi qui les y pousse.

 

Depuis que le monde est monde, c’est à dire, depuis qu' un éveil d’Humanité a émergé des carapaces animales, chaque Homme a reçu la capacité de s’élever en Esprit, par delà ses automatismes mais aussi de se rabaisser.

Toute dualité contient toujours son radical opposé et il n’est pas sûr qu’un progrès collectif fusse définitif et acquis.

Les Hommes ont toujours abhorré les guerres et retenu les leçons du passé...pour un temps. Et soumis aussitôt à la flatterie de leur l’Ego ont  été séduits par les antagonismes et les conflits sans solution globale ni durable, comme Ulysse succombait au doux chant des sirènes.

 

L’esprit (Mental) est sans cesse en lutte avec ses opposés et il n’existe aucune issue en lui-même.

Unique et universel chaque Homme est infiniment libre d'être cruel et limité. Rien ne le sépare plus de sa voie que sa liberté égocentrée.

La raison désenchante le monde ou le matérialise, passant d’un extrème à l’autre, du plus entier matérialisme à la sévérité religieuse la plus spirituellement paradoxale.

Soit il désacralise ce qui est intime et immatériel chez l’Homme, l’incitant à rester extérieur à Soi ; soit il le spiritualise dogmatiquement, sous la joug de la vindicte divine ou du père fouettard.

 

Comme le syndrome de Stockholm, les murs du monde sont si hauts et les portes si closes qu'on en vient à n'aimer et ne supporter que ses paradoxes, quand on les voit seulement!

 

Si l’ère de la raison a permis aux Hommes de se libérer de leurs chaines dogmatiques en leur concédant quelques vraies Lumières, la barbarie dont ils se sont montrés capables des siècles durant, est purement humaine et n’a aucun égal dans le monde animal.

Le drapeau ou la religion élèvent l' Homme au sens social et moral; ils le divisent en exacerbant le communautarisme.

Sur Terre il n'est pas de communauté Chrétienne, musulmane, juive bouddhiste : seulement celle des Hommes.

Toutes les divisions qui séparent les hommes ne font que creuser davantage haines et Egos.

 

Si nos gouvernants étaient des sages ils rouvriraient les portes de nos esprits esclaves.

Ne pensez plus votre identité mais votre humanité.

On ne sauve pas un peuple en fonction de son origine ethnique ou religieuse ; on sauve un peuple en fonction de son origine Humaine.
 

Mais il y a dans l’Homme une dramatique propension à détruire la Vie, au nom de l’Ego ou à la réduire à son seul profit.

Il y a dans l’Homme une dramatique propension à propager la haine et à diviser ce qui est assemblé.

La haine? paroxysme de séparation de l'Homme d'avec sa part essentielle. Qu'il la retrouve et l'Amour s'impose.

Il y a pire qu'un homme, même sauvage ; Oui. Il y a le barbare : l'antithèse de toute humanité et l'incarnation vivante du mal que n'égale aucun animal.

 

Beaucoup ont cru que le monde avait fait un pas définitif, tant dans le progrès que dans l’Humanité, on se trompait lourdement, car aucun progrès ne tient, face à l’aveuglement des Hommes ; c’est même le contraire de sa conséquence naturelle.

 

Les hommes ont été des explorateurs du monde... il est temps que chacun parte à la découverte de sa terre intérieure.

 

Aucun progrès n’émane jamais durablement du collectif.

L’individu seul peut trouver la Lumière.

Une Lumière qui ne brille pas mais qui a l’éclat de l’évidence.

On est pas obligé de briller pour avoir de l'éclat.

Il est des Ors qui nous font riches et qui nous figent ; d'autres qui nous enrichissent et nous libèrent.

Une Lumière intimement éprouvée, dans le silence non violent d'un cœur libéré de ses couches bruyantes et opacifiantes.

 

L’Homme détaché des dogmes révèle sa propre nature, aussi surement que nos instincts nous parlent, l’âme s’exprime.

La sérénité, c'est l'alpha et l'Omega silencieux de notre éveil, ici et maintenant.

 

La Lumière n’éblouit pas ceux qui la regardent car elle ne s’impose pas aux yeux de tous ; elle ne se révèle qu’aux cœurs qui la méritent.

Un bel égrégore est comme une douce Lumière qui jaillit de la nuit la plus sombre.

Comme l'Humanité, l'eau n'a de forme que celle qu'elle remplit et sa consistance dépend de chaque goûte qui la compose

 

Aucune mère n’a manqué d’amour pour son enfant.

Aucune âme ne manquera d’Amour pour l’Humanité.

La plénitude est à la portée de l'Homme ; c'est d'ailleurs la seule richesse, entreposée en lui, qui ne lui coûte rien quand il la trouve.

Les mystères nous guident,sans bruit,au travers la jungle tumultueuse de formes et d'informations.

l'extraordinaire jaillit de Soi, en discrètes étincelles de con-naissances.

Et aucun Homme ne perdurera à jamais dans les fanges de l’ignorance, sans que le destin ne mette à la portée de son cœur, un peu de sa sauvagerie divine perdue.

Le diable n'existe que par son incarnation, produit de la folie barbare des Hommes...Le monde ce ne sont pas des drapeaux et des peuples distincts;ce sont des frères et soeurs qui s' ignorent.

Concentre toute ton attention dans l'instant magique.

Sois attentif au moindre détail et respire le Monde en ne faisant plus qu'UN,  toi et lui.

La magie de l'Etre ne se raconte ni ne s'impose : elle se vit.
 

 

Toute dualité suscite un conflit.

Krishnamurti

le maître lu tsou dit : depuis quand l'expression « révolution de la lumière » a-t-elle été révélée? elle est révélée par « l'homme véritable du commencement de la forme » (kouan yin hi) (1). quand on laisse la lumière opérer sa révolution, toutes les énergies du ciel et de la terre, du lumineux et de l'obscur se cristallisent. c'est ce que l'on désigne du nom de pensée germinale, ou de purification de l'énergie, ou de purification de l'idée.

si l'on commence à appliquer ce moyen magique, c'est comme si, au milieu de l'être, il y avait du non-être. alors, quand avec le temps le travail est achevé et qu'il y a là un corps au-delà du corps, c'est alors seulement qu'il devient feu spirituel. après cent jours on voit apparaître de lui-même au milieu de la lumière un point du pôle lumineux véritable. soudain apparaît alors la perle germinale. c'est comme lorsque l'homme et la femme s'unissent et qu'une conception a eu lieu (2). on peut alors demeurer parfaitement calme pour l'attendre. la révolution de la lumière est l'ère du feu.

au sein de la transformation première est l'éclat de la lumière, le tranchant. dans le monde corporel c'est le soleil, dans l'homme c'est l’œil. le rayonnement et la dispersion de la conscience spirituelle sont essentiellement mis en mouvement par cette énergie, lorsqu'elle est dirigée vers l'extérieur (qu'elle coule vers le bas). c'est pourquoi la voie de la fleur d'or repose pleinement sur la méthode rétrograde.

( 1) le gardien de la passe à qui lao tseu avait remis le tao te king.

(2) dans le vocabulaire de l'alchimie occidentale, ce sont les noces chymiques et la conception de l'enfant philosophique.

LU TSOU le secret de la fleur d'or..

Lorsqu'il aura cessé d'entendre le multiple, (l'élève) il pourra discerner l'UN –le son intérieur qui tue l'extérieur.

Blavatsky, la voix du silence